Publié le 12 Mar 2018 - 22:33
OUSMANE SONKO SUR LE SIT-IN REPRIME DE L’IED

‘’Macky Sall n’a vu qu’un avant-goût de nos séries d’activités’’ 

 

Venu présider une conférence organisée ce week-end par les femmes de son parti, le leader de Pastef, Ousmane Sonko, a averti le président Macky Sall que le sit-in de ce vendredi, bien que réprimé, n’est qu’un avant-goût d’un plan d’action que l’opposition va incessamment dérouler.

 

Macky Sall est averti. Le sit-in tenu par l’Initiative pour des élections démocratiques (Ied), vendredi dernier, n’est qu’un avant-goût de la série de manifestations prévues par l’opposition dite significative pour contraindre le régime à nommer à la tête du ministère de l’Intérieur une personnalité neutre, capable d’organiser des élections transparentes et démocratiques.

Selon Ousmane Sonko qui en a fait la déclaration ce week-end, en marge d’une conférence organisée par les femmes de son parti, l’objectif de cette manifestation, qui a été malheureusement violemment réprimée, était simplement de faire comprendre au président Macky Sall que les élections doivent être organisées dans des conditions de neutralité, d’égalité et d’équité entres tous les candidats.

‘’Il est bon, qu’à onze mois de la présidentielle, que l’opposition commence à occuper le terrain et à instaurer un rapport de force comme ça a été, malheureusement, le cas dans le passé. C’est dommage qu’on en soit encore là où on en était en 1998 et en 2011. C’était les mêmes choses. Ce qui nous a valu des pertes en vies humaines. Aujourd’hui, nous avons constaté qu’avec Macky, c’est encore pire’’, regrette le président des Patriotes du Sénégal pour le travail, l’éthique et la fraternité (Pastef).

D’ores et déjà, Ousmane Sonko confie que l’opposition a saisi, depuis des mois, toutes les organisations internationales et tous les ambassadeurs accrédités au Sénégal pour une gestion transparente des élections. Mais, malheureusement, regrette-t-il, ‘’on se rend compte que Macky Sall n’en a cure et qu’il est dans une logique de forcing’’.

Pour Ousmane Sonko, le chef de l’Etat doit comprendre qu’il ne peut pas réprimer un peuple. ‘’Il n’a vu qu’un avant-goût. Lorsque le travail de fond sera fait pour sensibiliser et mobiliser toutes les couches citoyennes, il comprendra que ce n’est pas avec des lacrymogènes qu’on va réprimer un peuple tout entier’’, fulmine le leader de Pastef.  

Ousmane Sonko est revenu sur le rapport 2016 de l’Autorité de régulation des marchés publics (Armp). Il relève, d’abord, que cet organisme n’a pas sorti le bon rapport. A l’en croire, ‘’elle a dissimulé les dossiers scandaleux dans son site et publié les affaires minimes’’. Ousmane Sonko de soutenir ainsi que l’objectif du gouvernement, c’est d’endormir les Sénégalais pour détourner l’argent du contribuable pour financer sa campagne présidentielle de 2019.  

OUMAR BAYO BA

Section: