Publié le 11 Nov 2014 - 09:04
LIBRE PAROLE

Les Sénégalais et les enseignements du jugement de  Jean Le Fou, 500 ans après

 

Le peuple Sénégalais vit depuis plus de cinquante ans dans la confiance, la docilité et l’espoir en ses Dirigeants politiques ayant accédé au pouvoir, pour voir améliorer ses conditions de vie, Dirigeants qui ne cessent de décevoir celui-ci, à quelques exceptions près. On lui fait miroiter un développement économique et social tant attendu durant les campagnes électorales, pour mieux l’appâter et le ferrer, pour le désillusionner ensuite, dans un éternel recommencement. L’histoire de ce Restaurateur stupide, dans sa cupidité, et remis à sa place par ce génie appelé Jean le Fou, est riche d’enseignements.

Le jugement de Jean Le Fou

Si je ne me trompe, c’est un fait divers ou une légende dans la Littérature française du Moyen  Age. Un pauvre  hère, un jour, passa devant un restaurant d’où se dégageait l’odeur appétissante d’un Rôti. S’asseyant confortablement à côté, il humait cette bonne odeur, tout en mordant à belles dents, dans une miche de pain. Le Restaurateur, ayant remarqué son manège, resta perplexe et intéressé  et laissa faire son curieux convive.

Quand il fallait partir, à la fin de son repas, le restaurateur empoigna alors le pauvre hère et exigea de celui-ci un paiement par ce qu’il aura  mangé à l’odeur de son rôti. Aux éclats de leurs voix, une troupe de badauds se forma tout autour.  Jean le Fou fut choisi comme juge, pour régler leur désaccord. Il demanda alors un écu au pauvre hère et le laissa choir. Tout le monde avait entendu le bruit métallique provoqué par la pièce en tombant à terre. Qu’as-tu entendu, demanda-t-il au Restaurateur ? Le bruit de la chute de l’écu, répondit-il. C’est le prix payé à l’odeur de votre rôti, décréta Jean le Fou. Jugement ne pouvait être plus juste et plus équitable et qui n’avait rien à envier à l’avis autorisé d’un expert ou d’un Agrégé en Droit, un verdict venant d’un Génie de la création, attitré de Fou.

Le pauvre hère avait mangé à l’odeur d’un rôti, il a payé avec le son d’une pièce de monnaie tombée à terre. Quelle leçon tirer de cette anecdote ? Une réplique intelligente, appropriée et sans bavure, appliquée dans le temps et l’espace à une situation donnée. Une réponse adaptée à la situation, une attitude pleine de bon sens, de logique et de réalisme de Jean le Fou.

Le réflexe du refus

Il faut savoir dire non quand il le faut, comme ce pauvre hère. Depuis l’indépendance en 1960 les Sénégalais moyens et pauvres n’ont mangé qu’à l’odeur du rôti de ce Restaurateur, pour imager, dans le miroitement d’un développement économique et social, 50ans  de marche au pas, sur place, sans révolte, dans l’obéissance, la soumission et la docilité pour privilégier, nourrir, entretenir et donner une vie de Roi aux acteurs politiques et aux syndicalistes, à leurs détriments. Il faut que cela cesse. Et il appartient aux Sénégalais eux-mêmes d’y mettre un terme en prenant conscience de leur état d’exploités, politiquement et économiquement.

Chaque équipe gouvernementale à la tête de ce pays devra être jugée et sanctionnée par rapport à la satisfaction profonde des besoins vitaux des populations les plus démunies et les plus vulnérables et qui, finalement, sont les seuls et véritables électeurs  de ce pays. Aucune formation politique à elle seule, ne peut plus, maintenant, gagner les élections. Cette prise de conscience est une arme redoutable, entre vos mains, Sénégalais, pour changer l’ordre des choses. Adopter une attitude d’indifférence, d’abstention et de refus, pour contrer des propositions qui ne vont pas dans le sens de la promotion de vos intérêts  vitaux ou qui invitent à la subversion, est devenu une nécessité.

La réplique  adéquate sera proportionnée aux enjeux mais restera légale. Armé de patience et de détermination, un peuple éprouvé, courroucé et agacé, devrait inquiéter, toujours, le politique surtout, quand le mépris et le ras-le bol commencent à le gagner. Au lendemain d’une certaine déclaration politique et ses commentaires le Micro-trottoir d’une télévision de la place est révélateur d’un état d’esprit des populations et c’est un message qui mérite un décryptage par la classe politique dans sa pléthore de partis, toutes obédiences confondues, pour en  tirer les conséquences.

Cette interview montre la maturité politique des Sénégalais qui ne veulent plus se laisser embarquer et  qui n’acceptent plus, non plus, qu’on les incite et les pousse à faire ce qu’ils trouvent anormal. Ils s’y apposeront en prenant l’initiative d’une action réfléchie,  rationnelle et adaptée. Et c’est là, toute la quintessence de la morale retenue dans le jugement de Jean Le Fou, ce génie français de l’intelligence et de la rationalité.

Pour conclure, je me réjouis et suis très fier de ces Sénégalais interviewés et dont l’opinion courageuse sur la politique du pays, recoupe fondamentalement le jugement de Jean le Fou, dans ses Enseignements incontestables, indéniables et partagés que le temps, des Siècles et des Siècles de vie durant, du Moyen âge au 3e Millénaire, n’a pas réussi à maquiller, ni altérer dans l’intelligence et le bon sens de l’humain. Les réactions et les comportements sont restés identiques, dans le passé comme au présent, même si les situations et les contextes sont différents.

 

Kaolack, le 05 novembre 2014

Mamadou Moustapha THIAM

Inspecteur adjoint de l’enseignement à la retraite

 

 

Section: 
Lettre ouverte à Monsieur Amadou Ba Ancien premier ministre, ancien candidat à l’élection présidentielle 2024 : “Nouvelle Responsabilité”
DE LA PROBLEMATIQUE DES LANGUES NATIONALES
La dette publique est un symptôme, pas une cause
Message aux Français !
ÉVOLUTION ET DÉFIS DE LA SÉCURITÉ DANS NOS VILLES
Pour une protection des infrastructures hautement stratégiques au Sénégal
POUR UNE DÉMOCRATIE RENOUVELEE AU SÉNÉGAL 
CHAPITRE VI DU LIVRE DU DOYEN ALLA KANE SUR LES PROBLEMES FONCIERS
Espagne/Migration circulaire : Des Sénégalais exploités dans les champs d'Albacete.
Ousmane Sonko Mbeubeuss est-elle urgence du PROJET ?
Notes de lecture sur le livre du Professeur Makhtar Diouf : AFRIQUE : VOIES DE DEVELOPPEMENT. Surmonter les pesanteurs et… 
LETTRE OUVERTE À SON EXCELLENCE, MONSIEUR LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE, CONCERNANT LES RELATIONS ENTRE LE SÉNÉGAL ET ISRAËL
Recevoir un Ambassadeur, un acte normal, ordinaire pour toute autorité de la République
Doyen Alioune Tine, vous permettez
Monsieur le Premier Ministre, vous avez mieux à faire Nous avons besoin d’un chef de gouvernement pas d’un chef de clan ou de guerre
Faut -il criminaliser l’homosexualité ?
LA BCEAO PASSE ENCORE UNE FOIS Â COTÉ DE L'ESSENTIEL : IL URGE DE D'ORGANISER LES ASSISES DE LA MONNAIE DANS L'UEMOA
Inédit et rassurant … la CITY valide le PROJET
UN EXTRAIT DU LIVRE DU DOYEN ALLA KANE SUR LES PROBLEMES FONCIERS : « Les Problèmes fonciers au Sénégal : un imbroglio tenace Quelle solution ? »
Haute autorité de la justice