Publié le 23 Jan 2019 - 07:22
PRESIDENTIELLE JUSTE, LIBRE ET DEMOCRATIQUE

Le C25 décrète la confrontation

 

Après la publication, par le Conseil constitutionnel, de la liste définitive des candidats à l’élection présidentielle du 24 février 2019, le Collectif des 25 candidats de l’opposition décide désormais d’engager la confrontation avec le régime du président Macky Sall.

 

Le Collectif des 25 candidats de l’opposition à l’élection présidentielle du 24 février 2019 rejette vigoureusement la liste définitive des candidats à l’élection présidentielle du 24 février prochain, publiée dimanche dernier par le Conseil constitutionnel sénégalais. Recalés et admis de l’opposition ont, à l’issue d’une réunion en huit clos, tenue hier, à la permanence de la Convergence libérale démocratique/Bokk Gis Gis, suivie d’un point de presse, décidé d’engager le combat. Ils annoncent ainsi une journée nationale d’actions sur le tout le territoire national dans les jours à venir. ‘’Aujourd’hui plus que jamais, il reste manifeste que le président Macky Sall, dans sa volonté fortement exprimée d’avoir un second mandat, ne laisse aucun choix au C25, aux forces vives de la nation et au peuple sénégalais, que la confrontation’’, fulmine Malick Gakou, coordonnateur du C25.

Selon le leader du Grand parti, si l’opposition veut défendre le Sénégal pour la sauvegarde de ses intérêts supérieurs, elle n’a plus aucun autre choix que de trouver le président Macky Sall sur le terrain de la confrontation. Pour, dit-il,  ‘’libérer le peuple et redresser la vie de la nation’’.

‘’Plus jamais rien ne sera comme avant. Le désir du président Macky Sall de pousser le peuple à la confrontation doit entrainer la victoire du peuple sur les inerties et les scories qui fondent sa politique. Nous allons lui dire non et ensemble avec le peuple sénégalais, nous allons libérer la démocratie sénégalaise’’, psalmodie Malick Gakou devant les autres leaders du C25 dont Idrissa Seck, Abdoul Mbaye et Hadibou Soumaré. Selon ce dernier, tous les Sénégalais sont aujourd’hui inquiets à cause de ce qui se passe dans le pays. ‘’Ce n’est pas normal qu’à un mois des élections, qu’on en est encore là à se demander qui est candidat et qui ne l’est pas. Nous voulons la paix dans ce pays parce que nous sommes des républicains des démocratiques. Mais ce n’est pas le cas pour le président Macky Sall. Nous allons le retrouver sur le terrain dans lequel il nous invite’’, déclare l’ancien Premier ministre sous Abdoulaye Wade.

Pour les leaders du C25, il est maintenant clair pour l’opinion nationale et internationale que ‘’Macky Sall s’entête à mettre en route son plan de réélection au premier tour au lieu d’organiser une élection libre et transparente’’. De plus, souligne Boubacar Camara qui a lu la déclaration liminaire, ‘’par diverses provocations, des arrestations arbitraires tout azimut de militants de l’opposition, la répression féroce des démocrates et combattants de la démocratie, Macky Sall a indiqué la voie de la confrontation comme seul choix laissé au peuple’’.

‘’Empêcher le déroulement du plan de réélection frauduleuse de Macky Sall au premier tour’’

Pour répondre à ce qu’ils considèrent comme une provocation du régime, les leaders du C25 se disent ainsi déterminés à engager une lutte sans concession pour défendre les acquis démocratiques ‘’de notre pays et à faire face, par tous les moyens à sa disposition, à l’arbitraire imposée par un président sortant qui redoute d’affronter le suffrage des citoyens de façon honnête et sincère’’. Dans cette bataille, les opposants du C25 invitent à la mobilisation de tous les segments de la population, de tous les électeurs civils, militaires et paramilitaires, des élèves et étudiants, des syndicats de travailleurs, de la presse ‘’pour empêcher le déroulement du plan de réélection frauduleuse de Macky Sall au premier tour’’.

Pour la mise en œuvre des mots d’ordre émis, les leaders du C25 insistent particulièrement sur les coordinations de commune et de quartier notamment sur la participation de la jeunesse et des femmes. Ainsi, des missions d’instruction vont sillonner dans la semaine en cours les 14 régions du pays et la diaspora pour informer de manière exhaustive les militants et les populations et les instruire sur les mesures pratiques de résistance.

 En définitive, les opposants  demandent au peuple sénégalais ‘’de considérer Macky Sall comme candidat éliminé de l’élection présidentielle du 24 février 2019 et de s’opposer par tous moyens au déroulement de sa campagne électorale’’.  Vaste programme !

ASSANE MBAYE

Section: