Publié le 25 Jun 2012 - 20:59
HUIT CENTS HA DE TERRE EN JEU À TERME-NORD

Les populations accusent l'ancien régime, le Cadastre et les Impôts

 

Les populations du village Terme nord ont accablé hier, au cours d'un point de presse, des bonnets de l'ancien régime coupables d'avoir accaparé leurs terres en complicité avec des fonctionnaires du Cadastre.

 

Terme nord, ce quartier aux allures de village situé entre le hangar de l'aéroport Léopold Sédar Senghor et la zone fret derrière Air Sénégal, est en colère contre des pontes du défunt régime libéral. Au cours d'un point de presse tenu hier, les populations et leurs représentants ont dénoncé la boulimie foncière qui s'est emparée de leurs terres avec «la complicité» de certains fonctionnaires du Cadastre. Mais elles ont refusé le fait accompli, prêtes à «recourir aux stratégies idoines pour défendre leurs droits.» «Quitte à user de violence», affirment-ils.

 

Pour l'heure, ces populations veulent s'opposer aux constructions «illégales» de bâtiments sur les espaces qu'elles réclament et «hérités des colons par leurs grands-parents, d'anciens collaborateurs des cadres français, installées dans cette zone depuis plus de 60 ans». En cherchant à élargir leur espace vital pour accéder à de «meilleures conditions d'existence», les 5 000 personnes qui n'occupent que 5 ha se sont heurtées à la «boulimie des pontes du régime libéral», qui se seraient accaparés près de 230 hectares de terres. Déjà, en 2008, rappelle le Collectif de veille et de sauvegarde des intérêts de Terme nord (CVSIT), l'ancien régime s'était accaparé de 30 ha de terre avec comme argument la construction de villas présidentiels pour le sommet de l'Organisation de la conférence islamique (OCI). Aujourd'hui, le mot d'ordre est «basta !»

 

Sur l'origine du présent conflit, Ibrahima Ndiaye, ingénieur géologue et président du collectif explique. «Grâce à des bonnes volontés, nous avions entamé, en partenariat avec un promoteur privé, un projet d'extension du quartier sur les terres qui nous appartiennent. Nous avions morcelé le site en 180 parcelles en y implantant des niches. Puis nous avons soumis une demande aux autorités compétentes. Mais à notre grande surprise, débarquent des camions armés jusqu'aux dents avec leurs bulldozers qui ont démoli toutes les niches. Nous n'avons pas voulu réagir dans le feu de l'action, c'est après qu'on a appris que le site a été cédé à d'autres personnes que nous ignorons.»

 

 

''Les gendarmes nous assimilent à des délinquants''

 

Selon les investigations faites par le CVSIT, ce sont «de gros bonnets du défunt régime et des gens du Cadastre et des Impôts et domaines» qui sont derrière cette cabale. Un bras de fer est alors engagé avec les autorités du Cadastre. «Elles nous ont proposé dix terrains sur les 180 avec un projet de lotissement. Ce que nous n'accepterons jamais, même si le lotissement de notre quartier est notre cheval de bataille», souligne le porte-parole du comité. «On nous a également proposé un site de recasement à Diamnadio, mais nous n'en voulons pas, nous resterons ici», crient des hommes et femmes à l'unisson.

 

Pourtant, les nouvelles autorités avaient promis de régler le problème, rappelle le Collectif. «Macky Sall était venu ici s'enquérir de nos conditions de vie lors de la campagne électorale. Il avait promis de nous restituer nos terres et réparer toutes les injustices dont nous sommes victimes. Nous osons espérer qu'il ne trahira pas notre confiance», ont soutenu en chœur des femmes du village dont Dieynaba Ndiaye, Ndèye Ngom, Aïssatou Mbengue.

 

«Nous aussi, nous avons été éduqués dans la dignité et la droiture», proteste Lamine Diagne, un étudiant en géographie. «Mais nous souffrons d'irrespect notoire. Nos jeunes sont assimilés à tort à des délinquants et les gendarmes font presque des descentes inopinées ici.»

 

MATEL BOCOUM

 

Section: 
SANTÉ PUBLIQUE ET ANIMALE AU SÉNÉGAL : L’ambassadeur des USA lance le programme ‘’One Risk’’
SAINT-LOUIS : JOURNÉE MONDIALE DU DONNEUR DE SANG : Les populations invitées à participer davantage au don de sang
LANCEMENT DU PREMIER SATELLITE SÉNÉGALAIS GAINDÉSAT-1A EN JUILLET 2024 : Le Sénégal à la conquête de l’espace
RÉSOLUTION AFFAIRE NDENGLÉR : Sonko reçoit une délégation de villageois
DON DE 160 MOUTONS AUX MILITAIRES INVALIDES : L’Etat-major Général des armées solidaires aux blessés de guerre
GUERRE DU MANGANÈSE : Les non-dits d’une sale affaire
SAINT-LOUIS : BAISSE DES PRIX DE DENRÉES ALIMENTAIRES : Une mesure diversement appréciée à Ndar
BAISSE DES PRIX DE PRODUITS DE GRANDE CONSOMMATION : Les Ziguinchorois attendent que la mesure soit effective
TABASKI À THIÈS – FLAMBÉE DU PRIX DU MOUTON : Les vendeurs se défaussent sur la cherté de l'aliment de bétail
LUTTE CONTRE LA PIRATERIE MARITIME, LE TERRORISME MARITIME ET LE TRAFIC DE MIGRANTS : Vers la mise en place d'un Conseil national consultatif
POUR AVOIR TENTÉ D’AGRESSER UNE FEMME DE MÉNAGE : Un ‘’bongoman’’ condamné à deux ans de prison, dont un an ferme
Diomaye à Freetown
SOUTIEN À LA PALESTINE : Le président Diomaye Faye prié d’expulser l’ambassadeur d’Israël au Sénégal
REMISE DE 450 TABLES-BANCS À L’IEF DE KOLDA : La mairie offre 450 tables-bancs aux écoles de la commune
THIÈS – PARCELLES DE MBOUR 4 ET DE LA NOUVELLE VILLE DE THIÈS : Le mouvement And Sopi Thiès en croisade pour une distribution équitable
SAINT-LOUIS : PRÉPARATIFS DE LA TABASKI : Les foirails et les marchés bien approvisionnés
CHAUFFEUR TORTURÉ À MBORO : Deux Chinois et un Sénégalais déférés au parquet
Gabrielle Kane
AwaléDakar Dem Dikk SA
CÉLÉBRATION TABASKI : Pour se payer une perruque, elle vole les bijoux en or de sa mère