Publié le 14 Aug 2019 - 23:59
DRAME A SEDHIOU

Un éleveur tué à Wessakho Yéro par une bande de voleurs 

 

Des voleurs de bétail font encore une victime au village de Wessakho Yéro, distant d’un kilomètre de la frontière avec la Guinée-Bissau et situé dans la commune de Niagha, département de Goudomp, région de Sédhiou. En voulant sauver son troupeau, Moussa Kandé, âgé de 40 ans et domicilié à Wessakho, a perdu la vie. Le drame a eu lieu dans la nuit du dimanche 11 au lundi 12 août passés. L’enterrement a eu lieu le même jour dans l’après-midi, sous tension et colère des habitants.

 

En cette matinée du 12 août, au moment où beaucoup de familles sénégalaises s’activent pour fêter la Tabaski dans la joie, à Wessakho, les gens n’ont pas la tête à ça, même s’ils sont musulmans. C’est  de la tristesse et de la colère qui se lisent sur les visages des habitants de ce patelin situé dans la commune de Niagha, département de Goudomp, région de Sédhiou. Un village distant d’un kilomètre de la Guinée-Bissau. La fraicheur de la température, après une matinée pluvieuse, n’a su apaiser la colère et la haine des habitants souvent attaqués par des voleurs de bétail. Ce qui a fait de Niagha et de ses villages un Far West.

Les éleveurs n’hésitent pas à tenter de se faire justice, quand les voleurs les attaquent. Et c’est ce qui s’est passé dans la nuit du dimanche au lundi 12 août et ayant entrainé la mort de Moussa Kandé. Les populations rencontrées lors de l’enterrement de ce dernier, le lundi même, renseignent que ‘’des voleurs ont fait irruption dans le village, vers 3 h du matin, et s’en sont pris au troupeau d’un émigré vivant en Espagne et dont un berger nommé Ousmane Guèye en a la charge. Les voleurs ont emporté trois bœufs. Constatant la disparition des bêtes, Ousmane Guèye a alerté les habitants du village’’.

Ainsi, tous les hommes se sont levés pour aller à la recherche des bœufs. Après avoir parcouru quelques mètres, ils ont pu retrouver les traces des bêtes. Pour neutraliser les voleurs, ils ont formé deux groupes. Le premier groupe s’est chargé de suivre les traces et le deuxième est allé barrer la frontière, en se cachant dans les buissons. C’est eux qui se confronteront aux malfaiteurs.

En effet, les ayant entendu venir, les villageois ont commencé à tirer en l’air pour les intimider. Mais c’est sans compter sur la témérité des voleurs qui ont riposté par des tirs en direction des habitants du village de Wessakho. C’est lors de cet échange qu’est tombée la victime. ‘’Moussa Kandé est victime de la solidarité villageoise. Il est originaire de Fandioungar, commune de Tanaff, région de Sédhiou. Il est marié et père de 5 enfants (3 filles et 2 garçons). Vous savez, dans nos villages, quand on déclare un vol, tous les hommes valides vont à la recherche du bétail volé. C’est dans ces circonstances que Moussa Kandé a perdu la vie. Car il nous aidait à retrouver nos bêtes volées’’, témoigne Djidéré Kandé, habitant dudit village.

Il serait peut-être temps que les autorités réagissent, parce qu’aujourd’hui, les populations disent en avoir marre que des voleurs quittent la Guinée-Bissau et viennent chez elles faire des razzias et emporter leurs bêtes. ‘’Cette perte malheureuse ne nous empêchera pas de continuer.  Nous sommes prêts à en découdre avec les voleurs, s’ils reviennent. Nous avons plusieurs fois été victimes de vols de bétail et beaucoup de propriétaires de troupeaux ont perdu la vie, en voulant sauver leurs bêtes. Et comme l’Etat du Sénégal est incapable de régler la question du vol de bétail dans notre localité, nous allons maintenant régler notre problème à notre manière’’, prévient-on.

Cette série de vols de bétail et de morts d’hommes pousse à remettre sur la table la question de l’insécurité grandissante dans la commune de Niagha et du port d’arme sans autorisation administrative.

EMMANUEL BOUBA YANGA

Section: