Publié le 27 Apr 2024 - 20:13
INTERVIEW- DR NICOLE GACKOU, GYNÉCOLOGUE OBSTÉTRICIENNE  

"Les hommes sont pour moi plus exposés que les femmes à l'infertilité" 

 

Aujourd'hui, l'infertilité touche beaucoup de couples. Malheureusement, au Sénégal, c'est la femme qui est le plus souvent indexée, en cas d'absence de grossesse dans un foyer. Dans une interview accordée à "EnQuête", Dr Nicole Gackou, gynécologue obstétricienne soutient que, dans 30 % des cas, l'infertilité implique les deux partenaires.  

 

Quelles sont les causes de l'infertilité ? 

L'infertilité constitue aujourd'hui un réel problème de santé publique affectant de nombreux couples avec des retentissements autant sur le plan social et psychique que financier. Elle a aussi des répercussions non négligeables dans les différents foyers qu’elle affecte. Que ce soit chez l'homme comme chez la femme, les causes sont multiples. Elle peut être liée à des maladies génétiques ou encore à des maladies auto- immune. Elle peut aussi être liées à des troubles hormonaux ou à des pathologies touchant les principaux organes de la reproduction. On peut citer les testicules chez l'homme, les ovaires, l’utérus ou les trompes chez la femme. On peut citer aussi les malformations utérines, chez la femme. Que ce soit chez l'homme comme chez la femme, le mode de vie aussi impacte beaucoup sur la fertilité. En effet, l'obésité, le diabète, la goutte, le manque d’exercice physique, l'utilisation du tabac, l'utilisation de certaines drogues, peuvent aussi impacter sur la fertilité du couple.

Il existe combien de type d'infertilité ? 

On distingue deux types d'infertilité. On a l'infertilité primaire chez les couples qui ne sont jamais parvenus à obtenir une grossesse et l'infertilité secondaire chez les couples qui ont déjà eu des enfants et qui essaie d'en avoir un autre, depuis plus d'un an, avec des rapports sexuels réguliers et sans contraception et qui n'y parviennent pas. 

L'infertilité est-elle curable ? 

Je dirais oui. Effectivement certaines causes d'infertilité lorsqu'elles sont identifiées, peuvent être prises en charge levant ainsi l'infertilité du couple. Cependant, cela n’est pas toujours le cas. En effet, pour certaines pathologies notamment génétiques, auto-immune ou malformatives, l’infertilité devient parfois incurable. À priori, l'infertilité secondaire qui est souvent liée à une pathologie qui a été acquise au cours du temps est plus facile entre guillemets à prendre en charge que l'infertilité primaire chez une femme qui est souvent porteuse d’une pathologie présente depuis un bon moment et qui jusque-là n'a pas permis l’obtention même d’une seule grossesse. Donc en général, les cas d'infertilité secondaire sont plus faciles à élucider que les cas d'infertilité primaire. 

Entre l'homme et la femme, qui est plus exposé à l'infertilité ? 

Il faut savoir qu'aujourd'hui, il a été prouvé que l'infertilité incombe dans 35% des cas voire plus aux partenaires masculins, dans 35% des cas concernent la femme et dans 30 % des cas l'infertilité implique soit les deux partenaires: on parle alors d’infertilité mixte où est inexpliquée. Il faut aussi savoir que chez les deux, les gamètes ne sont pas produits de la même manière. L'homme va produire des spermatozoïdes en continu depuis sa puberté, alors que la femme elle va naître avec un stock d’ovocytes bloqués à un certain stade de son développement. La production de l'ovule se fera alors de façon cyclique pendant sa période d'activité génitale, c'est-à-dire de la puberté à la ménopause. Les spermatozoïdes étant contenu dans les testicules eux-mêmes contenus dans les bourses, toute atteinte de ces derniers impacte sur la qualité du sperme et des spermatozoïdes. Donc lorsque l'homme est exposé à certains facteurs environnementaux tels que la chaleur, mais aussi comportementaux tels que le port de vêtements trop serrés, le tabac… Cela peut être responsable d’une altération de la qualité du sperme. Ainsi, la prise en charge de l’infertilité passe d’abord par une prise en charge globale du couple. Au moment où, dans nos sociétés, c'est la femme qui est indexée en cas d'infertilité dans le couple, en pratique on se retrouve de plus en plus devant des anomalies sévères du spermogramme. Donc, effectivement, vu la sensibilité même des testicules et donc du sperme et vu l'impact du mode de vie des hommes sur leurs spermatozoïdes, les hommes sont pour moi plus exposés que les femmes à l'infertilité. 

