Publié le 5 Mar 2015 - 07:28
LIBRE PAROLE

Halte a l’ingratitude

 

L’organisation du cinquantenaire du Théâtre National Daniel SORANO se fait sentir par la politique politicienne, exclusion, coup d’état rampant à la mémoire du père fondateur, premier directeur général du Théâtre Daniel Sorano, Maître Maurice Sonar Senghor, chrétien, catholique, homme de paix, rassembleur, à l’écoute des artistes.

Moi Charles Forster, ancien pensionnaire du théâtre Daniel Sorano, neveu de Maurice Sonar Senghor, j’ai été expulsé de l’organisation du cinquantenaire du Théâtre National Daniel Sorano dont certains s’enrichissent, manipulent, sèment le désordre dans la communauté culturelle et artistique sénégalaise.

J’interpelle les soraniens de valeur et le nouveau directeur du théâtre Daniel Sorano, mon frère et ami monsieur Sahite Sarr Samb distriper les vers de terre qui sont dans le fruit et de sensibiliser tous les soraniens autour du chef de l’Etat son Excellence monsieur Macky Sall à l’émergence d’une culture saine, pacifique au profit du peuple sénégalais. Honorer la mémoire de Maurice Sonar Senghor et celle de sa famille dont son épouse madame Line Senghor qui fut la première comédienne à faire la fierté du Théâtre National Daniel Sorano aux côtés de Doura Mané, Raymond Hermantier, Guillaume Corréa, Sadibou Diouf, Oumar Seck, Isseu Niang, Jacqueline Scotte Lemoine et autres.

Donc soyons pas des ingrats, rendons grâce, honneur, respect à nos défunts artistes comédiens, danseurs, chanteurs, musiciens, machinistes qui ont servi loyalement le théâtre national Daniel Sorano sans oublier aucun lors du cinquantenaire.

A retenir, R-V, le dimanche 8 mars 2015 à partir de 10 heures au cimetière de Bel air pour prier sur les tombes des pères fondateurs du théâtre national Daniel Sorano : Léopold Sédar Senghor et Maurice Sonar Senghor… que la terre leur soit légère afin que jaillisse la vérité, rien que la vérité au théâtre nationale Daniel Sorano.

Signé Charles Forster alias kakatar

 

Section: 
Notes de lecture sur le livre du Professeur Makhtar Diouf : AFRIQUE : VOIES DE DEVELOPPEMENT. Surmonter les pesanteurs et… 
LETTRE OUVERTE À SON EXCELLENCE, MONSIEUR LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE, CONCERNANT LES RELATIONS ENTRE LE SÉNÉGAL ET ISRAËL
Recevoir un Ambassadeur, un acte normal, ordinaire pour toute autorité de la République
Doyen Alioune Tine, vous permettez
Monsieur le Premier Ministre, vous avez mieux à faire Nous avons besoin d’un chef de gouvernement pas d’un chef de clan ou de guerre
Faut -il criminaliser l’homosexualité ?
LA BCEAO PASSE ENCORE UNE FOIS Â COTÉ DE L'ESSENTIEL : IL URGE DE D'ORGANISER LES ASSISES DE LA MONNAIE DANS L'UEMOA
Inédit et rassurant … la CITY valide le PROJET
UN EXTRAIT DU LIVRE DU DOYEN ALLA KANE SUR LES PROBLEMES FONCIERS : « Les Problèmes fonciers au Sénégal : un imbroglio tenace Quelle solution ? »
Haute autorité de la justice
le régime  de l’APR dans une phase d’ENTROPIE
UNITÉ, CRITIQUE, UNITÉ EN NOTRE SEIN POUR CONSOLIDER ET PARACHEVER LA VICTOIRE DU POUVOIR SOUVERAINISTE AU SENEGAL
Contribution ouverte aux Assises de la justice sénégalaise
LE FINANCEMENT DE L’AGRICULTURE : UN MAILLON IMPORTANT POUR ATTEINDRE LA SECURITE ALIMENTAIRE ET CONTRIBUER A LA CREATION D’EMPLOI A TRAVERS L’ENTREPRENARIAT
LA JUSTICE AU SENEGAL : Réformer ou refonder ?
L’Etat et la révolution citoyenne
L’EXORDE & LE BATACLAN… : Saint-Louis : Sur des airs amers
Réformes intentionnelles et assises de la Justice : Monsieur le Président, gardons-nous de perdre du temps
L’UNION AFRICAINE A SOIXANTE ANS
Les Assises nationales de la Justice, entre logique de continuité et volonté de rupture ?