Publié le 9 May 2023 - 13:26
MODERNISATION DE L'ÉTAT CIVIL

Les facteurs bloquants selon Mamadou Talla

 

Venu présider la cérémonie de lancement de la Campagne nationale d’information et de sensibilisation sur l’état civil, le ministre des Collectivités territoriales, de l’Aménagement et du Développement des territoires est revenu sur les acquis de la modernisation de l'état civil, sans oublier les facteurs qui poussent la population à ne pas déclarer les enfants.

 

C'est la ville de Diourbel, dans le Baol, qui a abrité la cérémonie au lancement de la Campagne nationale d’information et de sensibilisation sur l’état civil, autour du slogan ‘’Mon état civil, ma citoyenneté’’. Pour le ministre des Collectivités territoriales, de l’Aménagement et du Développement des territoires qui présidait la rencontre, l’enregistrement à l’état civil est un droit fondamental pour tout citoyen.

Aussi, ‘’l’état civil doit être fiable, exhaustif et accessible pour tous. C’est ainsi qu’avec l’Acte III de la décentralisation et pour approfondir notre politique de territorialisation des politiques publiques, mais surtout en réponse aux nombreuses difficultés liées à la production des actes d’état civil, notre pays s’est engagé, en rapport avec nos partenaires au développement, notamment l’Union européenne, à disposer d’un état civil moderne", a indiqué le ministre.

Par ailleurs, 52 centres d’état civil sont en cours de construction ou de réhabilitation avec leur équipement, cinq salles d’archivage de tribunaux de grande instance, 37 centres d’état civil en systèmes photovoltaïques en zone rurale, 65 motos pour faciliter la remontée des cahiers de village et de quartier, cinq millions d’actes déjà numérisés sur un objectif de 15 millions, un vaste programme de renforcement de capacités pour 18 376 acteurs d’état civil (officiers, agents, archivistes, auxiliaires d’état civil). "Parallèlement à la numérisation, les opérations d’indexation sont en cours. Elles seront suivies par la mise en place d’un registre national de l’état civil avec une application de gestion des faits d’état civil, qui va centraliser l’ensemble des données sécurisées de toutes les collectivités territoriales et des postes consulaires. Un registre national est conçu pour interagir avec toutes les structures utilisatrices des données d’état civil : carte d’identité, titres de voyage, permis de conduire, etc.", a confié M. Talla.

Sur ce point, il a confié que l’un des défis majeurs auxquels l’enregistrement des faits d’état civil est confronté reste la bonne information pour les populations. C’est pourquoi il faut les sensibiliser et les mobiliser davantage sur l’importance qu’il y a à déclarer à l’état civil chaque événement vital : naissance, mariage, décès. "Si on construit de belles infrastructures pour abriter les services d’état civil et que les populations n’enregistrent pas les naissances, les mariages et les décès, ces investissements n’auront pas servi à grand-chose.

L’enregistrement de la naissance d'un enfant à l'état civil conditionne son existence juridique, détermine son identité officielle et sa nationalité, ses chances de faire des études, d’accéder aux dispositifs de protection sociale, de bénéficier de la protection judiciaire due aux mineurs, de pouvoir circuler hors des frontières, de s’insérer dans la vie économique et citoyenne une fois adulte. Également, l’enregistrement des mariages consacre un acte qui officialise un lien conjugal assorti d’obligations juridiques entre un homme et une femme.

De même, l'enregistrement des décès à l’état civil est un acte juridique qui permet aussi de bénéficier d’un certain nombre de droits, comme le droit à l’héritage. Dans nos sociétés, plusieurs facteurs peuvent expliquer la non-déclaration des événements d’état civil. On retiendra surtout le manque d’information, la méconnaissance des procédures, la non-accessibilité des services et l’indisponibilité de ressources humaines et matérielles de qualité. De telles difficultés justifient la pertinence d’aller à la rencontre des populations pour échanger avec elles sur l’importance de l’enregistrement à l’état civil et sur les procédures d’enregistrement", a laissé entendre le ministre.

Cette campagne, avec la caravane "Mon état civil, ma citoyenneté", selon lui, entre dans le cadre de la mise en œuvre de la Stratégie nationale de communication et de sensibilisation élaborée à cet effet, à travers le programme ‘’Nekkal’’.

CHEIKH THIAM

 

Section: 
KOLDA/ LUTTE CONTRE LES OCCUPATIONS ET CONSTRUCTIONS IRRÉGULIÈRES : Les autorités engagent une guerre sans merci aux contrevenants
TRANSPORT - CONTRÔLES SUR LE PORT DU CASQUE : Les conducteurs de motos-taxis déversent leur colère dans la rue
CEM Saint-Abraham
RÉPONSE AUX URGENCES SANITAIRES : Soixante experts en divers domaines formés
Ayib Daffé
Primature
MIGRANTS SÉNÉGALAIS AU MAROC
CAISSE DE SÉCURITÉ SOCIALE
ENSEIGNEMENT : L’État rationalise les instances administratives
ALIOUNE NDOYE, MAIRE DE DAKAR PLATEAU : ‘’Si l’État veut qu’on arrête, qu’il nous le notifie de manière officielle’’
KOLDA / DANGER PONT DE HILÈLE : Des boulons volés, le gouverneur lance la traque
ESCROQUERIE ET CHARLATANISME : Le marabout récidiviste a promis de démultiplier les 150 millions d'un mareyeur
ARRESTATION DE MAMADOU BILLO BAH ET D’OUMAR SYLLA EN GUINÉE : L’association Tournons la page Sénégal broie du noir
NOMINATIONS DU NOUVEAU RÉGIME : Quand et qui pour Matam ? 
PLACE DES FEMMES DANS LES FORCES ARMÉES : Ces défis qui attendent le Sénégal
SAISIES RECORD DE COCAÏNE À KOUMPENTOUM : En 5 mois, la douane a mis la main sur 721 kg de cocaïne  
MOBILITÉ INNOVANTE AU SÉNÉGAL : Des véhicules 100 % électriques arrivent
PASSATION DE SERVICE : La feuille de route du nouveau DG du Cices
Kafountine
RÉFLEXIONS SUR UNE BIENNALE DE L’ART AFRICAIN CONTEMPORAIN REPORTÉE : Le  OFF du Dak’ART 2024 du LebergerdelîledenGor : LA LIBERTÉ DE SE DÉPLACER