Publié le 18 May 2024 - 20:10
206 MILLIARDS F CFA POUR GÉRER LA DÉCHARGE DE MBEUBEUSS

Moussa Balla Fofana s’offusque que seuls 12 % de l’enveloppe aient été consommés en 3 ans

 

Une mise en place d'unités techniques et mécaniques est envisagée pour traiter les déchets de la décharge de Mbeubeuss et les valoriser de manière sécuritaire afin de réduire l’impact sur l’environnement. C’est la nouvelle approche du ministre Moussa Balla Fofana concernant la décharge.

 

Dans le cadre de ses visites de prise de contact avec les secteurs relevant de son ministère, le ministre de l'Urbanisme, des Collectivités territoriales et de l'Aménagement du territoire était hier à la décharge de Mbeubeuss de Malika. L'occasion saisie par Moussa Balla Fofana pour pointer l’exploitation très traditionnelle de la décharge, car, dit-il, il y a des récupérateurs qui font un travail ‘’extraordinaire’’, certes, mais très difficile. Il a constaté sur place la présence de 3 000 personnes sur un terrain de 116 ha.

Cependant, ce qui le préoccupe est que le Projet de promotion de la gestion intégrée et de l'économie des déchets solides (Promoged), lancé pour gérer cette décharge, bénéficie d’une enveloppe de 206 milliards de francs CFA, mais n'a été utilisé qu'à hauteur de 12 %, sur une période de trois ans, ce qui est problématique, vu l’urgence de la situation, étant donné que Mbeubeuss est une ‘’bombe écologique’’.

"C’est une situation qui ne peut pas continuer. Aujourd’hui, la vision du président de la République Bassirou Diakhar Diomaye Faye est de mettre en place des unités techniques et mécaniques qui pourront traiter ces déchets et les valoriser de manière sécuritaire pour réduire l'impact sur l’environnement. Aujourd’hui, nous avons des riverains qui souffrent énormément de cette situation. Toutes les préoccupations que nous avons sur le papier se sont confirmées sur le terrain. Cela n’empêche en rien le courage et la détermination des hommes et des femmes que nous avons trouvés ici qui font un travail extraordinaire, mais c’est plutôt le modèle qui préoccupe. Le fait que seulement 12 % de l'enveloppe de plus de 200 milliards de francs CFA aient été utilisés en trois ans est problématique. Notre mission et notre objectif sont d’inverser cette tendance et de focaliser notre action sur l’installation d'unités qui pourront véritablement traiter un volume important et sortir Mbeubeuss de cette situation, tout comme les riverains. Voilà aujourd’hui notre approche", a confié le ministre.

Pour lui, il est primordial de moderniser le métier de récupérateur, en mettant en place des unités industrielles de gestion et de transformation des déchets. Il a également souligné l'importance de protéger la santé des travailleurs de la décharge, en particulier celle des enfants, en interdisant leur accès à cet endroit.

"Je me pose des questions sur leurs espoirs et leurs conditions de vie… Parmi les décisions que nous prendrons, il y a le fait qu’on ne peut plus tolérer des enfants dans cette décharge. J'espère que ceux qui dirigent ce centre comprendront ce message clairement, car on ne peut plus autoriser d’enfants dans la décharge. C’est inacceptable. Nous avons beaucoup investi dans le système d’éclairage et de sécurité. Donc, nous allons faire en sorte que les enfants ne puissent plus avoir accès à cet endroit. Ce n’est pas acceptable, car Mbeubeuss n’est pas un endroit pour un enfant de moins de 15 ans. Il y a des enjeux de sécurité et des enjeux de santé. Il y a aussi des animaux qui trainent", a averti Moussa Balla Fofana.

CHEIKH THIAM

Section: 
TENSIONS ENTRE PASTEF ET LES JOURNALISTES : Ousmane Sonko, les non-dits d’une relation amour-haine avec la presse
MIMI TOURÉ SUR LA PARTICIPATION DES FEMMES AUX ÉLECTIONS : ‘’Les femmes ne sont pas nécessairement porteuses de projets qui sont bons pour les femmes’’
APRÈS LES SORTIES DES POPULATIONS : Les ICS se lavent à grande eau
Mamoudou Ibra Kane
Thierno Bocoum
VISITE AU MARCHE À BÉTAIL DE DAHRA DJOLOF : ‘’Plus de 600 millions F CFA financés par le Fonstab n’ont pas été recouvrés dans la zone’’
POURSUITES JUDICIAIRES : Ousmane Sonko menace les dirigeants de l’ancien régime
« PROJET » PASTEFIEN : « A partir de septembre, le « Projet sera opérationnalisé », selon le député Ayib Daffé
KALIDOU SY, PROFESSEUR D'ANALYSES DE DISCOURS : ‘’La véritable efficacité d'un slogan dépend de la capacité des dirigeants à rester fidèles à ce mot d'ordre’’
‘’SOPI’’, ‘’NATANGUÉ’’, ‘’JUB, JUBAL, JUBANTI’’, ‘’FAST TRACK’’ : Les slogans comme arme de communication des régimes au Sénégal
ENTRETIEN AVEC GALLO TALL, PORTE PAROLE ADJOINT DU PDS : ‘’Karim a décliné des postes dans le gouvernement’’
RECOMPOSITION POLITIQUE : La méthode Amadou
CONSEIL DES MINISTRES : De nouveaux patrons pour la Senelec, Promoged, Petrosen Holding Sa, Aser, AEME…
ÉRADICATION DES ABRIS PROVISOIRES, DIGITALISATION INTÉGRALE DU SYSTÈME... : BDF veut rénover l'école sénégalaise 
Décret de répartition
MESURES INDIVIDUELLES : Les nominations en conseil des ministres
CONSOLIDATION DE LA PAIX AU SÉNÉGAL : Le Conseil interreligieux du Sénégal pour la paix  engage le combat
FIN DES CACIQUES AU PDS, PRISE DE CONTRÔLE DES KARIMISTES : Le grand remplacement  
UNE MISSION DE L’APR EN TOURNÉE À KOLDA : Les ‘’apéristes’’ préparent le terrain pour les futures échéances électorales
DEUX MOIS DE GOUVERNANCE BASSIROU DIOMAYE FAYE-OUSMANE SONKO : Un pouvoir entre complémentarité et promesses non tenues