Publié le 10 Oct 2012 - 21:14
MOUSLY DIAKHATÉ (DÉPUTÉ)

«Je n’ai pas senti de rupture à l'Assemblée»

 

EnQuête a tendu le micro à la députée MOusly Diakhaté pour receuillir son opinion sur les remous qui agitent le groupe parlementaire de BBY. Occasion pour aussi jeter un regard sur la gestion de l'institution qu'est l'Assemblée nationale.

 

 

 

Vous en êtes à votre seconde législature. Sentez-vous de la rupture dans le fonctionnement de l'Assemblée nationale ?

 

Non, je n’ai pas senti cette rupture. Nous assistons aux mêmes pratiques que dans l’ancienne législature. De 2007 au 30 juin 2008, l’Assemblée fonctionnait ainsi. Les députés ne venaient pas à l’heure, etc. Ensuite, nous avions subi des formations de renforcement de capacités. On ne les organisait même pas à Dakar, parce qu’à Dakar, on ne prend pas le séminaire au sérieux. Par exemple, aujourd’hui, je vais rentrer après le déjeuner (NDLR : les travaux devaient reprendre l’après-midi). Il y en a qui attendent de descendre de leur boulot pour se présenter au séminaire...

 

Que faut-il pour amorcer une vraie rupture ?

 

J’attends que les budgets de certaines institutions comme l’Assemblée nationale, la Présidence de la République, la Cour des comptes, etc. soient discutés. On nous parle de tradition républicaine, mais il faut qu’il y ait une rupture dans ce sens ! Autant la Cour des comptes a le droit de regard sur les institutions, autant nous parlementaires nous avons également un droit de regard sur elle par exemple. Je voudrais aussi qu'une réserve parlementaire soit intégrée dans la loi de finance. Et je compte sur la solidarité parlementaire pour son adoption (…)

 

Depuis quelque temps, le président du groupe Benno Bokk Yaakaar, Moustapha Diakhaté, essuie des critiques de ses collègues. Votre commentaire.

 

J’étais en froid avec Moustapha Diakhaté, mais maintenant nous avons fumé le calumet de la paix.

 

Que s'est-il passé entre vous ?

 

Je ne reviendrai pas sur cela. Je lui en voulais, j'ai tourné la page.

 

Les critiques à son égard sont-elles fondées ?

 

Au Sénégal, il est difficile de diriger. Mais tout dirigeant doit être au service de ceux qui l’ont élu. Il doit être à équidistance de tous les députés du groupe parlementaire qu'il dirige. Je lui conseille simplement d’être en bons termes avec ceux qu’il dirige.

 

Votre ancien parti, le Jëf-Jël, est miné par une guerre des chefs. Surprise ?

 

Je ne vais pas me prononcer là-dessus parce que je ne suis plus de cette formation politique. Le seul message que j'ai envie de leur lancer, c’est d’être unis. C’est la voie du salut lorsqu’on est minoritaire. En revanche, je ne comprends pas le comportement de Talla (Sylla) car il a démissionné comme moi du Jëf-Jël.

 

Il a été proposé pour en reprendre la direction.

 

Dans ce cas, on doit le proposer pour qu’il devienne un simple militant et non pour diriger le parti au congrès. Talla ne peut pas être candidat au congrès puisqu’il n’est plus militant.

 

PAR DAOUDA GBAYA

 

 

 

AVERTISSEMENT!

Il est strictement interdit aux sites d'information établis ou non au Sénégal de copier-coller les articles d' EnQuête+ sans autorisation express. Les contrevenants à cette interdiction feront l'objet de poursuites judiciaires immédiates.

 

 

 

Section: 
GRAND-PLACE AVEC PAPE SAMBA MBOUP : Confessions intimes
EN VÉRITÉ - COLONEL ABDOUL AZIZ NDAW ‘’Pourquoi l’élection va se dérouler normalement’’
KHALIFA ABABACAR SALL : “Si je voulais me rapprocher du pouvoir, je l’aurais fait depuis longtemps”
DOUDOU SARR NIANG, DG BUREAU D'INFORMATION GOUVERNEMENTALE (BIG) : “Contester Amadou Ba, c’est délégitimer Macky Sall”
ISMAËL SACKO, OPPOSANT MALIEN : “Entre la mort et la survie, nous avons choisi la survie”
SANOUSSI DIAKITÉ (PROFESSEUR-INVENTEUR, LEADER POLITIQUE) : “Ils ont créé une incitation à une multitude de candidats à la candidature”
PAPA MAHAWA DIOUF (PORTE-PAROLE BBY) ''Nous avons une coalition très forte constituée de leaders politiques aguerris''
ITW - ÉLIMANE HABY KANE, PRESIDENT LEGS AFRICA : ‘’Il y a des risques de connivence, de collision, de concubinage malsain entre les organisations de la société civile et les partis politiques’’
DR AMATH NIANG, PRÉSIDENT DE L’ORDRE NATIONAL DES PHARMACIENS : “Il suffit d’une volonté politique pour éradiquer définitivement le trafic de faux médicaments”
ENTRETIEN AVEC PAPA MAHAWA DIOUF, PORTE-PAROLE BENNO BOKK YAAKAAR : ‘’C’est un abus dangereux de parler de prisonniers politiques au Sénégal’’
NAFISSATOU DIALLO (SECRÉTAIRE NATIONALE À LA COMMUNICATION DU PDS) : “Des gens avaient contacté Karim Wade pour qu’il voie Amadou Ba... ”
BABACAR MBENGUE (DÉPUTE-MAIRE) : “Cette 14e législature sera une Assemblée de rupture’’
PAPA MAHAWA DIOUF (DG DE L’ASPT ET PORTE-PAROLE DE BBY) : “Le Sénégal est crédible”
AMINATA LY NDIAYE (MAGISTRATE-ÉCRIVAINE) : “Ce que je regrette...”
ITW MAMADOU AMADOU LY, ANCIEN CONSEILLER D’ABDOU DIOUF : ‘’Un président de la République ne peut pas s’occuper de tout au quotidien ; il lui faut des relais’’
PRIX FRANCOPHONE, CIGASS, COVID, VACCINATION, PALUDISME : Le professeur Daouda Ndiaye déparasite
GONCOURT 2021 AVEC ‘’LA PLUS SECRETE MEMOIRE DES HOMMES’’ : Mohamed Mbougar Sarr à livre ouvert
KHADY DJIBRIL NDIAYE, PILOTE DE LIGNE : ‘’Rien n’est impossible !’’
PR. SOULEYMANE BACHIR DIAGNE ET MODE PROSPECTIVE : ‘’La vraie urgence, c’est la jeunesse…’’
SOULEYMANE BACHIR DIAGNE, PROFESSEUR AGREGE DE PHILOSOPHIE : ‘’Ce que je pense des jeunes, des réseaux sociaux et de la démocratie…’’