Publié le 11 Apr 2024 - 19:35
TRANSITION MALIENNE  

Suspension des activités des partis et associations

 

Au lendemain de la publication du décret présidentiel du 10 avril 2024, par le pouvoir de transition malienne suspendant toutes les activités des partis politiques et les activités à caractère politique des associations, la Haute autorité de la communication (HAC) a invité les médias (radios, télés, journaux écrits et en ligne) à arrêter toute diffusion et publication de leurs activités.

 

La Haute autorité de la communication (Hac) a invité les médias du Mali à arrêter la diffusion et la publication des activités des partis politiques et celles à caractère politique des associations, conformément à leur suspension par le gouvernement de transition ce mercredi 10 avril 2024. «Suite à l’adoption du décret n°2024-0230/PT-RM du 10 avril 2024 portant suspension des activités des partis politiques et des activités à caractère politique des associations, la Haute autorité de la communication (Hac) invite tous les médias (radios, télés, journaux écrits et en ligne) à arrêter toute diffusion et publication des activités des partis politiques et des activités à caractère politique des associations», souligne un communiqué de presse publié ce jeudi 11 avril 2024 signé de son président, Gaoussou Coulibaly. Pour sa mise en œuvre effective, il dit « compter sur la bonne compréhension de tous » les professionnels des médias.

Depuis le mois de décembre 2023, cinq associations dont la Coordination des mouvements et sympathisants de l’Imam Mahmoud Dicko et l’Observatoire pour les élections ont déjà été suspendues par les autorités de la transition. Dans une petite vidéo publié hier mercredi dans laquelle il annonce son retour imminent à Bamako, le célèbre imam malien qui séjourne en Algérie depuis fin décembre 2023 parle d’« un malaise au sommet de l’Etat malien connu de tous aujourd’hui ». Le Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l'homme a demandé jeudi au Mali d’ « abroger immédiatement » la décision de suspension des activités des partis politiques et associations.

« Nous sommes profondément préoccupés par le décret suspendant les activités des partis politiques et autres associations civiques. Il doit être immédiatement abrogé », t-a indiqué sur le réseau social X. Par décret pris mercredi dernier, le Président de la transition malienne, Cl Assimi Goïta, a « suspendu jusqu’à nouvel ordre (…) les activités des partis politiques et les activités à caractère politique des associations » au Mali. Le ministre d’État, ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, porte-parole du gouvernement, le colonel Abdoulaye Maïga, au cours d’un point de presse, avait estimé que « c’est une mesure impersonnelle qui ne vise aucun parti politique mais plutôt maintenir un climat de sérénité pour la tenue du Dialogue inter-Maliens pour la paix et la réconciliation nationale ».

Malamine CISSE

Section: 
INTÉGRATION AFRICAINE : La ‘’teranga’’ gabonaise à Dakar  
COLONEL ABDOU AZIZ NDAW : ‘’La politisation de notre diplomatie est regrettable’’
ACTIVISTES GUINÉENS ARRÊTÉS
LEGISLATIVES EN FRANCE : La Pen de Bardella
Les défis de l'Alliance des États du Sahel (AES) et l'avenir de la libre circulation en Afrique de l'Ouest
CEDEAO/AES : Duel des sommets entre Abuja et les juntes militaires
Guerre à Gaza : Israël envoie une délégation à Doha pour négocier la libération des otages
Législatives en France : Fin du dépôt des candidatures, plus de 210 désistements pour éviter des triangulaires
Présidentielle en Mauritanie : Mohamed Ould Ghazouani réélu, selon les résultats provisoires officiels
FRANCE - ÉLECTIONS LÉGISLATIVES : L'extrême droite aux portes de Matignon, Macron désavoué
DES SUITES DE TORTURES : L’ancien chef de l’armée guinéenne meurt en prison
Niger: un groupe politico-militaire enlève le préfet de Bilma et exige la libération de l’ex-président Bazoum
Trois semaines de tensions intercoréennes.
BURKINA-MALI-NIGER : La répression pour masquer l’échec
Burkina Faso : « enlèvement » de l’oncle et ancien compagnon de lutte de Thomas Sankara
En devenant producteur de pétrole, « le Sénégal va avoir plus des marges de manœuvre pour transformer son économie »
AFFAIRE « AIRE GUINEE » : La Guinée lance une commission rogatoire contre Cellou Dalein Diallo
SUCCESSION DE MOUSSA FAKI À LA TÊTE DE L'UNION AFRICAINE : L'opposant kenyan Raila Odinga en pole position
MONTÉE EN PUISSANCE DU RASSEMBLEMENT NATIONAL : La ‘’peur bleue’’ des immigrés en France  
Procès du massacre du 28-Septembre en Guinée : La défense de Moussa Dadis Camara tente de dédouaner l'ex-chef de la junte