Publié le 24 Jul 2015 - 22:55
LETTRE OUVERTE A MOUSTAPHA DIOP

Monsieur le Maire, le Ndiambour vous tend les bras !

 

Monsieur le Maire,

Après cinq saisons en Ligue 2, l’ASAC Ndiambour retrouve l’élite du football sénégalais. Le club fanion de la ville de Louga est sorti vainqueur de saison 2014/2015 de la deuxième division et met fin à plusieurs années de disette. Si le Ndiambour de Louga retrouve les sommets du football sénégalais, c’est en grande partie grâce à la mobilisation exceptionnelle des Lougatois qui avaient tous l’objectif de remettre leur club sur les rails. Preuve de cette détermination, l’équipe entraînée par Boucounta Cissé et Cheikh Nguirane a joué, durant toute la saison écoulée, ses matchs à domicile dans un stade Alboury Ndiaye toujours archicomble pour pousser les joueurs vers la victoire.

Les supporters rêvent tous de revoir le Ndiambour récupérer son statut d’antan, celui d’un club qui jouait les premiers rôles dans le football sénégalais. Champion du Sénégal en 1992, 1994 et 1998, vainqueur de la coupe nationale en 1999 et plusieurs fois lauréat du trophée du Parlement, le Ndiambour était, durant plusieurs décennies, l’une des équipes les plus performantes de notre championnat. C’était, à l’époque, l’un des rares clubs non-dakarois qui pouvaient contrecarrer les plans de la Jeanne d’Arc ou du Jaraaf, les plus titrés du football sénégalais. Aujourd’hui, la Vieille Dame s’est perdue en National 2, le club de la Médina ne fait plus peur au moment où le Ndiambour revient au premier plan.

Monsieur le Maire, même s’ils viennent de la Ligue 2 et que l’objectif premier reste le maintien, les Noirs et Blancs ambitionnent de finir la prochaine saison sur le podium. Une mission plus que difficile mais loin d’être impossible. Le championnat du Sénégal est très ouvert. Et quand le champion en titre (AS Pikine) est relégué, le promu peut bien prétendre terminer parmi les trois premiers et pourquoi pas même jouer le titre comme le fait l’As Douane qui vient tout droit de la L2 et qui lutte pour la première place de la L1 ! Le Ndiambour peut se permettre alors de rêver et espérer retrouver les compétitions africaines. Pour relever ce défi exaltant, le club a besoin, aujourd’hui plus que jamais, du soutien de tous les fils de Louga.

En effet, Monsieur le Maire, la participation à la L1 coûte excessivement cher. Il faut plusieurs dizaines de millions de francs CFA pour assurer les nombreuses charges liées notamment aux salaires et primes de matchs des joueurs et du staff technique, au transport, à la restauration et au logement de l’équipe qui va se déplacer un peu partout à l’intérieur du pays pour défendre ses couleurs. Déjà, en L2, la direction du club avait casqué fort pour mettre Sidy Dieng et ses coéquipiers dans des conditions de performance afin de réussir le pari de la montée. C’est ici le lieu de remercier et de rendre hommage à Gaston Mbengue. Ce digne fils de Louga qui s’est sacrifié, depuis son élection à la présidence du Ndiambour, en décembre 2012, au moment où le Ndiambour était au plus mal, pour permettre au club de renouer avec le haut niveau. Avec le soutien des Ndiambour-Ndiambour « haut placés » et avec votre précieux appui, le « Don King » de la lutte sénégalaise a permis de renflouer les caisses du club. Un fait déterminant dans la lutte pour la montée en L1 du Ndiambour qui a pu éponger toutes ses dettes.

Monsieur le Maire, depuis votre élection à la tête de la Municipalité de Louga, le 29 juin 2014, la subvention allouée au club connaît une hausse sans précédent. Plus de 20 millions ont été dégagés par la Mairie pour la saison 2014/2015. Et ce n’est pas tout. Vous vous êtes montré particulièrement généreux avec le Ndiambour. Vous avez mis vos moyens et vous vous êtes personnellement investi pour galvaniser l’équipe. Vous avez pris l’intégralité des dépenses durant les derniers matchs du club, qui ne tenait plus financièrement. Votre présence au stade Alboury Ndiaye, le 29 juin 2015 (29 juin, une date qui vous réussit bien), lors de la réception de l’ETICS, malgré votre calendrier super chargé de ministre de la République, en est la parfaite illustration. Elle vient confirmer votre engagement de Premier magistrat de la ville à se mettre au service des Lougatois qui considèrent le Ndiambour comme leur patrimoine.

Gaston Mbengue a brillamment réussi sa mission de faire revenir le club en L1 et les Lougatois lui seront toujours reconnaissants. Ce « pompier » peut donc quitter la présidence du Ndiambour avec tous les honneurs et le sens du devoir accompli. Place maintenant à l’avenir qui se prépare dès aujourd’hui. Qui pour prendre les rênes des « Noirs et Blancs » ? Qui pourra permettre à ce club de se renforcer, de gagner de nouveaux titres et de goûter à nouveau aux délices des compétitions africaines ? Qui pourra nous faire revivre la magnifique époque du Président Magued Diouf où le Ndiambour était toujours parmi les trois prétendants au titre de champion ? Les supporters ont tranché et ont porté leur choix sur votre personne. Ils voient en vous le Président idéal. Et leur choix se comprend aisément.

Vous avez commencé à soutenir le Ndiambour bien avant même d’accéder à la tête de la Mairie et au ministère en charge de la Microfinance et de l’Economie solidaire. Vous avez toujours contribué au financement du club. Aujourd’hui que vous occupez d’importants postes de responsabilité, vous êtes en mesure de présider aux destinées de ce « géant ». Votre envie de voir le Ndiambour retrouver son glorieux passé ne fait aucun doute. En tant que sportif et qu’inconditionnel du club, vous avez toujours manifesté votre souhait de participer à faire du Ndiambour le « bien » de tous les Lougatois. C’est alors le moment d’accepter de relever ce défi et de servir votre cité, comme vous l’avez toujours voulu.

Veuillez, Monsieur le Maire, agréer l’expression de mes respectueuses salutations.

Samba Ardo Sow

Ardosow1981@yahoo.fr

 

Section: 
Changement climatique : adaptation des variétés paysannes.
AFRIQUE DU SUD : POURQUOI L’ANC A PERDU SA MAJORITÉ ABSOLUE ?
LES DÉFIS DE LA COMMUNICATION POUR LA SANTÉ
LA MASSIVE ET NOUVELLE FREQUENTATION DES LYCÉES AU BAOL MBAKOL NDIAMBOUR ET AU CAYOR DONNERA AU SÉNÉGAL BEAUCOUP D’AUTRES CHEIKH ANTA DIOP
Le cinéma, un levier  efficace pour promouvoir la destination touristique de kédougou : Kédougou : pôle cinématographique et touristique.
Le fonctionnaire au Sénégal, un sans voix à la merci du politique
CONTRIBUTION: 100 JOURS DE GOUVERNANCE BASSIROU D. FAYE : De la nécessité de se hâter lentement
Monsieur le Président : Montrez-nous la lune au lieu de vous cacher derrière votre petit doigt
Les ambulants et les conducteurs de Jakarta ne sont pas les problèmes mais les conséquences des problèmes.
 Proposition de solutions pour le Fichier électoral et le parrainage
L’ANCIENNE MAJORITE DEVENUE LA NOUVELLE OPPOSITION, PEUT –T-ELLE AVOIR LA MEMOIRE SI COURTE ?
ALLIANCE DES ETATS DU SAHEL, UNE CATASTROPHE POUR LA DÉMOCRATIE EN AFRIQUE
SECTEUR DE LA SANTÉ : QUELQUES RÉFLEXIONS SUR LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES
L'OTAN A-T-ELLE ENCORE SA RAISON D'ÊTRE ?
REFORMES DE LA JUSTICE POUR UN SYSTEME JUDICIAIRE EFFICACE ET EFFICIENT
« Les 100 jours du gouvernement de ruptures : Point de vue d’un modeste citoyen »
Affaire SamaCasierJudiciaire : Un Révélateur de la Nécessité d'Amélioration de la Livraison des Projets Numériques dans les Administrations Sénégalaises
Oui pour l'abrogation de la loi d'amnésie (loi d'amnistie) !
TROIS MOIS APRES LA VICTOIRE DU 24 MARS, ACCÉLÉRER LE PAS SUR LE CHEMIN DE LA RUPTURE !
L'HISTOIRE DU TÉLÉPHONE AU BAC ET L'ÉDUCATION TRANSFORMATRICE