Publié le 8 Mar 2012 - 16:20
TRANSHUMANCE POLITIQUE

Certains citoyens attendent une nouvelle équipe à la tête du pays

 

Depuis l’annonce du second tour entre le président sortant Abdoulaye Wade et Macky Sall, la transhumance vers le camp de la coalition Macky2012 s’accentue de plus en plus. Adama Sall, Safiétou Ndiaye Diop et sans doute beaucoup d'autres responsables de la mouvance présidentielle ont désertent le navire libéral. «En 2000, lorsque Diouf a perdu, beaucoup de gens ont quitté le Parti socialiste pour regagner le PDS. Quand un nouveau régime sera mis en place, ce sont les mêmes qui vont encore diriger». C’est en ces termes qu’Aliou Ngom analyse la politique d’aujourd’hui. Taximan, Aliou ne croit plus à un véritable changement. «L’éthique n’existe pas dans la politique. Quel que soit le vainqueur entre Wade et Macky Sall, c’est la même équipe qui va diriger. Je n’accepte pas ce phénomène. Le vainqueur doit gouverner avec son équipe et les vaincus doivent regagner les rangs de l’opposition“, ajoute-t-il.

 

Le garage Keur Naby est situé à côté du lycée Blaise Diagne, en face du canal IV. Ici, laveurs de véhicules et chauffeurs se côtoient. Ils discutent de tout et de rien. La politique est au menu de la discussion. Sur la question de la transhumance politique, qui est aujourd’hui à la mode, chacun veut apporter son point de vue. Chiffon à la main, les habits malpropres, le jeune Mansour ne tarde pas à dire ce qu’il pense. “La jeunesse s’opposera à toute transhumance. Nous voulons le changement. Tous ceux qui sont dans le gouvernement actuel doivent être audités par le futur président et une nouvelle équipe, avec de nouvelles têtes, doit diriger pour qu’il y ait une rupture“, conseille-t-il. Ousseynou Dieng est militant de l’APR. Il pense que tous ceux qui regagnent leur parti n’ont aucune légitimité et par peur de perdre le pouvoir, ils veulent rejoindre Macky Sall. “On ne doit même pas les accepter dans le parti. Ceux qui ont toujours été dans l’opposition peuvent être les bienvenus. La coalition ne doit pas accepter de recevoir une personne venant du PDS“, martèle-t-il. Aliou Souaré, le chef du garage attend, lui, que le futur président puisse donner la priorité à la baisse des denrées de première nécessité. “Macky Sall ne doit pas accepter des transhumants de tout bord. Il doit rester avec son équipe pour apporter un changement dans ce pays. S’il continue à les accepter dans ses rangs, les gens n’auront plus confiance en lui“, soutient-il.

 

 

“L’APR est un PDS bis“

 

Il est 16h, c’est déjà l’heure de pointe pour certains travailleurs. Bassirou Mbaye et ses amis sont autour du thé. D’autres font la sieste, et près d'eux, quelques jeunes jouent à la belote. Derrière, une dame, restauratrice, lave les ustensiles de cuisine. Bassirou Mbaye et Mamadou Sarr sont des militants du PDS. Le débat sur le second tour est très houleux entre militants du PDS et les autres appartenant à d’autres franges de l’opposition. “Wade ne peut pas gagner. Tous les autres candidats soutiennent Macky Sall“, lance un militant de l’APR. “Wade peut gagner. Ces candidats n’ont que leurs cartes d'électeur. Ils sont même incapables de convaincre leurs militants à voter pour Macky“, répond Bassirou Mbaye. “On ne peut pas traiter une personne de tous les noms d’oiseaux et revenir pour diriger avec lui. Les politiciens doivent avoir de la dignité et de l’honnêteté. Si Macky accepte ces transhumants, certains militants vont lui tourner le dos, parce que c’est sa crédibilité qui est en jeu“, soutient Mamadou Sarr. “L’APR est un PDS bis avec des Mbaye Ndiaye, Aminata Tall et Moustapha Cissé Lo. Même si Macky gagne, il va gouverner avec les gens du PDS, après avoir passé huit ans dans le gouvernement de Wade“, lance Bassirou Mbaye.

 

Vieux Sarr croit à la victoire de Macky Sall quelles que soient les circonstances. “Les transhumants sont des opportunistes de première classe. Aujourd’hui, que les gens regagnent l’APR ou non, ça importe peu. L’essentiel c’est que Wade dégage“, avance Vieux Sarr. “Si Macky accepte des gens venant du PDS, il perd sa crédibilité, mais cela peut aussi emmener des frustrations au sein de la coalition Macky2012“, analyse Babacar, un autre militant de l’APR.

 

ALIOU NGAMBY NDIAYE

Section: 
Dolel PIT
CONTRE L'EXTRÊME DROITE : Les francs-maçons de France appellent à un rassemblement le 18 juin
PIT SUR LES SORTIES D’OUSMANE SONKO : ‘’Ce qu’on attend du Premier ministre…’’
TENSIONS ENTRE PASTEF ET LES JOURNALISTES : Ousmane Sonko, les non-dits d’une relation amour-haine avec la presse
MIMI TOURÉ SUR LA PARTICIPATION DES FEMMES AUX ÉLECTIONS : ‘’Les femmes ne sont pas nécessairement porteuses de projets qui sont bons pour les femmes’’
APRÈS LES SORTIES DES POPULATIONS : Les ICS se lavent à grande eau
Mamoudou Ibra Kane
Thierno Bocoum
VISITE AU MARCHE À BÉTAIL DE DAHRA DJOLOF : ‘’Plus de 600 millions F CFA financés par le Fonstab n’ont pas été recouvrés dans la zone’’
POURSUITES JUDICIAIRES : Ousmane Sonko menace les dirigeants de l’ancien régime
« PROJET » PASTEFIEN : « A partir de septembre, le « Projet sera opérationnalisé », selon le député Ayib Daffé
KALIDOU SY, PROFESSEUR D'ANALYSES DE DISCOURS : ‘’La véritable efficacité d'un slogan dépend de la capacité des dirigeants à rester fidèles à ce mot d'ordre’’
‘’SOPI’’, ‘’NATANGUÉ’’, ‘’JUB, JUBAL, JUBANTI’’, ‘’FAST TRACK’’ : Les slogans comme arme de communication des régimes au Sénégal
ENTRETIEN AVEC GALLO TALL, PORTE PAROLE ADJOINT DU PDS : ‘’Karim a décliné des postes dans le gouvernement’’
RECOMPOSITION POLITIQUE : La méthode Amadou
CONSEIL DES MINISTRES : De nouveaux patrons pour la Senelec, Promoged, Petrosen Holding Sa, Aser, AEME…
ÉRADICATION DES ABRIS PROVISOIRES, DIGITALISATION INTÉGRALE DU SYSTÈME... : BDF veut rénover l'école sénégalaise 
Décret de répartition
MESURES INDIVIDUELLES : Les nominations en conseil des ministres
CONSOLIDATION DE LA PAIX AU SÉNÉGAL : Le Conseil interreligieux du Sénégal pour la paix  engage le combat