Publié le 20 Mar 2012 - 11:39
CONTRIBUTION

Wade, talibé ou fossoyeur du Mouridisme ?

 

 

En mars 2000, fraichement élu, Wade se rend à Touba pour, dit-il remercier Serigne Saliou pour ses prières qui ont contribué à son élection dans la paix.

 

Depuis, le Président Wade ne se rend à Touba qu’accompagné des caméras de la Télévision  d’Etat. Ce «mouridisme médiatique », ainsi que des déclarations du genre « je favorise Touba »  ou celle faite dans une ville de l’intérieur du pays lors de la campagne du premier tour « élisez moi et je bâtirai votre ville comme j’ai  fait pour Touba ».

 

Ce « Mouridisme médiatique » disais-je, indispose au plus haut point la majorité des mourides et n’a cessé d’exacerber un anti-mouridisme primaire chez les autres confessions qui ne comprennent pas le « jeu » du Président « talibé ».

 

 

Confrontons alors les apparences avec la réalité.

 

Certes le régime libéral a fait des réalisations dans la ville sainte de Touba. Rien de plus normal pour la seconde ville la plus peuplée du pays, et qui, en plus reçoit chaque année durant le Magal près de 3 millions de personnes supplémentaires.

 

C’est ainsi que des forages ont été ajoutés au parc de la ville pour palier au manque d’eau durant le Grand Magal. On peut également noter des réalisations au niveau de la voirie, notamment l’autoroute Touba-Mbacke et celle récente Touba-Ngabou. L’Héliport de Touba est aussi à mettre à l’actif du Président Wade. Mais cette infrastructure est essentiellement utiliser par… le Président Wade.

 

A côté de ces infrastructures étatiques beaucoup d’autres réalisations sont à mettre au crédit des talibés mourides eux même. Comme leur avait recommandé le Cheikh El Khadim, de ne compter d’abord que sur eux même, les fidèles mourides n’ont jamais attendu l’Etat pour bâtir la ville sainte. La Grande Mosquée est entièrement le fruit de leur sueur  et toutes les autres mosquées de la ville, le réseau de la voirie intérieur et de l’assainissement  réalisé avec les 10 milliards réunis par Serigne Saliou. Les différentes extensions de l’éclairage public sur fonds propres par les différents Khalifs. L’Hopital Matlabul Fawzayni réalisé pour un coût de près de 7 milliards par le Dahira du même nom. La liste n’est bien entendu pas exhaustive.

 

C’est pourtant tous ces efforts de toute une communauté dont le Président Wade veut s’auto-donner le mérite. Voulant donner l’impression qu’il a « fait » Touba. C’est non seulement très loin de la vérité, mais ingrat de la part de l’Etat pour une communauté qui investi dans bien des infrastructures  dont il était du devoir de celui-ci de réaliser pour les citoyens sénégalais de Touba. On peut même dire que ces actions allègent l’administration et lui permettent de faire des réalisations dans d’autres villes du Sénégal.

 

Rappelons le projet de modernisation de la ville sainte de Serigne Saliou. Quand il a voulu démarrer les chantiers sur fonds propres avec 10 milliards, c’est le Président Wade qui lui avait demandé de lui remettre cette somme car il promettait de faire des travaux à hauteur de 100 milliards dans la ville sur 5 ans. Attendant très longtemps la concrétisation des promesses du Président, Serigne Saliou fini par lui réclamer son argent. Quelques mois après, Serigne Saliou rejoint son Seigneur sans voir de son vivant le démarrage de ses projets de modernisation de Touba qui lui tenaient tant à cœur, par la faute de celui qui lui avait demandé d’attendre sans succès la réalisation de ses promesses.

 

Depuis lors (5 ans), Wade ne manque aucun voyage à Touba pour répéter encore et encore Qu’il compte bien respecter ses promesses faites à Serigne Saliou. Pourtant depuis ces promesses faites à Serigne Saliou, Wade a dépensé près de 100 milliards… pour faire un monument, dite de la renaissance africaine, organiser un festival des arts nègres, construire un théâtre.

 

Aujourd’hui, Wade qui peine à trouver un Ndiguel auprès des Khalifes des confréries en général et du Khalife général des mourides en particulier, se tourne vers des donneurs de « ndiguels » périphériques.

 

Le mouridisme dont la force est tirée entre autres du fait de parler d’une seule voix, celle de son Khalife général, se voit confronté à une tentative claire de division par le Président sortant. En tentant et en obtenant, parfois à coup de mallettes, des « ndiguels », consignes de vote en sa faveur, Wade risque de déplacer et atomiser  l’autorité mouride hors des mains du Khalif de Cheikh Ahmadou Bamba.

 

Si sa tentative réussi , il est fort à parier que nous risquons de voir ces donneurs de « ndiguels » s’autoproclamer « Khalife » à la place du Khalife avec la bénédiction du Président qu’ils auraient contribué à faire réélire.  Wade n‘a-t-il pas reconnu un autre grand Serigne de Dakar autre que El H Bassirou Diagne dès son accession à la magistrature suprême en 2000 ?

 

Bien sûr cette reconnaissance n’aurait aucun effet majeur mais risquerait de créer une  confusion préjudiciable à l’unité mouride.

 

S’il gagne, il n’aurait plus besoin du soutien de qui que ce soit, ne va-t-il pas chercher à  assouvir un  dessein caché ?  Affaiblir le pouvoir religieux, en le combattant de l’intérieur et en appliquant méthodiquement l’adage « diviser pur mieux régner ».

 

Wade est mouride me diriez vous, il ne peut pas contribuer sciemment à  fragiliser une communauté à laquelle il déclare appartenir. Oui, c’est ce qu’il déclare, mais n’a-t-il pas aussi déclaré qu’il avait été franc-maçon ? Des spécialistes du sujet n’ont-ils pas dit qu’une fois qu’on est franc-maçon, on le reste à vie ?

 

Cheikh Ahmed Mbacke,

Touba Darou Minane

 

 

Section: 
LA MASSIVE ET NOUVELLE FREQUENTATION DES LYCÉES AU BAOL MBAKOL NDIAMBOUR ET AU CAYOR DONNERA AU SÉNÉGAL BEAUCOUP D’AUTRES CHEIKH ANTA DIOP
Le cinéma, un levier  efficace pour promouvoir la destination touristique de kédougou : Kédougou : pôle cinématographique et touristique.
Le fonctionnaire au Sénégal, un sans voix à la merci du politique
CONTRIBUTION: 100 JOURS DE GOUVERNANCE BASSIROU D. FAYE : De la nécessité de se hâter lentement
Monsieur le Président : Montrez-nous la lune au lieu de vous cacher derrière votre petit doigt
Les ambulants et les conducteurs de Jakarta ne sont pas les problèmes mais les conséquences des problèmes.
 Proposition de solutions pour le Fichier électoral et le parrainage
L’ANCIENNE MAJORITE DEVENUE LA NOUVELLE OPPOSITION, PEUT –T-ELLE AVOIR LA MEMOIRE SI COURTE ?
ALLIANCE DES ETATS DU SAHEL, UNE CATASTROPHE POUR LA DÉMOCRATIE EN AFRIQUE
SECTEUR DE LA SANTÉ : QUELQUES RÉFLEXIONS SUR LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES
L'OTAN A-T-ELLE ENCORE SA RAISON D'ÊTRE ?
REFORMES DE LA JUSTICE POUR UN SYSTEME JUDICIAIRE EFFICACE ET EFFICIENT
« Les 100 jours du gouvernement de ruptures : Point de vue d’un modeste citoyen »
Affaire SamaCasierJudiciaire : Un Révélateur de la Nécessité d'Amélioration de la Livraison des Projets Numériques dans les Administrations Sénégalaises
Oui pour l'abrogation de la loi d'amnésie (loi d'amnistie) !
TROIS MOIS APRES LA VICTOIRE DU 24 MARS, ACCÉLÉRER LE PAS SUR LE CHEMIN DE LA RUPTURE !
L'HISTOIRE DU TÉLÉPHONE AU BAC ET L'ÉDUCATION TRANSFORMATRICE
CENT JOURS…CENT FAILLES…
Mieux vaut tard que jamais avec la disparition des plaques d’égouts
Une solution PROMISE aux besoins de financement de nos PME avec la grâce de Dieu