Publié le 1 Feb 2015 - 20:33
COUP D’ETAT AVORTE EN GAMBIE

Quand Jammeh sème la peur de Karang à Sénoba  

 

A Karang, il a essayé de kidnapper la fille de l’un de ses adversaires impliqué dans le putsch du 30 décembre dernier. Avec la traversé du bac, il fait vivre aux usagers de la route une cascade de misères qui s’étalent de Farafenni à Soma. A Banjul, la liberté d’expression a quitté le pays ; les corps des putschistes brandis comme trophée de guerre, leurs proches arrêtés et détenus. Le président Jammeh multiplie les bourdes. Immersion au cœur des eaux marécageuses d’un ‘’alligator’’ devenu ‘’fou’’.   

---------------------------------------------------------------------------

PANIQUE A KARANG

Les éléments de Jammeh tentent de kidnapper une fillette de 5 ans

L’émotion reste encore vive à Karang, à 279 km de Dakar, après que deux agents de la police gambienne, eurent tenté de kidnapper la petite Ramatoulaye Lowe, fille de Bai Lowe, un des putschistes du 30 décembre 2014.                

Les murmures se sont faits vacarme. Comme une traînée de poudre, l’information du kidnapping avorté de la petite Ramatoulaye est sur toutes les lèvres à Karang. Aussi invraisemblable que cela puisse paraître, le président Jammeh et son régime ont poussé l’audace jusqu’à des limites jamais égalées dans cette contrée nichée à la frontière entre le Sénégal et la Gambie. Les faits remontent au 09 janvier dernier lorsque le commandant Souareh en poste à Hamdalaye, accompagné d’un autre élément de la National intelligence agency (NIA) venu de la localité gambienne de Bara, pénètrent à Karang et prennent la direction de l’école des sœurs, située derrière l’église du village.

Une fois sur ce lieu excentré, ils ont prétexté être des proches de l’enfant et ont demandé aux sœurs de leur remettre la petite Ramatoulaye. N’étant pas en mesure d’établir un lien de parenté avec elle, les sœurs ont refusé de mettre la petite Ramatoulaye à la disposition des deux policiers en civil. C’est ainsi qu’ils sont remontés dans leur véhicule 4x4 aux vitres teintées et sont repartis. Inquiètes, les sœurs s’en ouvriront au Curé de Karang qui à son tour fera appel à la famille de la petite Ramatoulaye. Craignant le pire, le Curé, de concert avec la famille de l’enfant et les forces de sécurité de la commune de Karang, décide de l’amener en lieu sûr.

‘’Ramatoulaye est présentement à Dakar pour continuer ses études. Pour sa sécurité, c’est la seule alternative que nous avons trouvée’’, renseigne  une source des forces de sécurité. Qui confie en même temps que la maison où vivent la maman et la grand-mère de Ramatoulaye est depuis lors placée sous haute surveillance. ‘’La frontière est poreuse et le régime gambien peut à tout moment envoyer d’autres éléments. Nous faisons des patrouilles de jour et de nuit autour de la maison et avons conseillé aux membres de la famille de ne pas aller au-delà de la frontière. Plusieurs de nos éléments sont en civil et nous travaillons en étroite collaboration avec les agents des renseignements généraux. En gros, nous faisons notre rôle d’alerte et de veille’’, confie un agent des forces de sécurité à Karang.

 Les différentes forces de défense et de sécurité qui informent avoir renforcé leurs dispositifs de sécurité depuis le coup d’état manqué en Gambie, ont tous relevé la difficulté voire l’impossibilité de sécuriser de manière efficiente les frontières. Pour les populations de Karang, le besoin de sécurité est une réalité au quotidien. Cet enseignant à l’école primaire le dénonce en ces termes : ‘’Prenez le cas du Commandant Souareh, impliqué dans le kidnapping avorté de la petite Ramatoulaye ; il entre à Karang comme il veut et c’est souvent dans un véhicule aux vitres teintées qu’il se déplace.

Il connaît les coins et recoins de Karang et parvient souvent à se rendre jusqu’à Sokone, localité située à une trentaine de kilomètres de Karang. C’est ce même Commandant Souareh qui a tenté de kidnapper le petite Ramatoulaye au vu et au su de tout le monde mais personne ne dit rien. Que personne ne nous parle de sécurité’’. Très remonté, il poursuit : ‘’Par ici,  la peur est le sentiment le mieux partagé ; la preuve : personne n’ose parler à visage découvert. Nous avons tous peur de partager la frontière avec un dictateur comme Yahya Jammeh.’’ Une idée partagée par un membre de la famille de Bai Lowe qui souligne avoir peur pour sa sécurité et celle de toute sa famille.

La famille de Bai Lowe en Gambie parmi la trentaine d’arrestations de proches des putschistes   

La peur est bien justifiée parce que de l’autre côté, précisément à Banjul, le régime de Jammeh a arrêté le reste de la famille de Bai Lowe. Au lendemain du putsch militaire, des agents de la NIA ont fait irruption dans la demeure des Lowe. Munis d’une liste, Ils ont tenu en respect Diarry, garde pénitentiaire et ex-épouse de Bai. Aliou Lowe, frère de Bai Lowe, étudiant en 2ème année à l’université de Banjul et son frère Ibou Lowe, taximan seront également interpellés. L’arrestation la plus ‘’déconcertante’’ est celle de Youssoufa Lowe, fils aîné de Bai Lowe, âgé de 16 ans.

