Publié le 1 Dec 2012 - 06:20
CROISSANCE ET DÉVELOPPEMENT

Sénégal vs Corée, la nuit et le jour en un ½ siècle

 

 

Entre 1960 et 1962, le Sénégal avait un Pnb de 120 dollars contre 100 pour la Corée. Un demi-siècle plus tard, la tendance s'est inversée de façon effrayante pour les Asiatiques qui en sont à 21 000 dollars contre 1300 pour notre pays. Il s'est passé quelque chose, selon Cheikh Tidiane Gadio. Mais l'ambassadeur coréen à Dakar, lui, souligne que son pays est prêt à partager son expérience... C'était au cours d'un séminaire sur un partenariat pour les 10 prochaines années.

 

 

Possédant le même niveau de développement que le Sénégal dans les années 60, la Corée se présente aujourd'hui comme un modèle de puissance économique. À l'occasion du séminaire «Corée-Sénégal, Partenariat pour les 10 ans à venir», qui marque le cinquantenaire de l'établissement des relations diplomatiques entre les deux pays, l'ambassadeur de la République de Corée à Dakar, Chong-Weon Shin, a exprimé la volonté de son pays de partager son expérience avec les pays africains, dont le Sénégal, dans le domaine de la croissance.

 

Pour l'ambassadeur, cette rencontre est une innovation pour renforcer les échanges déjà «dynamiques» entre Dakar et Séoul. À cet effet, Chong-Weon Shin a rappelé que «la Corée a déjà déployé beaucoup d'efforts pour appuyer le développement économique et social du Sénégal, notamment dans le domaine de la santé». En outre, a rappelé le diplomate coréen, «le Sénégal a réalisé divers projets dans différents domaines comme celui de l’établissement des relations administratives, signé en 2009 et achevé en 2011, de même que les importations maritimes signées en 2011 et actuellement en cours d’élaboration avec le ministre sénégalais de la Pêche».

 

D'après le diplomate, l'augmentation du volume des investissements et des échanges commerciaux, en 2011, confirme le renforcement des relations économiques et commerciales entre les deux pays. Chong-Weon Shin a également suggéré à notre pays de mettre un accent particulier sur l'agriculture car «la révolution verte est plus importante que la révolution industrielle» du fait qu'elle «participe à l'amélioration des conditions de vie des peuples». A ce niveau aussi, la Corée est prête à «partager son expérience avec le Sénégal». Pour Moubarack Lô, Directeur-adjoint du Cabinet du président de la République, «il est important pour notre pays de repérer les facteurs qui ont permis à la Corée de connaître la voie du développement».

 

Présent à la clôture du Forum hier, Cheikh Tidiane Gadio, président de l'Institut panafricain de stratégies (IPS), «il s'est passé quelque chose de fondamental en Corée sur laquelle nous devons réfléchir parce que (les Coréens) ont passé 50 ans le nez sur le guidon en train de pédaler, pédaler pour se développer.» Exemples à l'appui, il rappelle que, entre 1960 et 1962, «le Sénégal avait un Pnb par habitant de 120 dollars contre 100 dollars pour la Corée.» Aujourd'hui, alors que notre pays en est à 1300 dollars, la Corée est passée à un Pnb de...21 000 dollars par habitant. «Qu'est-ce qui s'est passé ?» s'est demandé l'ancien chef de la diplomatie sénégalaise.

 

ANTOINE DE PADOU

 

 

 

AVERTISSEMENT!

Il est strictement interdit aux sites d'information établis ou non au Sénégal de copier-coller les articles d' EnQuête+ sans autorisation express. Les contrevenants à cette interdiction feront l'objet de poursuites judiciaires immédiates.

 

 

 

 

 

Section: