Publié le 21 Nov 2020 - 06:53
HANDICAPÉS MOTEURS DU SÉNÉGAL

Une convention réclamée pour régler les problèmes des handicapés

 

Pour une meilleure prise en charge des difficultés des handicapés, l’application de la CRDPH pourrait être une solution à tous les maux dont ils souffrent. L’avis émane de la présidente de la section féminine de Guédiawaye de l’Association nationale des handicapés moteurs du Sénégal, Khady Ba.

 

La Convention relative aux droits des personnes handicapées (CRDPH), qui est une convention dont l’objet est de ‘’promouvoir, protéger et assurer’’ la dignité, l'égalité devant la loi, les droits humains et les libertés fondamentales des personnes avec des handicaps en tout genre, a fait hier l’objet d’une journée de partage d’information et de sensibilisation à Wakhinane Nimzatt. Son objectif est la pleine jouissance des droits humains fondamentaux par les personnes handicapées et leur participation active à la vie politique, économique, sociale et culturelle.

 La présidente de la section féminine de Guédiawaye de l’Association nationale des handicapés moteurs du Sénégal est largement revenue sur cette convention dont l’application pourrait être un grand bond en avant dans la prise en charge des difficultés des personnes à mobilité réduite.

Selon Khady Ba, cette convention internationale définit toutes les dispositions que les pays doivent prendre, afin de s’assurer que toutes les personnes handicapées puissent jouir des mêmes droits humains que tous les autres citoyens.

Elle définit, en outre, le handicap comme toute situation qui empêche la participation et l’interaction entre les personnes handicapées, en raison de leur déficience et d’un environnement défavorable. ‘’Il faut une convention sur les droits des personnes handicapées, parce qu’elles subissent constamment la discrimination et rencontrent de nombreux obstacles dans leur environnement. Souvent, les Etats ne savent pas comment faire en sorte que les personnes handicapées puissent jouir de leurs droits au même titre que tous les autres citoyens.

De nombreuses fausses idées sont véhiculées sur les personnes handicapées et très peu de personnes s’attendent à ce qu’elles soient capables d’accomplir quelque chose. Il y a le besoin de changement dans les lois, systèmes, services’’, a soutenu Mme Ba. Pour qui les personnes handicapées méritent le respect pour ce qu’elles sont libres de faire leurs propres choix. Les personnes handicapées ne doivent subir aucune discrimination. Elles ont le droit d’être impliquées et de prendre part à la vie communautaire, au même titre que les autres. Tout le monde doit respecter la différence et accepter le handicap comme partie intégrante de la diversité humaine.

 ‘’Tout le monde a droit à l’égalité des chances et à un accès équitable à tous les services et infrastructures au sein de la communauté. Les hommes et les femmes ont droit à l’égalité des chances. Les enfants vivant avec un handicap méritent respect pour ce qu’ils sont au cours de leur processus de croissance et leurs opinions doivent être prises en compte’’, a conclu Khady Ba.

CHEIKH THIAM

Section: