Publié le 25 Jun 2024 - 09:55

DE LA PROBLEMATIQUE DES LANGUES NATIONALES

 

Les grecs ont traduit les textes égyptiens pour enraciner la science chez eux. Le même procédé a essaimé sur toute l’Europe.

Ce n’est pas un fait du hasard si tout le Nord est développé.

Aucun peuple ne peut entretenir le progrès dans une langue étrangère.

Les japonais, ayant très tôt perçu que la langue est la clé de voûte du développement ont reproduit le modèle du prétendu miracle grec et les chinois leur emboîtant le pas sont en passe d’être la première puissance économique.

Les potaches des ex-républiques soviétiques devenues indépendantes dans les années 90 telles que l’Ukraine, l’Estonie, la Lituanie, la Moldavie apprennent déjà avec leur langue maternelle, tout comme la petite Serbie née de l’éclatement de la Yougoslavie.

Cheikh Anta Diop prêchait dans le désert en appelant à l’introduction des langues africaines dans le système éducatif comme langues d’enseignement.

A ce jour, seule l’Ethiopie fait exception : dans ce pays où coexistent plusieurs langues, les élèves apprennent avec leur langue maternelle pendant huit ans avant d'embrasser une langue étrangère.

Aucun modèle de développement ne peut prospérer s’il est porté par une langue étrangère sinon il tire l’élite vers le haut en repoussant le peuple vers le bas.

Ce que la plupart de nos brillants intellectuels perdent pourtant de vue.

Allah n’a t-il pas déjoué le projet de la tour de Babel en infligeant aux acteurs une diversité linguistique soudaine ?

Ne pouvant plus se comprendre, le projet est tombé à l’eau.

C’est tout le contraire du succès de Pentecôte où par miracle le discours de l’apôtre fut bien entendu par le public, chacun dans sa langue : c’est la traduction. Il urge de faire des dictionnaires étymologiques dans toutes les langues nationales.

Mohamadou Ndaw

Ingénieur hydrogéologue

ndaorassoul@gmail.com

 

Section: 
Quand Sonko-Diomaye et Pastef veulent démettre les directeurs nommés par appels à candidature !
0,6%… Oui zéro virgule six pour cent…Par Amadou Tidiane Wone
Dissolution d’une Assemblée nationale dans le monde : quand et pourquoi ?
Sénégal : Cinq activistes dénoncent des conditions de détention inhumaines
Changement climatique : adaptation des variétés paysannes.
AFRIQUE DU SUD : POURQUOI L’ANC A PERDU SA MAJORITÉ ABSOLUE ?
LES DÉFIS DE LA COMMUNICATION POUR LA SANTÉ
LA MASSIVE ET NOUVELLE FREQUENTATION DES LYCÉES AU BAOL MBAKOL NDIAMBOUR ET AU CAYOR DONNERA AU SÉNÉGAL BEAUCOUP D’AUTRES CHEIKH ANTA DIOP
Le cinéma, un levier  efficace pour promouvoir la destination touristique de kédougou : Kédougou : pôle cinématographique et touristique.
Le fonctionnaire au Sénégal, un sans voix à la merci du politique
CONTRIBUTION: 100 JOURS DE GOUVERNANCE BASSIROU D. FAYE : De la nécessité de se hâter lentement
Monsieur le Président : Montrez-nous la lune au lieu de vous cacher derrière votre petit doigt
Les ambulants et les conducteurs de Jakarta ne sont pas les problèmes mais les conséquences des problèmes.
 Proposition de solutions pour le Fichier électoral et le parrainage
L’ANCIENNE MAJORITE DEVENUE LA NOUVELLE OPPOSITION, PEUT –T-ELLE AVOIR LA MEMOIRE SI COURTE ?
ALLIANCE DES ETATS DU SAHEL, UNE CATASTROPHE POUR LA DÉMOCRATIE EN AFRIQUE
SECTEUR DE LA SANTÉ : QUELQUES RÉFLEXIONS SUR LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES
L'OTAN A-T-ELLE ENCORE SA RAISON D'ÊTRE ?
REFORMES DE LA JUSTICE POUR UN SYSTEME JUDICIAIRE EFFICACE ET EFFICIENT
« Les 100 jours du gouvernement de ruptures : Point de vue d’un modeste citoyen »