Publié le 21 Sep 2018 - 13:23
MIMI TOURE

‘’Karim Wade peut revenir, à condition de passer à la caisse du Trésor’’

 

‘‘Pour un parti qui contrôle l’Assemblée nationale à 80 %, qui a 480 mairies sur 552, trouver 67 mille parrainages ne nous demande pas beaucoup d’efforts’’. La mise au point de l’ancien Premier ministre, Aminata Touré dite ‘’Mimi’’, hier à Diamaguène Sicap Mbao, dissipait les quelques doutes sur les accusations d’achat de conscience auquel se livreraient des sympathisants du camp présidentiel dans la collecte du parrainage. Sur invitation de Serigne Sidy Mbacké Alkhourane, elle a assisté à la journée de prières annuelle de l’Achoura. Mimi ne s’est pas arrêtée au parrainage.

Dans des réponses mêlant cynisme et ironie, elle s’est attardée sur l’un des cas les plus critiques de l’opposition. ‘‘Pour le Pds, je ne vais pas tirer sur l’ambulance. Ils cherchent un candidat à 5 mois des élections ; je leur souhaite bonne chance. Qu’on sente dans ce parti historique qu’est le Pds, que certains pensent qu’ils doivent avoir un candidat autre que M. Karim Wade qui fait plutôt du militantisme épistolaire. On a besoin d’avoir une opposition pour que la démocratie marche. Mais ce n’est pas notre problème’’, lance-t-elle.

Fer de lance de la traque des biens mal acquis qui a envoyé Wade-fils en prison, l’ancienne cheffe du gouvernement estime que rien ne s’oppose à un retour de celui-ci, en exil au Qatar depuis juillet 2016. Sauf qu’elle agite aussitôt l’épée de Damoclès qui plane sur la tête du potentiel candidat désigné des libéraux. ‘‘Si Karim est sénégalais comme il le dit, il peut revenir dans son pays à sa guise. Il n’y a aucun problème. S’il détient les documents légaux lui permettant de passer la frontière, ça ne devrait poser aucun souci qu’il participe aux activités, à l’actualité. A condition qu’il s’acquitte de la somme que la justice lui réclame, de passer à la caisse du Trésor. Je crois qu’il connait le montant. Il n’y a pas de commentaires à faire outre mesure’’, a-t-elle prévenu.

Mimi Touré a appelé l’opposition à plus de responsabilité et de respect dans le discours et estime que, pour le 24 février 2019, la loi des séries sera respectée, après les victoires de son camp à la présidentielle de 2012, au référendum de 2016 et aux législatives de 2017. Les actions de son leader porteront les fruits escomptés, espère-t-elle. ‘‘Macky Sall a mis plus de 100 milliards dans la banlieue pour que les gens circulent normalement. On ne parle plus d’inondations. Bien sûr, il reste à faire. Mais ce sont les préoccupations des citoyens qui nous intéressent et on verra à l’heure du vote’’.

Section: