Publié le 13 May 2012 - 22:31
LÉGALISATION DE L'IVG

Témoignages de victimes

 

La célébration de la journée mondiale de l'infirmier, ce 12 mai, un prétexte pour poser le débat sur la légalisation de l'avortement au Sénégal. Pour les femmes, la grossesse ne doit plus être source d'angoisse.

 

''Je n’ai jamais voulu entretenir des relations hors mariage. J’ai toujours vanté les vertus de la virginité, mais il a suffi que je me retrouve seule avec mon petit copain pour m’en tirer avec une grossesse. Dire qu’on n’est pas allé loin…''. Elles seront nombreuses à se retrouver dans cette histoire racontée par une jeune étudiante en sociologie. Une jeune fille de 23 ans qui s’est toujours préservée et qui se retrouve avec un gros ventre, suite à un simple flirt, comme elle le souligne.

 

Des exemples pareils sont souvent cités par les « blouses blanches ». Mais pour ce cas précis, Khady Faye, nom d’emprunt, a réussi à se débarrasser d’un lourd fardeau, à ses risques et périls. Elle a avorté clandestinement à l’insu de son partenaire qui, selon elle, ''n’était pas prêt à endosser une paternité''. Cette jeune femme se demande si elle pourra savourer un jour les délices de la maternité. Son avortement ne s’est pas fait dans les règles de l’art.

 

Ce n’est pas fortuit si l’Organisation des nations unies estime que l'avortement constitue un véritable problème de santé publique, tant il fait des ravages chez la gent féminine qui est très exposée à la stérilité, à la dépression, aux hémorragies et à la mortalité.

 

 

''L’avortement m’aurait sauvé''

 

N. G., 40 ans, s’est rendue compte d'une grossesse de trois mois, alors que son mari n’avait pas remis les pieds au pays, depuis plus d’une année. C'est la mort dans l'âme qu'elle s'est confiée. Ayant toujours tenu à rester fidèle à son époux, père de ses 5 enfants dont l’aînée a 15 ans. Jamais, dit elle, elle n’a dévié de cette trajectoire. Et c’est en remontant le fil du temps, qu’elle découvrira que l'enfant qu'elle portait était l’œuvre du marabout chez qui elle prenait des bains mystiques. Une honte pour la dame qui s’est enlisée dans un état dépressif. Après avoir donné la vie à une fille, elle ne se relève toujours pas de ce drame. D'après ses proches, elle aurait souhaité se séparer de cette grossesse trop pesante qui a fait d'elle la risée de son quartier. L’avortement l’aurait peut-être couverte de ''soutoura''.

 

 

''J’ai failli me tuer''

 

K. S. a failli perdre la vie en essayant de mettre un terme à sa grossesse suite à une ''erreur de jeunesse''. Elle s’était procurée cinq comprimés de cytotec dans un célèbre point de vente à Dakar, au prix de 25 000 FCFA. Le médicament, bien connu des candidates à l'avortement, est destiné au traitement de l’ulcère gastrique. À cause d'une remontée gastrique, elle a failli donc se tuer. Elle ne peut s’expliquer comment elle a pu y échapper, même si sa tentative a avorté. Elle n’a dû son salut qu’à l’intervention d’un charlatan qui a détruit son fœtus pour 50 000 F, mais à quel prix ?

 

Comme d’autres femmes, elle n’a pas eu la possibilité de recourir à un avortement médicalisé qui se pratiquerait dans certaines cliniques avec des tarifs variant entre 200 000 et 500 000 FCFA.

 

 

Des enfants hors mariage sont bénis

 

Pour les conservateurs, ce n’est pas fortuit si Dieu insuffle vie chez une femme.

Les personnes du 3éme âge accueillent avec désolation ce nouveau projet de loi. Elles pensent que la dégradation des mœurs a atteint son summum. «Des enfants hors mariage sont souvent source de satisfaction pour une nation, il arrive que ces enfants apportent une bénédiction divine dans leur famille. Des femmes qui ont avorté l’ont regretté car elles n’ont pu enfanter par la suite. La punition divine finit toujours par s’abattre sur ces « meurtrières», confie une mammy de plus de 60 ans.

 

Matel Bocoum

 

Section: 
CÉLÉBRATION TABASKI : Pour se payer une perruque, elle vole les bijoux en or de sa mère
JUSTICE – ‘’PRINCIPES DE BANGALORE’’ : Des magistrats à l’école de la déontologie juridique
TVA SUR LES PRESTATIONS DE SERVICES NUMÉRIQUES RÉALISÉES PAR LES ASSUJETTIS ÉTRANGERS : Le ministre des Finances change la donne
LUTTE CONTRE L’INSÉCURITÉ ALIMENTAIRE À KOLDA : Le Pam débloque 45 millions pour promouvoir le fonio dans les écoles
SAINT-LOUIS: CHANGEMENT CLIMATIQUE : Une étude  expose les pertes et  dommages dans la zone Nord
COUR SUPRÊME : Verdict attendu de l'affaire du marché de 71 milliards par le ministère de la Santé
LE MONDE DE LA PRESSE EN DEUIL : Mansour Dieng n’est plus
Vol en réunion avec usage d'arme
GÉNÉRAL BIRAME DIOP, MINISTRE DES FORCES ARMEES ‘’Le Sénégal travaillera sans relâche pour la réunification de la CEDEAO’’
KOLDA/ RECONNU COUPABLE DE SÉQUESTRATION, VIOL ET DE CHARLATANISME : Un charlatan guinéen condamné à 10 ans de prison ferme
SAINT-LOUIS: PASSATION DE SERVICE AU CROUS : Dr Babacar Diop décline sa feuille de route
Rackets dans l'espace CEDEAO
LUTTE CONTRE LA DROGUE ENTRE THIÈS ET KAOLACK : Les brigades régionales de la Docrtis saisissent 326 kg de chanvre indien
MATAM : Djinda Dème valide le changement systémique dans l’éducation
PUBLICITÉ SUR LES MÉTHODES D'AVORTEMENT VIA LES RÉSEAUX SOCIAUX : Le ministre de la Santé menace
LA DUE DILIGENCE ET L'ACCÈS À L'INFORMATION AU SÉNÉGAL : Vers une transparence et une digitalisation accrues
ARABIE SAOUDITE : 1,3 million de pèlerins déjà arrivés, plus de 300 000 clandestins refoulés
FERMETURE ET DÉLOCALISATION DE L’USINE ICS SENCHIM : Une bombe écologique au cœur de Dakar
UTPS
RESTAURATION DES ÉCOSYSTÈMES - AIRE MARINE PROTÉGÉE DE JOAL-FADIOUTH : Daouda Ngom salue le travail des femmes