Publié le 23 Feb 2013 - 12:02
AMADOU GALLO FALL, VICE-PRÉSIDENT DE NBA SECTION AFRIQUE

 ''Le Sénégal va retrouver sa place au sommet du basket africain''

En marge du ''Week-end All stars game'' 2013 à Houston, aux États-Unis, le vice-président de la NBA section Afrique s'est confié au quotidien EnQuête pour livrer ses impressions sur le basket-ball africain en général et sénégalais en particulier. Amadou Gallo Fall est aussi revenu sur les différents projets mis en place par l'instance qu'il dirige pour le développement du basket-ball dans le continent.

 

 

Qui est Amadou Gallo Fall ?

 

Je suis né à Kaolack. J’ai fait mes premiers pas à Tivaouane. Étudiant à la Faculté des Sciences naturelles d’alors, j'ai intégré, dans les années 1985-86, le Dakar Université Club (DUC) sous les ordres du coach Maguette Diop. Très vite, je suis allé aux États-Unis pour faire mes études supérieures à l'Université du District de Columbia (UDC), basée à Washington, et j'ai terminé la Fac en 1993. Je suis passé par Dallas où j'ai été ''scout'' (recruteur, détecteur de talent). En 2010, j'ai été nommé vice-président de la NBA, en charge du développement en Afrique. Je suis, en collaboration avec les fédérations locales et des entités du basket-ball, chargé de diriger les efforts de la NBA pour le développement du jeu en Afrique. Je supervise les événements NBA avec les partenaires marketing, les médias et les entreprises de produits de consommation. J'ai commencé dans le bureau NBA de New York, puis je suis transféré à Johannesburg (Afrique du Sud) dans le nouveau bureau de NBA Afrique. J'ai eu à travailler pour les Mavericks de Dallas sur une période de 12 ans, comme directeur du personnel des joueurs et vice-président des affaires internationales. J'ai aussi servi comme ambassadeur de bonne volonté de l'équipe internationale et supervisé tous les travaux de scoutisme. J'ai contribué à la construction de l'actuelle équipe des Mavericks de Dallas qui a remporté le Championnat mondial 2010 de la NBA. Au cours des cinq dernières années, j'ai voyagé en Afrique dans le cadre du programme du basket-ball NBA sans frontières, mais aussi dans le cadre du programme global de développement de l'élite de basket-ball de la NBA et de la FIBA, qui utilise également le sport pour créer un changement social positif dans les domaines de l'éducation, la santé et le bien-être.

 

Comment appréciez-vous l’état actuel du basket sénégalais ?

 

Il y a toujours eu un potentiel énorme de basket-ball et une très forte tradition au Sénégal. Historiquement, les équipes nationales ont fait leur marque sur le continent - en particulier les femmes gagnant les championnats d'Afrique. L'équipe nationale masculine a remporté plusieurs championnats d'Afrique. C'est vraiment excitant de voir que les deux équipes sénégalaises U18, filles et garçons, champions en titre continentaux, représenteront l'Afrique dans les Champions du Monde à venir. La ligue locale continue de gagner en force et élan. Je n'ai aucun doute que le Sénégal va retrouver sa place au sommet du basket-ball africain.

 

Comment voyez-vous l’avenir du basket-ball en Afrique ?

 

Dans l'ensemble, le futur du basket-ball en Afrique est très luisant. Avec 7 joueurs d'origine africaine dans la saison courante de la NBA, nous savons que ce nombre va augmenter dans les années à venir. Au cours des dernières années, nous avons vu les champions africains devenir plus compétitifs et gagner en profil. La participation de deux pays africains (Nigeria et Tunisie), qualifiés pour la première fois aux Jeux olympiques 2012 à Londres en est un témoin. Il y a un nombre croissant de joueurs professionnels originaires d'Afrique qui jouent partout dans le monde, qui reviennent jouer pour leurs équipes nationales. L'importance croissante des joueurs africains de la NBA et de la Ligue américaine professionnelle de basket-ball féminin (WNBA), comme Serge Ibaka, congolais évoluant au Thunder d'Oklahoma City, Luc Mbah A Moute, basketteur professionnel camerounais évoluant dans l'équipe américaine des Bucks de Milwaukee, en est une illustration.

 

Comment comptez-vous contribuer au développement du basket-ball en Afrique ?

 

En mettant l'accent sur le développement local, nous constatons déjà un impact sur la participation du basket-ball. Depuis 2003, la NBA a été l'hôte du ''Basket-ball without Borders'' (BWB), qui est le programme de développement à la base de la NBA et de la FIBA. Plus de 1000 jeunes joueurs provenant de 35 pays ont reçu dans le camp un enseignement de basket-ball et de compétences pour la vie. BWB a également formé un certain nombre d'entraîneurs de différents pays africains afin qu'ils soient les relais dans leurs pays respectifs. Puis, en 2010, nous avons décidé d'avoir une présence physique permanente sur le continent d'où l'ouverture de notre bureau en Afrique du Sud afin d'intensifier nos efforts de développement du basket-ball. Nous nous concentrons à rendre le jeu plus accessible grâce à des événements, le développement des infrastructures et de l'expertise locale à travers les entraîneurs, tout en aidant à résoudre les problèmes sociaux dans les communautés locales. Nous avons l'intention de développer des partenariats plus stratégiques, comme notre partenariat avec le Royal Bafokeng Nation en Afrique du Sud, Sprite Slam à travers le continent et les camps de développement régionaux, comme celui que nous avons fait au Burkina Faso. Nous cherchons également à déployer NBA 3X à travers le continent.

 

''Le Sénégal est très bien représenté au basket-ball collégial. Ses joueurs comptent actuellement parmi les plus percutants dans de nombreuses conférences des plus fortes universités aux États-Unis''

 

Comment évoluent actuellement les vedettes sénégalaises et africaines dans les championnats étrangers ?

 

Plus de 30 joueurs d'origine africaine ont joué dans la ligue. Il existe actuellement 7 y compris Festus Ezeli (Nigeria), Luc Mbah A Moute (Cameroun), Bismack Biyombo (République démocratique du Congo), DeSegana Diop (Sénégal), Hasheem Thabeet (Tanzanie), Serge Ibaka (Congo), qui a manqué de peu sa première sélection au All-Star cette année, et Luol Deng (Soudan du Sud), qui en est à sa deuxième année consécutive All-Star. Il y a beaucoup de joueurs africains qui sont passés par les rangs universitaires, et sont maintenant dans des ligues professionnelles en Europe, en Chine et dans le monde. Le Sénégal est très bien représenté au basket-ball collégial. Il y a eu une augmentation du nombre de joueurs sénégalais dans les rangs collégiaux. Ils comptent actuellement parmi les joueurs les plus percutants dans de nombreuses conférences des plus fortes universités aux États-Unis.

 

Quand-est-ce que nos télévisions locales pourront retransmettre des matchs de la NBA, les ''All stars game'' ?

 

Il s'agit d'une grande partie de notre stratégie visant à rendre nos jeux accessibles aux fans, en particulier sur les réseaux d'air libre dans le pays. Nous travaillons dur pour formaliser des partenariats avec des stations de télévision locales afin d'offrir à nos fans sénégalais notre programmation semblable à l'accord que nous avons conclu récemment avec le radiodiffuseur public en Afrique du Sud (SABC). Nous espérons établir un partenariat similaire avec le diffuseur public au Sénégal avant le début des séries éliminatoires de la NBA. J'espère que nous pourrons trouver le bon partenaire au Sénégal. Les fans peuvent regarder au Sénégal les activités de l'ensemble du All-Star Week-end sur ''NBA League Pass'' qui est un service d'abonnement en ligne payé, permettant aux fans de la NBA de regarder les matchs en direct via un ordinateur portable, tablette et les appareils mobiles.

 

Vous avez commencé ''l'Académie SEEDS'' au Sénégal. Comment est-ce que le programme se porte, et quels sont les plans futurs de basket-ball au Sénégal et sur le continent africain ?

