Publié le 9 Oct 2014 - 01:07
POST-POINT – par MOMAR DIENG

Attention à la malédiction de l’or noir !

 

En principe, une ressource naturelle comme le pétrole doit être raisonnablement considérée comme une aubaine. Pour un pays comme le Sénégal, éreinté par une facture pétrolière de plusieurs centaines de milliards de francs Cfa chaque année, l’exploitation de l’or noir quelque part au large de la Casamance serait forcément plus qu’une aubaine.

Ce serait un miracle ! Pour les grands optimistes devant l’éternel, il serait alors temps de décréter des oukases : fin de la pauvreté des ménages, disparition de la mendicité et des enfants-talibés des rues, hausses de salaires pour fonctionnaires en crise permanente de liquidités, explosion du pouvoir d’achat de certaines catégories, application intégrale des subventions aux produits de consommation sans risque de se faire épingler par le Fonds monétaire international ou la Banque mondiale, bourses généralisées pour les étudiants et, pourquoi pas, primes d’encouragement au mariage pour célibataires endurcis… Il n’est jamais interdit de rêver, car de telles mesures, des pays les ont appliquées et continuent de le faire, à des échelles certes différentes.

Mais trop souvent, dans de nombreux pays, le rêve a débouché sur des réalités qu’il vaut mieux ne pas avoir l’occasion de vivre. C’est que le pétrole (comme la plupart des ressources naturelles stratégiques) semble porter en lui une malédiction certaine. A moins que ce soient les hommes qui perdent la tête en sa présence. La malédiction du pétrole et d’autres richesses naturelles n’est pas une vue de l’esprit. Elle a fait sombrer l’Angola dans une guerre civile meurtrière sans éradiquer la pauvreté, installé le chaos en Libye, paralysé la République démocratique du Congo (RDC), sédimenté l’Irak en quasi-républiques autonomes, cassé le Soudan en deux entités dont une pro-occidentale, meurtri le Libéria et la Sierra Léone durant plusieurs années, mutilé la Centrafrique à travers une vraie fausse guerre religieuse, bloqué le Nigeria, etc.

Dans tous ces pays, une constante s’est imposée : la grande majorité des mouvements et autres fronts combattant pour l’intégrité des pays ont été liés, d’une manière ou d’une autre, à des multinationales pétrolières elles-mêmes fortement soutenues par leurs pays respectifs. Mais pour les populations autochtones de ces nouveaux pays ‘’riches’’, l’outil de développement et d’émancipation que devaient constituer le pétrole, le gaz, la bauxite, le fer, le manganèse, etc., s’est brutalement transformé en cauchemar avec lequel la séparation est devenue impossible pour certains. Plusieurs millions de personnes ont ainsi été condamnées à l’exil sans fin, traquées entre des frontières poreuses d’Etats faibles, transformées en miliciens au service de bandes criminelles ou en ouvriers des mines d’or ou de diamants.

Aujourd’hui, la découverte annoncée de pétrole au Sénégal doit être clairement mise en perspective par rapport aux grandes distorsions causées par l’exploitation pétrolière en Afrique et ailleurs. Il ne doit surtout pas être question de divaguer sur cette supposée spécificité sénégalaise pour fermer les yeux sur le danger politique que pourrait représenter le pétrole pour notre pays.

Les biens de la collectivité nationale n’ont cessé d’être pillés depuis l’indépendance, une tendance qui s’est accélérée au cours de la dernière décennie alors que les ressources naturelles sont quasi inexistantes. Qu’en serait-il avec une classe politique aux valeurs particulières, mise en responsabilité de devoir administrer des rentes autrement plus faramineuses que celles de l’arachide ? Quels seraient les nouveaux rapports que le Sénégal serait condamné à entretenir avec certaines puissances occidentales pour qui ‘’les opérations pétrolières sont, à toutes fins pratiques, des instruments de politique étrangère’’ ?

 

 

Section: 
PORTRAIT MAIMOUNA NDOUR FAYE (PATRONNE DE PRESSE) Amazone et self-made woman
ANTA BABACAR NGOM : Haute voltige !
AMADOU BA : Le prix de la patience et de l’endurance
AMINATA TOURÉ : La bagarreuse
MOUHAMADOU MAKHTAR CISSÉ : Réformateur, travailleur et post-moderne
“Moi, Ibrahima Sène”
BILLET D’HUMEUR PAR GASTON COLY : Le point de non-retour !
COMMUNIQUÉ DU COSCE SUR LE DÉROULEMENT À MI PARCOURS DU SCRUTIN DU 31 JUILLET 2022
FEMME À LA UNE – BIGUE BOB, RÉDACTRICE EN CHEF D’’’ENQUÊTE’’ Femme choc !
DOCTEUR MARIE KHEMESSE NGOM NDIAYE, DIRECTEUR GENERAL DE LA SANTE : La femme aux défis
FATOU JAGNE SENGHORE (ARTICLE 19) : Gardienne de la liberté d’expression
PAPA AMADOU SARR (EX DG DER/FJ) : Un as de la levée de fonds
ALIOUNE BADARA CISSE, 60 ANS, MEDIATEUR DE LA REPUBLIQUE : Un ‘’rebelle’’ dans la jungle APR
PR MARY TEUW NIANE : ‘’Je tends, sans distinction, la main à tous les acteurs de la vie politique...‘’
OUMAR GUEYE, MINISTRE DES COLLECTIVITES TERRITORIALES : Le géomètre politique
GRAND’PLACE AVEC ALIOUNE TINE, FONDATEUR D’AFRIKAJOM : ‘’Le dialogue a échoué’’
MARIE JOSEPHINE DIALLO, SECRETAIRE GENERALE DE L’ASSEMBLEE NATIONALE : L’expérience silencieuse
ME ABDOULAYE WADE : Péripéties d’un politicien intemporel
YOUSSOU NDIAYE, ANCIEN MAGISTRAT ET ANCIEN INTERNATIONAL DE FOOTBALL : Plus ‘’Juste’’, plus ‘’Vrai’’, plus ‘’Sport’’
GRAND’PLACE AVEC THIERNO ALASSANE SALL : ‘’Je suis contre Macky Sall’’