‘’Depuis qu’ils ont été interpellés, nous sommes dans l’incertitude totale. Aucune personne contactée en Gambie n’a été en mesure de nous informer sur leur lieu de détention ainsi que leurs conditions de vie. Nous ignorons même s’ils sont en vie ou pas’’, confie le frère de Bai Lowe sous le sceau de l’anonymat. ‘’Après le coup d’Etat manqué, les représailles rythment le quotidien des populations avec des arrestations de militaires et civils proches des présumés putschistes. Les gens ont peur même d’afficher leur proximité avec les personnes impliquées dans le coup d’Etat’’, souffle Ibra, rencontré dans la localité gambienne de Djinoi. Il s’empresse d’avertir qu’évoquer le sujet du putsch en public peut exposer l’auteur à des poursuites judiciaires.

Seul rescapé parmi ceux qui ont pénétré dans le palais le 30 décembre

Bai Lowe est sans doute l’un des adversaires les plus coriaces du président Jammeh. Parmi ceux qui ont mené l’attaque du 30 décembre dernier au palais présidentiel, il est le seul à en sortir indemne. Bai Lowe a dû son salut à son audace et à son courage. Sentant le roussi, il a pointé son pistolet sur la tempe d’un soldat loyaliste qu’il a pris en otage. Une fois au marché de Banjul à quelques jets de pierre du palais, il se débarrasse du soldat et de son treillis avant de prendre un taxi. Il traverse le pont Danton bridge qui relie Banjul à Serrekunda. Puis, plus de trace. Proche du président Jammeh, l’homme est entré dans l’armée gambienne en 1994.

‘’Ce qui révolte cet homme, c’est qu’il a compris que Jammeh s’est joué de lui pendant tout ce temps. Et selon lui, il est temps de mettre fin aux agissements du dictateur’’, renseigne un de ses proches. Il poursuit pour dire que ‘’Bai Lowe aime souvent dire que Yahya Jammeh est un gros poltron et c’est ce qui explique qu’il est toujours sur ses gardes et voit partout des complots’’. Bai Lowe traîne la réputation d’être aussi mystique que Jammeh. Réputé très intelligent, il est entré en disgrâce en 2010, lorsqu’il fit l’objet d’un ‘’complot ourdi’’, selon des proches. Il passera deux années à la prison de Mile 2. Au bout de la purge, il sera relâché sans qu’une charge ne soit retenue contre lui.

En plus de la famille de Bai Lowe, celle de Ndiaga Jagne, tué lors du coup d’Etat manqué, a aussi connu un lendemain de putsch éprouvant. Le frère du défunt, du nom de Oumar Malleh Jagne, a été interpellé par les agents de la NIA et conduit dans un lieu tenu depuis lors secret. Présentement, les personnes arrêtées sont maintenues en détention sans inculpation.

Dossier réalisé par AMADOU NDIAYE

Section: 
PORTRAIT MAIMOUNA NDOUR FAYE (PATRONNE DE PRESSE) Amazone et self-made woman
ANTA BABACAR NGOM : Haute voltige !
AMADOU BA : Le prix de la patience et de l’endurance
AMINATA TOURÉ : La bagarreuse
MOUHAMADOU MAKHTAR CISSÉ : Réformateur, travailleur et post-moderne
“Moi, Ibrahima Sène”
BILLET D’HUMEUR PAR GASTON COLY : Le point de non-retour !
COMMUNIQUÉ DU COSCE SUR LE DÉROULEMENT À MI PARCOURS DU SCRUTIN DU 31 JUILLET 2022
FEMME À LA UNE – BIGUE BOB, RÉDACTRICE EN CHEF D’’’ENQUÊTE’’ Femme choc !
DOCTEUR MARIE KHEMESSE NGOM NDIAYE, DIRECTEUR GENERAL DE LA SANTE : La femme aux défis
FATOU JAGNE SENGHORE (ARTICLE 19) : Gardienne de la liberté d’expression
PAPA AMADOU SARR (EX DG DER/FJ) : Un as de la levée de fonds
ALIOUNE BADARA CISSE, 60 ANS, MEDIATEUR DE LA REPUBLIQUE : Un ‘’rebelle’’ dans la jungle APR
PR MARY TEUW NIANE : ‘’Je tends, sans distinction, la main à tous les acteurs de la vie politique...‘’
OUMAR GUEYE, MINISTRE DES COLLECTIVITES TERRITORIALES : Le géomètre politique
GRAND’PLACE AVEC ALIOUNE TINE, FONDATEUR D’AFRIKAJOM : ‘’Le dialogue a échoué’’
MARIE JOSEPHINE DIALLO, SECRETAIRE GENERALE DE L’ASSEMBLEE NATIONALE : L’expérience silencieuse
ME ABDOULAYE WADE : Péripéties d’un politicien intemporel
YOUSSOU NDIAYE, ANCIEN MAGISTRAT ET ANCIEN INTERNATIONAL DE FOOTBALL : Plus ‘’Juste’’, plus ‘’Vrai’’, plus ‘’Sport’’
GRAND’PLACE AVEC THIERNO ALASSANE SALL : ‘’Je suis contre Macky Sall’’