Publié le 2 Aug 2022 - 21:31
SUR LE CHEMIN DE L’ASSEMBLÉE, J’AI RENCONTRÉ KORODJO

Pour une déconstruction de la rivalité

 
« Les espèces animales dans lesquelles la lutte individuelle a été réduite à ses limites les plus minimes et où la pratique de l’entraide a atteint le plus grand développement, sont invariablement les plus peuplées, les plus prospères et les plus ouvertes à des progrès ultérieurs. »
 
Chères candidates, chers candidats 
 
Aujourd’hui, c’est chose faite, moins de 20% de la population du Sénégal et moins de 50% des citoyens inscrits sénégalais ont voté. Avec la minorité de la minorité, où ira t’on chercher la légitimité populaire de notre prochaine assemblée.
 
Une campagne électorale pas différente des précédentes 
 - forte abstention ou non participation, coût très élevé, canonnades, musique, danse , bruits, absence de contenu programmatique, absence de débats entre tètes de listes etc…
 
Chers politiques, vous avez soulevé des foules, provoqué des extases collectives , entretenu encore une fois la pauvreté en vous adressant aux sans visages et aux petites mains ainsi :
   - vous n’avez pas besoin de creuser des puits, nous vous apporterons de l’eau
  - avez-vous faim? nous vous donnerons à manger
  - avez-vous des enfants ? nul besoin de travailler pour les élever, ils seront tous bien pourvus, sans que vous n’ayez à vous en soucier 
  - êtes-vous malades ? un hôpital vous recevra 
  - voulez-vous aller à la Mecque ou à Rome, vous irez,
etc… .
Ce type de discours est inacceptable et nous renvoie au 16 éme siècle espagnol.
La société d’assistance est perverse dans ses effets. Elle fait rouler le cercle vicieux du non-développement
 
Demain, certains d’entre vous seront appelés : Honorables députés 
Qu’ils sachent que les sénégalais sont restés sur leur faim, déçus et parfois choqués . 
 
Nous rêvions de vous entendre sur certains traits qui entrent en synergie pour former une véritable combinatoire du développement :
 
   - la mobilité sociale, l’évolution de la société civile, 
   - l’acceptation et la recherche de la nouveauté, la prévision, l’anticipation, la valorisation de la recherche, l’innovation, l’initiative , doivent être vécues comme des valeurs fécondes et non des menaces pour l’ordre social 
   - l’homogénéisation de la société par la circulation aisée des biens, des personnes et des informations 
   - le pari de l’éducation et de l’instruction, c’est à dire la confiance dans le développement intellectuel et la diffusion culturelle 
   - la recherche d’une organisation politique qui soit perçue comme légitime par le plus grand nombre 
   - l’autonomie de fonctionnement de la sphère économique, l’énergie, l’eau ,
   - la coopération du plus grand nombre à la vie économique 
   - la santé publique considérée comme une valeur essentielle,
   - la natalité maîtrisée et responsable , etc… .
 
ils ont malgré leurs souffrances et leurs déceptions fait le déplacement pour déposer,sur vous, futurs honorables députés la confiance populaire.
Vous serez pour tous les sénégalais les autorités de secours et de recours 
 
Korodjo me fait dire :
   - que l’esprit parlementaire doit s’épanouir dans une éthique de la confiance et dans une morale de l’effort responsable ; vous aurez le pouvoir de légiférer, de décider, d’entraîner, de faire exemple ou modèle , vous devrez adhérer aux comportements qui font, une société de solidarité , de moralité , et de bien-être, si non , le peuple que vous êtes censés représenter, serait en droit de vous prendre pour peu intéressants.
 
   - dans les leçons prononcées au Collège de France en 1994, et publiées sous le titre de : « le miracle en économie », M Alain PEYREFFITE, insistant sur le rôle décisif de « l’ethos de confiance compétitive », souligne que :  « la seule ressource capable de transformer « UN DÉSERT EN PAYS DE CANARDS, C’EST LA CONFIANCE DES MEMBRES D’UNE SOCIÉTÉ LES UNS DANS LES AUTRES ET DE TOUS DANS LEUR AVENIR COMMUN »
J’ajouterai qu’en toute chose, il faut avoir confiance en Dieu et confiance en l’homme.
 
   - il vous reviendra de recréer des liens de réciprocité, de confiance, de sécurité , d’équité entre vous et entre vous et le peuple.
Ce sera votre premier grand chantier. 
Cela ne se fera pas en effaçant les identités que chacun de vous a forgées aux niveaux inférieurs (ville, région, parti, pays, entreprise) mais au contraire en les acceptant, en les multipliant et en faisant en sorte qu’aucune ne devienne radicalement excluante ou aveuglante.
Le défi est d’apprendre à jongler avec cet entrelacement d’identités afin de traverser les tempêtes sans se noyer dans les manifestations politiques de la tristesse, de la peur ou de la colère.
 
Nous avons perdu quelques unes de nos vertus sociales (confiance et esprit d’équipe). Des vertus qui ne s’acquièrent pas.
Elles se consument comme un héritage, se dilapident ou s’accumulent dans la lenteur involontaire du temps. 
 
Futurs Honorables députés, INNOVONS 
 
Dans le processus de développement, le facteur mental a une importance considérable Nous voudrions pouvoir compter sur vous pour passer de la réciprocité négative (loi du talion), à la réciprocité positive (don et contre-don), et avec tous les sénégalais (gouvernants, opposition, société civile, syndicat et contre-pouvoirs religieux), entamer le chantier de la « déconstruction de la rivalité ».
Il faudrait qu’un des camps prenne les devants, où que chaque camp aille vers l’autre.
Un changement de discours serait une manière intéressante et élégante de déconstruction d’une hostilité. 
Les rapports apaisés se tisseront avec le temps, avec des rapports politiques plus qu’avec des déclarations. 
 
Au cœur de la réussite, il y’a la mentalité d’innovation.
Faisons de sorte que : la frontière entre société de confiance et société de défiance passe en chaque homme et se déplace au gré des résignations frileuses, ou des ressaisissements énergiques, des replis sécurisants ou des audaces créatrices.
 
La confiance des uns, dans les autres, est en arrière plan de tout développement réel et durable. Elle est sa source d’inspiration, initiale et permanente.
Comme souvent, la source reste cachée, le débit du cours d’eau est seul apparent.
 
Nous vous félicitons et vous disons merci 
 
VIVE LE SÉNÉGAL 
Île de Ngor , le 1er Août 2022
LebergerdelîledenGor

 

Section: 
CHAPITRE VI DU LIVRE DU DOYEN ALLA KANE SUR LES PROBLEMES FONCIERS
Espagne/Migration circulaire : Des Sénégalais exploités dans les champs d'Albacete.
Ousmane Sonko Mbeubeuss est-elle urgence du PROJET ?
Notes de lecture sur le livre du Professeur Makhtar Diouf : AFRIQUE : VOIES DE DEVELOPPEMENT. Surmonter les pesanteurs et… 
LETTRE OUVERTE À SON EXCELLENCE, MONSIEUR LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE, CONCERNANT LES RELATIONS ENTRE LE SÉNÉGAL ET ISRAËL
Recevoir un Ambassadeur, un acte normal, ordinaire pour toute autorité de la République
Doyen Alioune Tine, vous permettez
Monsieur le Premier Ministre, vous avez mieux à faire Nous avons besoin d’un chef de gouvernement pas d’un chef de clan ou de guerre
Faut -il criminaliser l’homosexualité ?
LA BCEAO PASSE ENCORE UNE FOIS Â COTÉ DE L'ESSENTIEL : IL URGE DE D'ORGANISER LES ASSISES DE LA MONNAIE DANS L'UEMOA
Inédit et rassurant … la CITY valide le PROJET
UN EXTRAIT DU LIVRE DU DOYEN ALLA KANE SUR LES PROBLEMES FONCIERS : « Les Problèmes fonciers au Sénégal : un imbroglio tenace Quelle solution ? »
Haute autorité de la justice
le régime  de l’APR dans une phase d’ENTROPIE
UNITÉ, CRITIQUE, UNITÉ EN NOTRE SEIN POUR CONSOLIDER ET PARACHEVER LA VICTOIRE DU POUVOIR SOUVERAINISTE AU SENEGAL
Contribution ouverte aux Assises de la justice sénégalaise
LE FINANCEMENT DE L’AGRICULTURE : UN MAILLON IMPORTANT POUR ATTEINDRE LA SECURITE ALIMENTAIRE ET CONTRIBUER A LA CREATION D’EMPLOI A TRAVERS L’ENTREPRENARIAT
LA JUSTICE AU SENEGAL : Réformer ou refonder ?
L’Etat et la révolution citoyenne
L’EXORDE & LE BATACLAN… : Saint-Louis : Sur des airs amers