Publié le 14 Aug 2019 - 19:13
COLERE DES ETUDIANTS SENEGALAIS AU CAIRE

Les précisions de la Direction des bourses 

 

La Ligue des étudiants sénégalais de l’université Al-Azhar du Caire a assiégé, lundi dernier, la représentation diplomatique du Sénégal en Egypte, pour réclamer, entre autres, la reconnaissance du diplôme national en langue arabe avec celui de l’université Al-Azhar, l’octroi des bourses, mais aussi le départ de l’ambassadeur Talla Fall. Une semaine après ces événements, la Direction nationale des bourses a décidé d’apporter des précisions et condamne en même temps les actes posés par les étudiants.

 

‘’Le 5 août, les membres de la Ligue des étudiants sénégalais de l’université Al-Azhar du Caire ont manifesté à l’intérieur des locaux de notre représentation diplomatique en Egypte, empêchant le bon fonctionnement des services. Les motifs qui ont présidé à cette action sont : le renouvellement des passeports, l’équivalence du diplôme national en langue arabe avec celui de l’université Al-Azhar, l’octroi de bourses en faveur de deux prétendus et, enfin, le départ de l’ambassadeur’’, lit-on dans la communiqué de la Direction nationale des bourses rendu public ce mardi.

‘’Après avoir pris le temps d’examiner la situation avec responsabilité et discernement’’, la Direction nationale des bourses a décidé d’apporter ses précisions pour contrer la position affichée par les étudiants sénégalais établis au pays des Pharaons.

D’abord, elle s’est penchée sur la reconnaissance du Baccalauréat arabe. Sur ce cas soulevé par les étudiants sénégalais au Caire, la Direction nationale des bourses indique, dans sa note, que ‘’l’équivalence du diplôme du Baccalauréat national en langue arabe avec celui de l’université Al-Azhar est une question que les autorités compétentes négocient d’accord parties’’. La direction révèle que des rencontres ont déjà eu lieu, entre le 11 février et le 23 juillet 2018, au terme desquelles un commun accord de principe a été trouvé.

‘’Après une première mission de la Direction des bourses en Egypte, le Pr. Mary Teuw Niane, en sa qualité de ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, a rencontré le Cheikh Al-Azhar Al-Sharif, grand recteur de l’université Al-Azhar, le 11 février 2018 à ce sujet. A sa suite, M. Talla Fall (ambassadeur) a rencontré, le 26 février 2018, le Pr. Abdou Rahmane Moussa sur la même question. A la suite de cette entrevue, le Pr. Moussa lui a fait part de l’accord de principe du grand recteur pour la reconnaissance du Bac arabe délivré par la République du Sénégal (...)’’, précise le communiqué de la Direction nationale des bourses.

Ainsi, la direction rappelle qu’une dernière réunion de séance tenue le 23 juillet 2018, impliquant le conseiller du recteur, le Pr. Abdou Naim Nasser, et l’ambassadeur Talla Fall, a permis aux deux parties de constater que ce dossier évolue de manière positive.

Rappel à l’ordre

Pour ce qui concerne le cas des bourses, la Direction nationale des bourses souligne, dans le communiqué, que ‘’l’ensemble des étudiants en poursuite d’études dans les autres pays autres que la France, attributaires de bourses et aides d’Etat, et dont les dossiers de renouvellement sont conformes, y compris ceux du Caire, ont perçu, depuis avril 2019, l’intégralité de leurs allocations’’.

S’agissant du renouvellement des passeports, la Direction des bourses soutient que les ‘’autorités compétentes ont déjà été saisies de cette question’’ et reste optimistes qu’une issue heureuse peut être trouvée.

Après avoir apporté ces précisions, la Direction des bourses a rappelé les étudiants à l’ordre. Pour elle, il est ‘’inadmissible de permettre à des étudiants qui veulent faire de l’occupation de la représentation diplomatique leur marque déposée, de mettre aux bancs des accusés des autorités qui ne cessent de fournir des efforts pour la résolution des problèmes complexes dont notamment celui de l’équivalence du Baccalauréat arabe’’.

GAUSTIN DIATTA

 

Section: