Publié le 14 Jun 2024 - 11:18
Burkina Faso

« enlèvement » de l’oncle et ancien compagnon de lutte de Thomas Sankara

 

Agé de 74 ans, Mousbila Sankara avait exprimé dans une lettre ouverte de « sérieuses inquiétudes » quant à la conduite du régime militaire, dirigé par le capitaine Ibrahim Traoré.

 

Mousbila Sankara, ancien diplomate, oncle et compagnon de lutte du père de la révolution burkinabée Thomas Sankara tué en 1987, a été « enlevé » mardi 11 juin par « des individus » disant appartenir aux services de renseignement, ont annoncé mercredi ses proches à l’Agence France-Presse (AFP).

Mousbila Sankara, âgé de 74 ans, a été « enlevé hier vers 5 heures du matin à son domicile » à Ouagadougou, capitale du Burkina Faso, par « des individus affirmant être des agents de l’ANR [Agence nationale de renseignement] », a affirmé l’un de ses proches, ayant requis l’anonymat.

 « Il revenait de la prière du matin lorsqu’il a été interpellé par ces individus, qui l’ont autorisé à prendre ses produits [médicaments] vu qu’il est sous traitement », a-t-il précisé. « Au départ, il s’agissait d’aller l’entendre et de le ramener en fin de matinée [mardi], mais », depuis lors, « on n’a plus de ses nouvelles », a-t-il poursuivi, dénonçant un « enlèvement » et appelant « à sa libération immédiate ». D’autres proches de Mousbila Sankara ont confirmé à l’AFP qu’il avait été emmené par des individus mardi et disent également ne plus avoir de nouvelles.

« Ouvrir l’espace public aux citoyens »

Mi-mai, Mousbila Sankara avait exprimé dans une lettre ouverte de « sérieuses inquiétudes » quant à la conduite du régime militaire au pouvoir, dirigé par le capitaine Ibrahim Traoré. M. Sankara demandait au chef du régime de protéger les « droits fondamentaux des travailleurs acquis depuis longtemps » et d’« ouvrir l’espace public aux citoyens pour l’expression de leur liberté ».

Mousbila Sankara, oncle paternel de Thomas Sankara, était aussi l’un de ses compagnons de lutte. Il a également été ambassadeur du Burkina Faso en Libye (1986-1987).

Plusieurs cas d’enlèvements de voix considérées comme hostiles au régime militaire, au pouvoir depuis un coup d’Etat en septembre 2022, ont été rapportés ces derniers mois à Ouagadougou.

Le célèbre avocat et leader de la société civile du Burkina Faso, Guy Hervé Kam, arrêté fin janvier, a été libéré puis enlevé dans la foulée fin mai, avant d’être incarcéré à la prison militaire. Il est poursuivi pour « complot contre la sûreté de l’Etat » et « association de malfaiteurs ».

Un ancien chef de corps militaire, le lieutenant-colonel Emmanuel Zoungrana, poursuivi pour « tentative présumée de déstabilisation des institutions de l’Etat », a également été enlevé, alors qu’il avait été remis en liberté provisoire la veille, selon son entourage.

Le Monde avec AFP

Section: 
SÉANCE PLÉNIÈRE DU PARLEMENT DE LA CEDEAO : Guy Marius Sagna, le député antisystème 
FORTES TENSIONS ET RISQUES DE CONFLIT ENTRE LA CÔTE D'IVOIRE ET LE BURKINA FASO : Les raisons de l’escalade
Israël/Palestine : La Cour internationale de justice estime que l’occupation des territoires palestiniens par Israël depuis 1967 est « illégale »
Burkina : L'ex-dirigeant Damiba critique l'«aveuglement» de son tombeur Ibrahim Traoré, selon «Jeune Afrique»
DIEYNABA DIOP - PORTE-PAROLE DU PARTI SOCIALISTE : Première Franco-Sénégalaise députée
INTÉGRATION AFRICAINE : La ‘’teranga’’ gabonaise à Dakar  
COLONEL ABDOU AZIZ NDAW : ‘’La politisation de notre diplomatie est regrettable’’
ACTIVISTES GUINÉENS ARRÊTÉS
LEGISLATIVES EN FRANCE : La Pen de Bardella
Les défis de l'Alliance des États du Sahel (AES) et l'avenir de la libre circulation en Afrique de l'Ouest
CEDEAO/AES : Duel des sommets entre Abuja et les juntes militaires
Guerre à Gaza : Israël envoie une délégation à Doha pour négocier la libération des otages
Législatives en France : Fin du dépôt des candidatures, plus de 210 désistements pour éviter des triangulaires
Présidentielle en Mauritanie : Mohamed Ould Ghazouani réélu, selon les résultats provisoires officiels
FRANCE - ÉLECTIONS LÉGISLATIVES : L'extrême droite aux portes de Matignon, Macron désavoué
DES SUITES DE TORTURES : L’ancien chef de l’armée guinéenne meurt en prison
Niger: un groupe politico-militaire enlève le préfet de Bilma et exige la libération de l’ex-président Bazoum
Trois semaines de tensions intercoréennes.
BURKINA-MALI-NIGER : La répression pour masquer l’échec
En devenant producteur de pétrole, « le Sénégal va avoir plus des marges de manœuvre pour transformer son économie »