Publié le 28 Feb 2015 - 08:04
LIBRE PAROLE

Abdoulaye WADE piétine le Sénégal et profane la République

 

L’ancien Président Abdoulaye Wade a fait une sortie fracassante le mardi 24 février 2015. Cette  date mérite d’être notée parce que les propos tenus sont contre la République, contre la Constitution et  contre les valeurs fondatrices de la République et de la société.

Le Président Abdoulaye WADE ne devra pas être poursuivi pour offense au Chef de l’Etat car on ne peut pas envoyer un vieillard de cet âge, en délire passionnel, en prison.

Abdoulaye Wade reproche Macky Sall sa « naissance ». Il lui reproche d’être le fils de ses parents, qu’il  traite de mangeurs de bébés et d’anthropophage. Mon Dieu !!!

L’injure aux morts est haïssable dans toutes les cultures. Cela seul suffit à leur défense, Dieu se chargeant du reste.

Les valeurs de la société traditionnelle condamnent sans rémission les propos de caniveaux de l’ancien président, qui ne se résout pas à redevenir citoyen et à quitter la scène publique. On ne peut pas partager le temps avec ses pairs, ses fils, ses petits-fils et ses arrière-petits-fils.

Il laisse entendre que sa « naissance » est supérieure à celle de Macky Sall.

Première hypothèse : admettons un instant que ce soit vrai. Mais alors on peut se demander quelle éducation   a reçu l’ancien président pour parler comme il l’a fait. Parler est grave parce que qui parle révèle son âme profonde.

Au ban des traditions, notre ancien président profane et vomit sa haine de la République qu’il n’a pas réussi à transférer à sa descendance comme un bien privé. Il piétine la société sénégalaise qui a refusé de favoriser sa dévolution patrimoniale de l’Etat.

Deuxième hypothèse : admettons maintenant que ce que dit l’ancien président soit faux. Dans ce cas nous sommes en présence d’une affabulation monstrueuse, méchante et pas éclairée du tout.

Dans un cas comme dans l’autre, Abdoulaye Wade vise un seul et même objectif : conscient qu’il n’a aucune capacité à infléchir ou à influencer la Justice, il s’attache à déstabiliser le Président Macky Sall en train de réussir à faire bouger le Sénégal dans la bonne direction, espérant qu’en 2017 le pays change de cap. Cette stratégie est un aveu d’impuissance politique jusqu’à la prochaine présidentielle. Mieux, les vomissures de Wade ferment définitivement la voie du retour aux affaires du PDS en 2017.

En république, peut-on reprocher à quelqu’un d’être né dans une chaumière et à rester pauvre du fait de cette « naissance » ? En quoi la « naissance » « illustre » ou « obscure » de quelqu’un doit-elle déterminer sa place dans notre Sénégal ? Où est-il écrit qu’un candidat à une charge quelconque publique ou privée, administrative ou élective, doit « naitre » dans la classe sociale prétendue d’un Abdoulaye Wade ou d’un autre ? Le retour aux critères sociaux du passé est impossible comme il est impossible de faire revenir les temps passés.

Peut-on dresser un listing des emplois et des fonctions réservés aux gens d’en haut pour que tout ce qui n’y figure pas aille à ceux d’en bas ? Qui est d’en haut et qui est d’en bas ?

Voilà l’injure qu’Abdoulaye Wade adresse à la République et à ses citoyens, à la paix du pays et à l’avenir de nos enfants.

L’ancien président reproche à l’actuel d’être le fils de ses parents. Oublie-t-il que les prophètes sont rarement nés fils de prophètes, que beaucoup de fortunes d’aujourd’hui ne résultent pas d’héritages laissés par des parents fortunés, que les esprits brillants dans l’histoire de l’humanité n’ont pas hérité leurs savoirs de brillantissimes parents et que les savoirs d’avenir ne sont réservés qu’à ceux qui apprennent avec application et persévérance car l’intelligence est en tout humain.

L’ancien président a insulté Macky Sall mais ne peut pas l’humilier. Il a insulté la République du Sénégal, les Sénégalaises et les Sénégalais. Il s’est fâché avec la raison en choisissant la déraison et la violence de la jactance baveuse. En République, il n’y a qu’une caste, celle des citoyens.

Dès lors il appartient au peuple vilement agressé d’en tirer les conséquences. Il y en a beaucoup, mais une s’impose : Wade n’est plus, bien que vivant, du monde des vivants. Il vit emmuré dans les fadaises qu’il débite, drogué par sa démesure. Qui veut mettre à feu et à sang la République pour s’opposer au jugement de son enfant par la Justice de son pays est un malade.

Maître est malade, un malade dangereux pour lui-même et pour nous tous. Il ne faut pas manquer au devoir d’assistance à une personne en danger.

Que faire le concernant alors ?

Le protéger contre lui-même en ne lui tendant plus de micros, en ne le filmant pas, car Maître n’est plus maître de lui. La détresse humaine ne devrait pas être un sujet d’exposition nauséabonde.

Au-delà de ce devoir d’humanisme envers un individu en situation de détresse, protéger la République est une obligation pour chacun et un devoir pour tous.

A-t-on le droit de dire, d’écrire et de diffuser tout ce que l’on pense des autres ? La réponse à l’évidence est non. Si la liberté de penser est totale, doit-il en aller de même de la liberté d’expression publique ?

Que celui qui pense qu’il peut tout écrire, tout dire haut et fort, en l’amplifiant par les moyens de la communication de masse sans entraves choisisse de vivre seul dans une ile éloignée de toute vie et de toute route. Peut-être là serait la place de notre ancien président, avec les quelques fidèles qui voudraient s’exclurent de la société ou faire excuser l’inexcusable.

Que « la naissance » de Macky soit insignifiante, petite, moyenne, grande ou super exceptionnelle, il est devenu, par la grâce de Dieu et la détermination de soixante-cinq pour cent des Sénégalaises et des Sénégalais, le Président de la République. Voilà le miracle de la République. Ce miracle-là,  potentiellement, habite chacun de nous, le reste dépendant de la volonté et des circonstances.

Macky Sall est présentement l’incarnation de ce miracle. Le soleil, dans sa marche, n’a que faire des boulettes de papiers qu’un vieillard envoie dans sa direction. Elles   retombent infailliblement à terre.       

Expéditeur: Samba Diouldé Thiam <latsime@gmail.com>
Date: February 26, 2015 at 6:48:39 PM GMT

 

Section: 
Lettre ouverte à Monsieur Amadou Ba Ancien premier ministre, ancien candidat à l’élection présidentielle 2024 : “Nouvelle Responsabilité”
DE LA PROBLEMATIQUE DES LANGUES NATIONALES
La dette publique est un symptôme, pas une cause
Message aux Français !
ÉVOLUTION ET DÉFIS DE LA SÉCURITÉ DANS NOS VILLES
Pour une protection des infrastructures hautement stratégiques au Sénégal
POUR UNE DÉMOCRATIE RENOUVELEE AU SÉNÉGAL 
CHAPITRE VI DU LIVRE DU DOYEN ALLA KANE SUR LES PROBLEMES FONCIERS
Espagne/Migration circulaire : Des Sénégalais exploités dans les champs d'Albacete.
Ousmane Sonko Mbeubeuss est-elle urgence du PROJET ?
Notes de lecture sur le livre du Professeur Makhtar Diouf : AFRIQUE : VOIES DE DEVELOPPEMENT. Surmonter les pesanteurs et… 
LETTRE OUVERTE À SON EXCELLENCE, MONSIEUR LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE, CONCERNANT LES RELATIONS ENTRE LE SÉNÉGAL ET ISRAËL
Recevoir un Ambassadeur, un acte normal, ordinaire pour toute autorité de la République
Doyen Alioune Tine, vous permettez
Monsieur le Premier Ministre, vous avez mieux à faire Nous avons besoin d’un chef de gouvernement pas d’un chef de clan ou de guerre
Faut -il criminaliser l’homosexualité ?
LA BCEAO PASSE ENCORE UNE FOIS Â COTÉ DE L'ESSENTIEL : IL URGE DE D'ORGANISER LES ASSISES DE LA MONNAIE DANS L'UEMOA
Inédit et rassurant … la CITY valide le PROJET
UN EXTRAIT DU LIVRE DU DOYEN ALLA KANE SUR LES PROBLEMES FONCIERS : « Les Problèmes fonciers au Sénégal : un imbroglio tenace Quelle solution ? »
Haute autorité de la justice