Publié le 9 Mar 2022 - 00:31
LA MARÉCHALERIE

Fatou Touré, une femme dans un univers traditionnellement masculin

 
C’est un des plus vieux métiers du monde. La plupart du temps exercé par des hommes. Mais, au Sénégal, Fatou Touré a su s’imposer. Cette femme est une maréchale-ferrante. La Thiessoise démontre que ce métier à connotation virile, peut aussi être exercé par des femmes.  
 
 
Fatou Touré est maréchale-ferrante. Ce métier, elle l’a choisi, elle l’a voulu et elle l’assume parfaitement. Elle est l’une des rares femmes à pratiquer la maréchalerie au Sénégal. Un métier qui est majoritairement réservé aux hommes. Existant depuis plus de 2 000 ans, ce travail consiste à effectuer le parage et le ferrage des sabots des équidés, des actes essentiels à l’amélioration de leur santé. Dans cette profession, la Thiessoise Fatou Touré y est tombée un peu par hasard.
 
‘’Après avoir échoué au Bac à deux reprises, j’ai décidé de suivre une formation en menuiserie métallique. Après trois années d’apprentissage, je suis sortie avec un diplôme d’Etat. Par la suite, j’ai fait une autre formation en menuiserie aluminium. Mais au cours d’un séminaire, j’ai vu des gens qui entouraient des chevaux. Quand j’ai demandé à un ami, il m’a dit qu’ils font de la maréchalerie. Automatiquement, je lui ai dit de m’inscrire, bien qu’il m’ait dissuadée. Il trouvait ce travail éprouvant pour une femme. Mais je lui ai tenu tête, car avec mon parcours, j’ai fait plus dur que ça’’, a confié la jeune dame qui est devenue une l’une des premières femmes en Afrique de l’ouest à exercer ce métier. 
 
Après une formation de six mois avec plus de deux mois de renforcement de capacités offerte par Brooke, une ONG britannique, et la Direction de l’Emploi, de la Formation professionnelle, de l’Apprentissage et de l’insertion,  Fatou Touré fait partie des deux femmes sur les onze récipiendaires qui ont obtenu leur certificat de spécialité en maréchalerie. Ils ont tous été formés au Cep de Thiès.
 
Animée par sa passion et pleine de bonne volonté, Fatou Touré dit être très à l’aise dans ce métier qui comporte pourtant des exigences telles que : être en bonne condition physique, savoir forger et bien connaître l’anatomie du cheval ou de l’âne. D’ailleurs, c’est avec patience, délicatesse et douceur que cette dame parvient à apprivoiser les chevaux (ânes). Ces derniers, avec docilité, la laissent sculpter, adapter et ajuster leurs sabots.
 
Par ailleurs, dans un milieu quelques fois macho, Fatou Touré dit pourtant être à l’aise. Rassurante, elle renseigne qu’elle s’entend très bien avec les hommes avec qui elle entretient de bonnes relations. Selon elle, il n’existe pas d’obstacle pour exercer le métier que l’on souhaite.  ‘’Maréchal-ferrant, pour moi, c’est un métier d’avenir et noble comme l’est tout autre métier. Ce n’est pas uniquement réservé aux hommes ou aux femmes. Et je suis vraiment à l’aise en l’exerçant’’, déclare-t-elle avec fierté.
 
En tant que femme, Fatou Touré affirme que son travail ne constitue pas une entrave à sa vie sociale. Avec le soutien de sa famille, elle poursuit avec quiétude sa passion. S’adressant aux femmes, la maréchale-ferrante lance : ‘’Il n’y a aucune limite à ce que nous voulons accomplir en tant que femmes. L’essentiel, c’est de croire au métier. Comme le dit l’adage wolof, ‘gueum sa bopp’. Elle en est la parfaite illustration.  Elle croit en elle et ne fixe pas de limites. Go girl !
 
MAGUETTE NDAO

 

Section: 
SOURCE DE DIFFERENDS DANS LA PARTIE SUD DU PAYS : Le foncier, l’autre « crise casamançaise »
GRAND-PLACE AVEC ALASSANE S. DIOP : ‘’Mamoudou a décidé de faire de la politique, nous autres membres de la rédaction avons choisi de rester journalistes’’
PROBLÈME D'INFERTILITÉ DANS LES COUPLES L’égoïsme de certains hommes
INTERVIEW- DR NICOLE GACKOU, GYNÉCOLOGUE OBSTÉTRICIENNE : "Les hommes sont pour moi plus exposés que les femmes à l'infertilité"
INFERTILITÉ DANS LES COUPLES Un drame permanent
SAINT-LOUIS : THÉÂTRE POPULAIRE EN DÉCLIN : Les “doyens” et les promoteurs culturels tirent la sonnette
FUSION DES SECTEURS DE LA CULTURE DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS : L’optimisme des acteurs du théâtre
MENACES DE VIOLENCE : Deux alcooliques s’en prennent à un vieux qu’ils accusent d’être un indicateur de la police
PASSATION DE SERVICES AU MINISTÈRE DE LA JEUNESSE : Pape Malick Ndour passe le flambeau à Khady Diène Gaye 
ZIGUINCHOR : Les attentes des populations vastes comme 40 ans de conflit armé
ATTENTES DES SENEGALAIS ENVERS LE NOUVEAU REGIME : La valse des priorités
MBOUR - ACCÈS AU CRÉDIT HÔTELIER ET COMPÉTITIVITÉ DE LA DESTINATION SÉNÉGAL : Les principales attentes des acteurs du tourisme
GOUVERNANCE ET PROMESSES DE CHANGEMENT : Les attentes de la société civile
SAINT-LOUIS : Les acteurs du tourisme exposent leurs maux 
8 MARS : Portraits croisés de trois femmes
COMPORTEMENTS SCANDALEUX LORS DES FUNÉRAILLES Quand les Sénégalais déraillent
DOSSIER SUR LES SAISIES RECORD DE COCAÏNE : Les méandres du trafic au Sénégal
CONSOMMATION DE DROGUE DANS LE MONDE : L’ONUDC constate une augmentation de 45 %, en 10 ans
DAKAR-PLATEAU : Péril sur le patrimoine classé
RECRUTEMENT SANS CONCOURS DANS LE SYSTÈME ÉDUCATIF Aux origines de l’école-poubelle