Publié le 20 Sep 2016 - 03:05
EVACUATIONS SANITAIRES A L’ETRANGER

La curieuse opacité

 

A combien se chiffrent les évacuations sanitaires, par an, au Sénégal ? S’il est difficile voire impossible de répondre à cette question, du fait d’une certaine omerta sur la question. Le moins que l’on puisse dire est que le Sénégal est à la traine sur la question du relèvement de son plateau technique. Actuellement, les évacuations ne sont plus possibles en France, car les deux pays ne sont pas d’accord sur les modalités. D’ailleurs, une histoire de dette est au cœur de ce blocage. La seule destination est le Maroc. Des acteurs de la santé dénoncent des magouilles, une gestion opaque et partisane et des abus. Le président du conseil de santé du Sénégal reconnait des dysfonctionnements, dans le passé, mais assure que la question est gérée actuellement avec toute la rigueur nécessaire. Le Docteur Mamadou Diarrah Bèye, Directeur du Samu National, apporte lui son éclairage et propose une solution pour avoir des chiffres précis.

 

Il est extrêmement difficile de chiffrer les évacuations sanitaires, en termes de coût pour les deniers de l’Etat. Une véritable opacité. Pour des spécialistes de la santé, ce sont des milliards de FCFA qui sont dépensés annuellement. ‘’On ne donne jamais le chiffre exact. Et tout dépend de la personne à évacuer. Si c’est une haute personnalité de l’Etat, la somme est plus importante. L’Etat dépense beaucoup d’argent pour évacuer ces privilégiés’’, renseigne une source médicale. Ce qui est déplorable dans cette affaire, renseigne-t-elle, est que des pauvres continuent à mourir dans le pays, à cause d’une simple diarrhée, ou d’un paludisme. Au moment où nos fonctionnaires se servent de l’argent du peuple. En effet, il faut savoir que l’Etat, en principe, n’évacue que les fonctionnaires et leurs familles.

A propos de ces évacuations, un autre agent de la santé parle d’un anachronisme qu’il faut corriger. D’ailleurs, il les voit comme une humiliation pour notre pays qui compte plus de spécialistes et d’experts que beaucoup de pays du Maghreb. ‘’C’est une honte, non seulement pour le Sénégal, mais pour toute l’Afrique. Combien de présidents et d’autorités africains sont morts à l’étranger. On n’arrive pas à les compter. Nos pays doivent faire des efforts pour soigner leurs malades et arrêter d’enrichir les plateaux médicaux des hôpitaux étrangers’’, fulmine notre interlocuteur. Qui pense aussi que, quand le Sénégal évacue un malade à l’étranger, il améliore le plateau technique de l’hôpital du pays d’accueil. ‘’C’est avec nos milliards que ces Hôpitaux valorisent leurs hôpitaux, paient leurs personnels, ainsi de suite’’, tonne notre source.

D’une manière générale, les acteurs de la santé sont foncièrement contre ces évacuations à coups de centaines de millions de francs ou de milliards. Personne n’est en mesure d’en donner le montant exact. ‘’En tout cas, que ce soit des milliards ou des centaines de millions, c’est déjà beaucoup dans un pays qui a de nombreuses priorités, où la majorité peine à se rendre à l'hôpital, ou beaucoup ne mangent pas à leur fin. Cet argent devrait servir à améliorer les plateaux techniques de nos pauvres hôpitaux, afin d’arrêter ces évacuations’’, tonne notre interlocuteur. Un autre acteur de la santé soutient avec certitude que l’évacuation d’un malade coûte en moyenne 5 millions. ‘’Les 500 malades font 2,5 milliards, alors que le coût des consommables pour prendre en charge ce nombre de malades, dans notre pays, est de 261 millions. C’est une économie de 2 milliards qu’on peut faire, qui peut construire un hôpital’’.

Magouilles et abus

Si le coût des évacuations sanitaires n’est pas connu et surtout n’est pas communiqué, cela est dû aux magouilles et abus qui entourent cette affaire, selon certains acteurs de la santé. Notamment, pour ce professionnel de la santé qui déclare : ‘’Entre les passe-droits offerts aux uns et aux autres ; les petites magouilles dont profitent certains et le laxisme qui prévaut à plusieurs niveaux de responsabilité, le Trésor public en vient à supporter des charges qu’il n’aurait jamais dû supporter. La France avait mis le holà, à cause d’un endettement extrêmement élevé aupreès de certains hôpitaux français. C’était des milliards de francs CFA que l’Etat ne parvenait pas à honorer. Ils ont mis fin à la collaboration, parce que le Sénégal n’arrivait plus à payer cette dette. En exigeant de l’Etat sénégalais des garanties financières très lourdes, avant tout déplacement médical, la France a réglé le problème pour ses structures hospitalières’’, signale notre interlocuteur.

Le secrétaire général du Sutsas, Mballo Dia Thiam, de dire que la question des évacuations sanitaires a toujours constitué un réel problème. Ceux qui en profitent ne sont pas toujours ceux qui doivent en profiter. ‘’Ce n’est pas un mécénat. Ce sont des factures qu’on doit payer aux établissements étrangers. Si une structure n’arrive pas à honorer ses engagements, il est clair que la première réaction, c’est de couper les robinets. La question des évacations a toujours posé des problèmes à la catégorie qui doit aller en France. C’est pourquoi, à un moment donné, je parle bien du temps de Maguette Diouf était ministre en charge de la Bonne organisation de l’Etat, il était question que les fonctionnaires s’organisent, parce que l’ardoise était, en son temps, très salée. On a eu des rencontres à Saly (Saly I et Saly II) pour créer une sorte de mutuelle pour essayer de prendre en charge ces questions d’évacuations sanitaires’’, explique M. Thiam.

Ce dernier soutient ignorer les derniers développements, mais en tout cas l’ardoise avec la France était très importante. ‘’Une structure qui fonctionne et qui a besoin de ressources, a besoin de recouvrer ses créances. L’évacuation n’est pas une question conjoncturelle, mais une question d’ordre structurelle. Parce que, que ça soit le Maroc, la Tunisie ou ailleurs, les compétences qui ont été formées à l’université Cheikh Anta Diop, si elles disposent d’équipement, pourront faire autant que ce que font les autres dans la sous-région et à l’étranger. Il est même frustrant de voir des malades se faire accompagner de professeurs agrégés et qui vont retrouver d’anciens étudiants à ces professeurs. Les initiatives n’ont pas manqué pour faire de Le Dantec un hôpital de niveau 4. Il y avait un projet de 80 milliards pour que Dantec soit un hub. Depuis, il n’y a pas eu d’avancement’’, poursuit-il.

Mballo Dia Thiam préconise de mettre en place le guichet double. ‘’Pour des malades d’appendicite, on se fait opérer à l’étranger, souvent au frais de l’Etat. Certaines en profitent même pour accoucher délibérément à l’étranger. Cela pose problème. C’est pourquoi, on était très content de l’initiative du Nepad de gérer nos problèmes sanitaires. C’est-à-dire que ce qu’un pays ne peut pas faire, que l’autre le fasse. Mais l’Afrique est en train de regarder ces fils partir à cause d’un problème de plateau. La clinique cardiologique de Fann est presque fermée, parce qu’il y a un seul anesthésiste senior qui peut sécuriser certaines interventions. Les autres étant en vacance. Ce qui ne se justifie pas, c’est d’amener tout le temps nos malades se faire soigner à l’étranger’’, dit-il.

Le Trésor public dépenserait plus de 4,7 milliards FCFA, par an

Au lieu de jeter une lumière, ces révélations d’une source du ministère de la Fonction publique jettent un trouble. Il renseigne que, chaque année, 40 à 50 agents sont pris en charge par le Trésor public pour la bagatelle de 4,7 milliards FCFA. Selon ses dires, l’Etat dépense environ 180 millions FCFA pour la prise en charge d’un agent. ‘’40 fonctionnaires de l’Etat bénéficient d’évacuation vers l’étranger, sur décision médicale du Conseil de santé dirigé par le médecin chef du centre médico-social. 180 millions sont dépensés par malade. Cette somme comporte les frais de transport, l’hospitalisation y compris la nourriture, en plus de la prise en charge médicale. S’il s’agit d’une haute autorité, la somme est presque doublée’’, confie notre source. Qui précise que cette montant n’est qu’une indication, car une partie de la garantie financière laissée à l’ambassade du pays de destination pourrait être retournée au Trésor payeur, en cas de séjour moins long que prévu dans l’établissement hospitalier d’accueil. Ensuite, la destination France étant plus onéreuse, l’option de la Tunisie ou du Maroc contribuerait à réduire de manière significative le coût.

Mais, pour un autre professionnel de la santé, les montants réels sont plus exorbitants qu’on ne le croit. Parce que, pour la destination France, c’est 3000 Euros par jours (soit 1 950 000 FCFA). ‘’Les préparatifs sont très compliqués pour ce pays. Il y a beaucoup d’exigences. Parce que, si le malade est dans un état critique, on doit payer la civière qui l’accompagne. A bord de la compagnie Air France, la civière équivaut à six places et peut coûter jusqu’à 14 millions, à moins qu’il y ait réduction. Si c’est Tunis Air ou Royal Air Maroc, c’est 7 millions avec 8 places’’, révèle notre source. Qui ajoute qu’une évacuation pour la Belgique, c’est 2000 euros par jour (soit 1 300 000 francs). ‘’Donc le Trésor public dépense des milliards par an pour les évacuations sanitaires des agents à l’étranger. Parce que, si le lieu où se trouve l’établissement est un milieu bourgeois, c’est encore plus coûteux’’, informe notre interlocuteur.

Selon une source du ministère de la Santé et de l’Action sociale, les évacuations sont coûteuses et très difficiles à organiser. ‘’Il faut 10 millions en moyenne pour le faire. Ceux qui en ont le plus besoin sont les enfants qui souffrent des maladies du cœur. Mais, ils n’en bénéficient pas. On préfère évacuer des privilégiés et laisser les enfants mourir dans nos hôpitaux’’, se désole notre source.

VIVIANE DIATTA

Section: 
REGULATION DES TELECOMMUNICATIONS EN AFRIQUE DE L'OUEST : L'Artao sur les chantiers d’une meilleure visibilité
INTERVIEW AVEC AMADOU MOCTAR ANN, CHERCHEUR EN SCIENCES POLITIQUES : Entre continuité et rupture : les orientations diplomatiques de Diomaye et de Macky Sall
PROFIL DU NOUVEAU CHEF DE LA DIPLOMATIE SÉNÉGALAISE : Yassine Fall : Héraldesse du panafricanisme
FRANCE ET SENEGAL : Une nouvelle dynamique des relations
CEDEAO et AES : DIALOGUE EN TERRE DE MÉFIANCE : Les défis de Diomaye Faye
RELATIONS BILATÉRALES ET MULTILATÉRALES DU SÉNÉGAL : Une diplomatie de rupture
ÉQUITÉ DANS L'ACCÈS AUX SOINS DE SANTÉ EN AFRIQUE DE L'OUEST : Que d’inquiétudes !
RESPECT DU SYSTÈME DE POINTAGE ET  DES HORAIRES DE TRAVAIL : Le pointage est effectif dans certaines administrations 
ECO-SOCIAL : Une jeunesse dans le doute, malgré les efforts  
SOURCE DE DIFFERENDS DANS LA PARTIE SUD DU PAYS : Le foncier, l’autre « crise casamançaise »
GRAND-PLACE AVEC ALASSANE S. DIOP : ‘’Mamoudou a décidé de faire de la politique, nous autres membres de la rédaction avons choisi de rester journalistes’’
PROBLÈME D'INFERTILITÉ DANS LES COUPLES L’égoïsme de certains hommes
INTERVIEW- DR NICOLE GACKOU, GYNÉCOLOGUE OBSTÉTRICIENNE : "Les hommes sont pour moi plus exposés que les femmes à l'infertilité"
INFERTILITÉ DANS LES COUPLES Un drame permanent
SAINT-LOUIS : THÉÂTRE POPULAIRE EN DÉCLIN : Les “doyens” et les promoteurs culturels tirent la sonnette
FUSION DES SECTEURS DE LA CULTURE DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS : L’optimisme des acteurs du théâtre
MENACES DE VIOLENCE : Deux alcooliques s’en prennent à un vieux qu’ils accusent d’être un indicateur de la police
PASSATION DE SERVICES AU MINISTÈRE DE LA JEUNESSE : Pape Malick Ndour passe le flambeau à Khady Diène Gaye 
ZIGUINCHOR : Les attentes des populations vastes comme 40 ans de conflit armé
ATTENTES DES SENEGALAIS ENVERS LE NOUVEAU REGIME : La valse des priorités