 

SEEDS (Sport pour l'éducation et le développement économique) à but non lucratif s'est engagé à fournir des possibilités d'éducation pour les jeunes, la création d'une conscience sociale et en encourageant le développement économique par le biais du sport. SEEDS a également lancé ''junior académie SEEDS'' et une section féminine. ''SEEDS'' se compose de deux éléments : la Fondation SEEDS et l'Académie SEEDS. La Fondation est l'aile de sensibilisation communautaire de l'organisation, qui concentre ses efforts sur les communautés sénégalaises ainsi que les communautés défavorisées aux États-Unis par le biais de diverses initiatives sociales, projets de service et de dons. L'Académie est un programme d'études offert aux étudiants prometteurs à travers le Centre national pour l'éducation professionnelle et des Sports (CNEPS) situé à Thiès, au Sénégal. La mission de l'Académie est de fournir un environnement qui sera le fer de lance de la croissance et le développement des élèves par l'éducation et le sport.

 

Louis Georges DIATTA

 

 

AVERTISSEMENT!

Il est strictement interdit aux sites d'information établis ou non au Sénégal de copier-coller les articles d' EnQuête+ sans autorisation express. Les contrevenants à cette interdiction feront l'objet de poursuites judiciaires immédiates.

 

 

Section: 
INTERVIEW AVEC LE DIRECTEUR GÉNÉRAL D’AKILEE : Amadou Ly règle ses comptes avec l’ex-DG de la Senelec Pape Demba Bitèye
GRAND-PLACE AVEC PAPE SAMBA MBOUP : Confessions intimes
EN VÉRITÉ - COLONEL ABDOUL AZIZ NDAW ‘’Pourquoi l’élection va se dérouler normalement’’
KHALIFA ABABACAR SALL : “Si je voulais me rapprocher du pouvoir, je l’aurais fait depuis longtemps”
DOUDOU SARR NIANG, DG BUREAU D'INFORMATION GOUVERNEMENTALE (BIG) : “Contester Amadou Ba, c’est délégitimer Macky Sall”
ISMAËL SACKO, OPPOSANT MALIEN : “Entre la mort et la survie, nous avons choisi la survie”
SANOUSSI DIAKITÉ (PROFESSEUR-INVENTEUR, LEADER POLITIQUE) : “Ils ont créé une incitation à une multitude de candidats à la candidature”
PAPA MAHAWA DIOUF (PORTE-PAROLE BBY) ''Nous avons une coalition très forte constituée de leaders politiques aguerris''
ITW - ÉLIMANE HABY KANE, PRESIDENT LEGS AFRICA : ‘’Il y a des risques de connivence, de collision, de concubinage malsain entre les organisations de la société civile et les partis politiques’’
DR AMATH NIANG, PRÉSIDENT DE L’ORDRE NATIONAL DES PHARMACIENS : “Il suffit d’une volonté politique pour éradiquer définitivement le trafic de faux médicaments”
ENTRETIEN AVEC PAPA MAHAWA DIOUF, PORTE-PAROLE BENNO BOKK YAAKAAR : ‘’C’est un abus dangereux de parler de prisonniers politiques au Sénégal’’
NAFISSATOU DIALLO (SECRÉTAIRE NATIONALE À LA COMMUNICATION DU PDS) : “Des gens avaient contacté Karim Wade pour qu’il voie Amadou Ba... ”
BABACAR MBENGUE (DÉPUTE-MAIRE) : “Cette 14e législature sera une Assemblée de rupture’’
PAPA MAHAWA DIOUF (DG DE L’ASPT ET PORTE-PAROLE DE BBY) : “Le Sénégal est crédible”
AMINATA LY NDIAYE (MAGISTRATE-ÉCRIVAINE) : “Ce que je regrette...”
ITW MAMADOU AMADOU LY, ANCIEN CONSEILLER D’ABDOU DIOUF : ‘’Un président de la République ne peut pas s’occuper de tout au quotidien ; il lui faut des relais’’
PRIX FRANCOPHONE, CIGASS, COVID, VACCINATION, PALUDISME : Le professeur Daouda Ndiaye déparasite
GONCOURT 2021 AVEC ‘’LA PLUS SECRETE MEMOIRE DES HOMMES’’ : Mohamed Mbougar Sarr à livre ouvert
KHADY DJIBRIL NDIAYE, PILOTE DE LIGNE : ‘’Rien n’est impossible !’’
PR. SOULEYMANE BACHIR DIAGNE ET MODE PROSPECTIVE : ‘’La vraie urgence, c’est la jeunesse…’’