Publié le 4 Oct 2013 - 04:15
LIBRE PAROLE - LETTRE OUVERTE AU CHEF DE L’ETAT

Monsieur le président de la République, ouvrez les robinets !

 

 

Le quitus fiscal est une véritable étreinte pour les Petites et Moyennes Entreprises (PME). La rentrée des classes et la fête de la Tabaski sont dans quelques jours. Mais, pères de famille et chefs d’entreprises sont anxieux et tourmentés. Le président de la République devrait faire une dérogation spéciale pour qu’il ait de la liquidité dans le pays.

A quelques jours de la rentrée des classes et de la fête de la Tabaski, l’angoisse et la crispation sont les sentiments les mieux partagés. Les chefs de famille se triturent les méninges pour savoir comment faire face à ces charges malheureusement incompressibles. Ces Sénégalais sont des agents quelques part ou dépendent de parents qui sont employés dans le privé. Ils attendent un paiement et une hypothétique avance Tabaski afin de pouvoir inscrire les enfants, acheter un mouton, payer le loyer et assurer le minimum vital.

Généralement en cette période, à l’orée des fêtes, on sentait un rush, une effervescence dans la capitale. Les gens étaient en pleine préparation de l’ouverture et des fêtes. Les commerçants avaient le sourire aux lèvres et les pères de famille un peu plus tranquilles. La dernière fête de Korité a été un bon baromètre. Des commerçants n’ont cessé de se plaindre des invendus. Les marchés étaient clairsemés et jusqu’au jour-j on a eu du mal à sentir la fête.

La Tabaski est l’une des plus grandes fêtes musulmanes. Les parents tiennent à essaimer le bonheur chez eux. De même pour la rentrée. C’est un devoir pour chaque parent d’amener son enfant à l’école. De ce fait, les frais d’inscription et l’achat de fournitures sont obligatoires.

Rien qu’à y penser, cela donne le tournis aux nombreux chefs de famille, à plus forte raison les chefs d’entreprises qui doivent sortir l’argent pour que la fête soit belle. Et ces entrepreneurs comptent sur vous, Monsieur le Président de la République pour une dérogation spéciale. Ils vous prient de consentir à une œuvre salutaire pour le règlement par les agences et l’administration de manière générale de tous les chèques actuellement en instance sous le prétexte de défaut de quitus fiscal.

Au Sénégal, le privé emploie plus que le public. Sur les 250 à 300.000 agents, le public ne compte que 70.000 tous corps confondus, selon les chiffres de l’ANSD. Or dans le privé, les Petites et Moyennes Entreprises (PME) composées de sous-traitants et de petites unités comptent plus d’agents. Elles sont nombreuses aujourd’hui à être au bord du gouffre.

Monsieur le Président de la République,

Sans vouloir me revêtir de la robe de l’avocat du diable, ces PME n’ont pas fait le pari d’être les renégats de l’Economie nationale. Mais, elles sont dans la survivance. Il est important que des mesures incitatives soient largement discutées et adoptées pour que ces entreprises qui emploient chacune une dizaine de Sénégalais et qui sont les plus nombreuses dans le tissu économique soient couvées et protégées. De la même manière, il est tout aussi important de réfléchir à une redistribution correcte et équitable des parts de marché pour une meilleure compétitivité de ces entités. Récemment, il avait été programmé un audit des entreprises en difficulté. Des démarches avaient été même entreprises mais depuis lors le départ d’Abdoul Mbaye de la Primature, le dossier semble être en stand-by.

Ibrahima Lissa FAYE

Directeur de Publication de PressAfrik.com

Président de l’Association des Éditeurs de la Presse en Ligne

 

Section: 
0,6%… Oui zéro virgule six pour cent…Par Amadou Tidiane Wone
Dissolution d’une Assemblée nationale dans le monde : quand et pourquoi ?
Sénégal : Cinq activistes dénoncent des conditions de détention inhumaines
Changement climatique : adaptation des variétés paysannes.
AFRIQUE DU SUD : POURQUOI L’ANC A PERDU SA MAJORITÉ ABSOLUE ?
LES DÉFIS DE LA COMMUNICATION POUR LA SANTÉ
LA MASSIVE ET NOUVELLE FREQUENTATION DES LYCÉES AU BAOL MBAKOL NDIAMBOUR ET AU CAYOR DONNERA AU SÉNÉGAL BEAUCOUP D’AUTRES CHEIKH ANTA DIOP
Le cinéma, un levier  efficace pour promouvoir la destination touristique de kédougou : Kédougou : pôle cinématographique et touristique.
Le fonctionnaire au Sénégal, un sans voix à la merci du politique
CONTRIBUTION: 100 JOURS DE GOUVERNANCE BASSIROU D. FAYE : De la nécessité de se hâter lentement
Monsieur le Président : Montrez-nous la lune au lieu de vous cacher derrière votre petit doigt
Les ambulants et les conducteurs de Jakarta ne sont pas les problèmes mais les conséquences des problèmes.
 Proposition de solutions pour le Fichier électoral et le parrainage
L’ANCIENNE MAJORITE DEVENUE LA NOUVELLE OPPOSITION, PEUT –T-ELLE AVOIR LA MEMOIRE SI COURTE ?
ALLIANCE DES ETATS DU SAHEL, UNE CATASTROPHE POUR LA DÉMOCRATIE EN AFRIQUE
SECTEUR DE LA SANTÉ : QUELQUES RÉFLEXIONS SUR LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES
L'OTAN A-T-ELLE ENCORE SA RAISON D'ÊTRE ?
REFORMES DE LA JUSTICE POUR UN SYSTEME JUDICIAIRE EFFICACE ET EFFICIENT
« Les 100 jours du gouvernement de ruptures : Point de vue d’un modeste citoyen »
Affaire SamaCasierJudiciaire : Un Révélateur de la Nécessité d'Amélioration de la Livraison des Projets Numériques dans les Administrations Sénégalaises