Publié le 10 Jun 2021 - 20:18
COMMISSARIAT CENTRAL DE DAKAR

Abdou Faye s’est pendu avec un filet de bain dans les toilettes

 

En garde à vue dans les locaux du commissariat central de Dakar, après un retour de parquet, Abdou Faye, un des complices dans l’évasion de Baye Modou Fall alias ‘’Boy Djiné’’, s’est pendu avec un filet de bain, dans les toilettes, dans la nuit du 7 au 8 juin, vers les coups de 3 h du matin. Il s’était plusieurs fois cogné la tête contre le mur, durant sa garde à vue dans les locaux de la gendarmerie.

 

Avant-hier, tard dans la nuit, vers les coups de 3 h, au moment où ses autres camarades de cellule étaient dans les bras de Morphée, Abdou Faye (un des complices de Baye Modou Fall ‘’Boy Djiné’’, arrêté en même temps que l’as de l’évasion à Missirah, dans la région de Tambacounda) s’est pendu dans les toilettes des locaux du commissariat central de Dakar. Il y était, à la suite d’un retour de parquet. Selon nos informations, il avait caché le filet de bain dans son caleçon, avant d’entrer dans les toilettes. Ensuite, il a attaché solidement un bout du filet de bain, communément appelé ‘’ndiampé’’, avant de nouer l’autre bout autour de son cou, debout sur la chaise anglaise. S’étant assuré de la solidité du tout, renseignent nos interlocuteurs, il s’est laissé tomber dans le vide.

Selon toujours nos sources, c’est au petit matin que l’un de ses camarades de cellule a constaté le drame. Alertés, les limiers ont fait descendre le corps inerte. La dépouille a été acheminée dans un établissement sanitaire de la place, sur injonction du procureur de la République, pour les besoins de l’autopsie. Ses résultats sont attendus impatiemment, confie-t-on, pour voir la suite à donner à ce drame qui secoue tout la nation. Une enquête sera ouverte. Mais pour l’heure, elle n’est encore confiée à personne.

En outre, informent nos sources, la victime n’en était pas à sa première tentative de suicide. Lors de sa garde à vue dans les locaux de la gendarmerie, il s’était cogné, à plusieurs reprises, la tête contre le mur, pour mettre fin à sa vie. Une information qui a été confirmée, précisent d’autres sources, par un ses camarades de violon et qui était très proche de la victime Abdou Faye, dit-on.  

Dans cette affaire, on explique que les détenus qui bénéficient d’un retour de parquet sont sous la responsabilité du chef de poste qui est sous les ordres de l’Administration pénitentiaire. D’ailleurs, informe-t-on, ceux-ci ne sont pas gardés au même endroit que les autres personnes interpellées par les différents démembrements du commissariat central de Dakar.

Les caméras de surveillance ont été installées au commissariat central, il y a 5 ans

Hier, il a aussi été fait cas de l’installation de nouvelles des caméras de surveillance, après le drame, dans les locaux du commissariat central de Dakar. Nos interlocuteurs parlent de ‘’fake news’’. Ils renseignent que les caméras de surveillance sont installées depuis 5 ans. Leur siège principal se trouve au niveau de l’Ecole nationale de police et de la formation permanente. A l’époque, poursuivent nos sources, la question de l’installation desdites caméras dans les toilettes avait fait l’objet d’intenses discussions. Les uns étaient pour et les autres contre. C’est le cas de l’Observatoire national des lieux de privation de liberté (ONLPL) qui avait dit niet. Il expliquait sa position, à l’époque, par le fait qu’une telle chose était attentatoire à la dignité humaine. C’est par la suite qu’il a été décidé d’installer des caméras de surveillance dans tous les coins du commissariat central, excepté les toilettes.

Nos interlocuteurs de dire que l’installation de caméras aurait permis de faire échec au projet funeste d’Abdou Faye.  

CHEIKH THIAM

 

Section: