Publié le 11 Jun 2024 - 07:27

Thierno Bocoum

 

Pour Thierno Bocoum, président d’Agir, le Premier ministre Ousmane Sonko, sur sa sortie d’avant-hier critiquant la presse, est en retard. D’après lui, le plan d’action gouvernemental qu’il annonce pour bientôt lui a été demandé depuis très longtemps. Dans le premier communiqué du Conseil des ministres en date du 9 avril 2024, a-t-il rappelé, il a été dit ceci : ‘’Le président de la République a demandé au Premier ministre, sur la base du ‘Projet’ et des orientations présidentielles sus indiqués, de finaliser, avant la fin du mois d’avril 2024, le plan d’action du gouvernement, avec un agenda précis de réalisation des objectifs fixés’’. 

‘’Il est en retard de plusieurs mois, mais trouve le temps de faire de la politique politicienne en mettant en exergue une compétence qui a déjà montré ses limites. Comment peut-on traiter certains magistrats de corrompus quand on décide de s’immiscer dans l’enclenchement de l’auto-saisine du procureur à travers son ministre de la Justice ?  Pourquoi ne pas demander au procureur de faire son travail sur son propre dossier pendant devant la justice ? Encadrer la justice et la presse selon ses propres orientations est la pire des dérives d’un apprenti dictateur. S’attaquer à une opposition qui a décidé de laisser le temps de l’observation est une belle preuve d’incapacité face aux nouvelles charges étatiques’’, s’est interrogé M. Bocoum sur un post lu sur sa page Facebook.  D’après lui, l’ingénieuse prouesse a été de trouver le temps de faire de la politique politicienne après avoir demandé du temps pour faire des résultats.

...À défaut de projet et de visions, a-t-il poursuivi, les objectifs sont maintenant clairs. L’ancien député de parler ‘’d’anticiper sur l’après-Diomaye en muselant la presse non inféodée à sa doctrine, en intimidant certains peureux d’une opposition hésitante pour les dissuader dans l’exercice de leur droit et en accaparant un appareil politique à travers un discours populiste renouvelé. Faire croire que le nouveau pouvoir est menacé dans sa volonté de prétendues réformes systémiques pour divertir les Sénégalais sur un combat contre le néant et ainsi échapper à la récurrence des demandes de respect des engagements et de satisfaction des besoins majeurs des populations’’. Ainsi, ‘’Ousmane Sonko a décidé de gouverner et de s’opposer en même temps. Gouverner contre ses adversaires, s’opposer à ses adversaires.

Celui qui était prêt à déloger du palais de la République un président légalement élu pour prendre sa place fera tout pour remplacer son poulain. Son temps sera dédié à la politique politicienne. La correcte prise en charge des intérêts majeurs des populations attendra, malheureusement. Qu’il sache que ceux qui ne sont pas dans le soutien aveugle, le fanatisme et la recherche de sinécures connaissent bien ce proverbe qui dit que ‘bien dire fait rire, bien faire fait taire’’’, a indiqué le patron d’Agir. Thierno Bocoum d’ajouter :  ‘’Malheureusement, il ne cherchera pas à faire taire en bien faisant, mais plutôt en usant de formes d’intimidation ridicules, obsolètes et inopérantes. Nous espérons que certaines ruptures annoncées et attendues survivront dans cette mare de populisme. Les Sénégalais sont fatigués. Ils ne rempliront pas leur ventre par des paroles futiles et de l’arrogance.’’

 

Section: 
PIT SUR LES SORTIES D’OUSMANE SONKO : ‘’Ce qu’on attend du Premier ministre…’’
TENSIONS ENTRE PASTEF ET LES JOURNALISTES : Ousmane Sonko, les non-dits d’une relation amour-haine avec la presse
MIMI TOURÉ SUR LA PARTICIPATION DES FEMMES AUX ÉLECTIONS : ‘’Les femmes ne sont pas nécessairement porteuses de projets qui sont bons pour les femmes’’
APRÈS LES SORTIES DES POPULATIONS : Les ICS se lavent à grande eau
Mamoudou Ibra Kane
VISITE AU MARCHE À BÉTAIL DE DAHRA DJOLOF : ‘’Plus de 600 millions F CFA financés par le Fonstab n’ont pas été recouvrés dans la zone’’
POURSUITES JUDICIAIRES : Ousmane Sonko menace les dirigeants de l’ancien régime
« PROJET » PASTEFIEN : « A partir de septembre, le « Projet sera opérationnalisé », selon le député Ayib Daffé
KALIDOU SY, PROFESSEUR D'ANALYSES DE DISCOURS : ‘’La véritable efficacité d'un slogan dépend de la capacité des dirigeants à rester fidèles à ce mot d'ordre’’
‘’SOPI’’, ‘’NATANGUÉ’’, ‘’JUB, JUBAL, JUBANTI’’, ‘’FAST TRACK’’ : Les slogans comme arme de communication des régimes au Sénégal
ENTRETIEN AVEC GALLO TALL, PORTE PAROLE ADJOINT DU PDS : ‘’Karim a décliné des postes dans le gouvernement’’
RECOMPOSITION POLITIQUE : La méthode Amadou
CONSEIL DES MINISTRES : De nouveaux patrons pour la Senelec, Promoged, Petrosen Holding Sa, Aser, AEME…
ÉRADICATION DES ABRIS PROVISOIRES, DIGITALISATION INTÉGRALE DU SYSTÈME... : BDF veut rénover l'école sénégalaise 
Décret de répartition
MESURES INDIVIDUELLES : Les nominations en conseil des ministres
CONSOLIDATION DE LA PAIX AU SÉNÉGAL : Le Conseil interreligieux du Sénégal pour la paix  engage le combat
FIN DES CACIQUES AU PDS, PRISE DE CONTRÔLE DES KARIMISTES : Le grand remplacement  
UNE MISSION DE L’APR EN TOURNÉE À KOLDA : Les ‘’apéristes’’ préparent le terrain pour les futures échéances électorales
DEUX MOIS DE GOUVERNANCE BASSIROU DIOMAYE FAYE-OUSMANE SONKO : Un pouvoir entre complémentarité et promesses non tenues