Que préconisez- vous aux couples touchés par l'infertilité? 

Ce que nous recommandons à tous les couples qui font face à des troubles de la fertilité, qui ont donc des difficultés pour concevoir, c'est une consultation. Une consultation chez un spécialiste, donc un gynécologue obstétricien qui fera le point autant chez l'homme que chez la femme pour voir où se situe le problème et éventuellement pour tenter de proposer au couple des solutions dans la mesure du possible. Pour d’autres, la seule solution pourrait être la procréation médicalement assistée. D'où l'intérêt que cette consultation soit réalisée par le couple et pour le couple. En effet, on ne peut pas parler d'infertilité féminine ou masculine. On parle d'infertilité du couple car c'est le couple qui cherche à avoir un enfant. Donc ce qui serait bien, c'est que cette consultation soit effectuée par le couple afin que le praticien puisse faire le point sur les deux conjoints pour savoir réellement quelles solutions proposer.

Section: 
SOURCE DE DIFFERENDS DANS LA PARTIE SUD DU PAYS : Le foncier, l’autre « crise casamançaise »
GRAND-PLACE AVEC ALASSANE S. DIOP : ‘’Mamoudou a décidé de faire de la politique, nous autres membres de la rédaction avons choisi de rester journalistes’’
PROBLÈME D'INFERTILITÉ DANS LES COUPLES L’égoïsme de certains hommes
INFERTILITÉ DANS LES COUPLES Un drame permanent
SAINT-LOUIS : THÉÂTRE POPULAIRE EN DÉCLIN : Les “doyens” et les promoteurs culturels tirent la sonnette
FUSION DES SECTEURS DE LA CULTURE DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS : L’optimisme des acteurs du théâtre
MENACES DE VIOLENCE : Deux alcooliques s’en prennent à un vieux qu’ils accusent d’être un indicateur de la police
PASSATION DE SERVICES AU MINISTÈRE DE LA JEUNESSE : Pape Malick Ndour passe le flambeau à Khady Diène Gaye 
ZIGUINCHOR : Les attentes des populations vastes comme 40 ans de conflit armé
ATTENTES DES SENEGALAIS ENVERS LE NOUVEAU REGIME : La valse des priorités
MBOUR - ACCÈS AU CRÉDIT HÔTELIER ET COMPÉTITIVITÉ DE LA DESTINATION SÉNÉGAL : Les principales attentes des acteurs du tourisme
GOUVERNANCE ET PROMESSES DE CHANGEMENT : Les attentes de la société civile
SAINT-LOUIS : Les acteurs du tourisme exposent leurs maux 
8 MARS : Portraits croisés de trois femmes
COMPORTEMENTS SCANDALEUX LORS DES FUNÉRAILLES Quand les Sénégalais déraillent
DOSSIER SUR LES SAISIES RECORD DE COCAÏNE : Les méandres du trafic au Sénégal
CONSOMMATION DE DROGUE DANS LE MONDE : L’ONUDC constate une augmentation de 45 %, en 10 ans
DAKAR-PLATEAU : Péril sur le patrimoine classé
RECRUTEMENT SANS CONCOURS DANS LE SYSTÈME ÉDUCATIF Aux origines de l’école-poubelle
NDANDE FALL, KEUR MADAME : Souvenirs d’un enfant du terroir