Publié le 27 Apr 2019 - 23:16
AVIS D’INEXPERT PAR JEAN MEÏSSA DIOP

Menaces de publicitaires sur la déontologie de la presse

 

Quand les chartes de déontologie prohibent au ‘’journaliste digne de ce nom’’ (Paris 1918) et lui recommandent de ‘’ne jamais confondre le métier de journaliste avec celui du publicitaire’’ (Munich 1971), c’est pour éviter au journaliste et à l’organe de presse qui l’emploie le conflit d’intérêt entre le devoir moral et professionnel de publier une information - défavorable au commanditaire du message publicitaire à la diffusion payée de manière régulière ou clandestine - et l’obligation monnayée de la taire. Un fait d’actualité survenu au Sénégal depuis deux jours nous en fournit un exemple intéressant et sur lequel il faut méditer.

Le voici : des travailleurs de l’opérateur de téléphonie Expresso sont en colère contre leur employeur, mais la radio dakaroise Zik Fm n’en a pas fait état. Au sein de cette radio, un agent, Ahmet Aïdara, en l’occurrence, ose déclarer à l’antenne être ‘’l’ambassadeur d’Expresso à Zik Fm’’ (sic). Nos contacts avec des personnels de la rédaction de cette radio nous assurent n’avoir pas entendu diffusée sur Zik Fm une information sur la crise à Expresso, ni reçu un communiqué de travailleurs courroucés d’Expresso et, selon le journal ‘’Dakar Times’’ et le site www.senegal7.com, ‘’fustigeant les licenciements abusifs du personnel et des délégués syndicaux’’. ‘’C’est l’enfer depuis l’arrivée, en 2015, du nouveau directeur général Abdalla Saeed, assisté par son Daf Ali Bashir et Sajid Ahmad Khan, Directeur commercial’’, se plaignent les agents syndiqués cités par les deux organes de presse. La radio dakaroise iRadio a, elle aussi, relaté cette crise.

Il se peut que la radio du  sieur ‘’ambassadeur’’ Aïdara n’ait pas reçu l’information sur le conflit social en cours à Expresso qui dispose d’un ‘’journaliste’’ motivé on ne sait comment, ni pourquoi et pour quoi. Y aurait-il eu un lien entre les ‘’fonctions’’ de ce plénipotentiaire et le non-traitement de cette information par sa radio ? Questions… Quoi qu’il en soit, la revendication d’Aïdara est de nature à créer malaise et suspicion légitimes chez l’auditeur qui a une ou plusieurs fois entendu l’’’ambassadeur’’ exhiber à l’antenne sa carte de visite. Ce représentant d’un annonceur agit-il en clandestin ou avec l’autorisation de son employeur ? Question aussi… Sa qualité assumée et clamée ne peut-elle pas influencer un aspect de la ligne rédactionnelle - de la radio qui l’emploie - vis-à-vis d’un annonceur ? Quelle est la capacité d’inflexion et/ou  d’influence de ‘’l’ambassadeur’’ d’un annonceur sur le traitement honnête et équidistant d’une information par un organe de presse ? Autre question, parmi tant d’autres…

Voilà un ‘’cas d’école’’ qui donne raison aux prescriptions des chartes de déontologie - lesquelles sont sans concession sur la possibilité pour un journaliste d’être publiciste et professionnel de la collecte et du traitement de l’information. Le mélange de ces deux genres et de personnages n’est ni possible ni souhaitable. Le public y est lésé dans son droit à l’information et de connaître la vérité. Nombre d’individus ne sont ni gênés ni torturés par l’inconfort éthique et professionnel d’être journalistes et lecteurs de messages payés par des annonceurs. Ils n’écoutent guère les observations et conseils de confrères et consœurs préoccupés d’éthique et de déontologie, mais perçus comme des ‘’jaloux des véhicules et des crédits en banque’’ de ceux qui se tamponnent d’orthodoxie pour vivre sur un grand pied.

Cette confusion volontaire - parce que rétribuée - conduit à ce concept que les spécialistes appellent ‘’menace des annonceurs contre la déontologie’’. Et cette menace existe quand il y a possibilité et éventualité de pression(s) des pourvoyeurs d’insertions publicitaires payantes très vitales pour la vie d’un organe de presse. Et cela oblige l’organe de presse au choix cornélien entre ce que le fondateur  du journal parisien ‘’Le Monde’’, Hubert Beuve-Méry, dénomma ‘’moyens de vivre’’ très difficiles à faire cohabiter avec les ‘’raisons de vivre’’.

Post-scriptum : Cette allusion à un cas d’éthique et de déontologie est faite en ces trois journées (25, 26, 27 avril 2019) à Dakar au cours desquelles le Conseil pour l’observation des règles d’éthique et de déontologie (Cored) de la presse sénégalaise a tenu à Dakar son Assemblée générale avec, parmi les points, le toilettage de ses textes et dont les conclusions ne tarderaient guère à être rendues publiques.

 

Section: 
PORTRAIT MAIMOUNA NDOUR FAYE (PATRONNE DE PRESSE) Amazone et self-made woman
ANTA BABACAR NGOM : Haute voltige !
AMADOU BA : Le prix de la patience et de l’endurance
AMINATA TOURÉ : La bagarreuse
MOUHAMADOU MAKHTAR CISSÉ : Réformateur, travailleur et post-moderne
“Moi, Ibrahima Sène”
BILLET D’HUMEUR PAR GASTON COLY : Le point de non-retour !
COMMUNIQUÉ DU COSCE SUR LE DÉROULEMENT À MI PARCOURS DU SCRUTIN DU 31 JUILLET 2022
FEMME À LA UNE – BIGUE BOB, RÉDACTRICE EN CHEF D’’’ENQUÊTE’’ Femme choc !
DOCTEUR MARIE KHEMESSE NGOM NDIAYE, DIRECTEUR GENERAL DE LA SANTE : La femme aux défis
FATOU JAGNE SENGHORE (ARTICLE 19) : Gardienne de la liberté d’expression
PAPA AMADOU SARR (EX DG DER/FJ) : Un as de la levée de fonds
ALIOUNE BADARA CISSE, 60 ANS, MEDIATEUR DE LA REPUBLIQUE : Un ‘’rebelle’’ dans la jungle APR
PR MARY TEUW NIANE : ‘’Je tends, sans distinction, la main à tous les acteurs de la vie politique...‘’
OUMAR GUEYE, MINISTRE DES COLLECTIVITES TERRITORIALES : Le géomètre politique
GRAND’PLACE AVEC ALIOUNE TINE, FONDATEUR D’AFRIKAJOM : ‘’Le dialogue a échoué’’
MARIE JOSEPHINE DIALLO, SECRETAIRE GENERALE DE L’ASSEMBLEE NATIONALE : L’expérience silencieuse
ME ABDOULAYE WADE : Péripéties d’un politicien intemporel
YOUSSOU NDIAYE, ANCIEN MAGISTRAT ET ANCIEN INTERNATIONAL DE FOOTBALL : Plus ‘’Juste’’, plus ‘’Vrai’’, plus ‘’Sport’’
GRAND’PLACE AVEC THIERNO ALASSANE SALL : ‘’Je suis contre Macky Sall’’