Publié le 4 Aug 2022 - 01:22
APRÈS 53 MOIS À LA TÊTE DU GIABA

Kimelabalou Aba liste ses réalisations

 

Après quatre ans et cinq mois à la tête du Groupe intergouvernemental d’action contre le blanchiment d’argent en Afrique de l’Ouest (Giaba), l’ancien DG, le juge Kimelabalou Aba, a listé ses réalisations, tout en montrant à son successeur Edwin W. Harris Jr les défis qui l’attendent.

 

Le 1er mars 2018, le juge Kimelabalou Aba était installé à la tête du Groupe intergouvernemental d’action contre le blanchiment d’argent en Afrique de l’Ouest (Giaba). Cinquante-trois mois après, il a passé hier le témoin au Libérien Edwin W. Harris Jr. Lors de la cérémonie de passation de service, l’ancien DG de cette structure en a profité pour lever un pan de son bilan, après autant d’années de gestion.

Selon lui, quand il prenait fonction, le Giaba était en sous-effectif, particulièrement à la Direction de l'évaluation et de la conformité (DEC), ce qui a réduit considérablement sa capacité à produire des rapports d’évaluation mutuelle (REM) cohérents et de qualité.

C'est ainsi que les premières correspondances qu'il a signées, quelques jours après sa prise de fonction, étaient relatives au report des examens des projets de REM du Sénégal, de mai 2018 à novembre 2018, et de Cabo Verde, de novembre 2018 à mai 2019.

Par ailleurs, et à l'instar de toutes les nations et institutions du monde entier, les activités du Giaba ont été considérablement ralenties par la Covid-19, ce qui a amené l'institution à s'adapter pour continuer à dérouler ses programmes d'activité, non sans peine.

Au regard de ces défis, poursuit-il, et surtout à l’incapacité du Giaba, depuis 2016, à produire des REM respectant la cohérence et la qualité exigées par la méthodologie et les procédures, le Giaba a été placé par le Groupe d’action financière (Gafi) sous le programme d’amélioration de son efficacité en matière d’évaluations mutuelles. C’est dans ce cadre, selon lui, qu’un plan d’action a été adopté en juin 2021, voici donc un an, qui oblige le Giaba à soumettre tous les quatre mois en février, juin et octobre de chaque année, autrement dit, à chacune des plénières du Gafi, un rapport d’avancement pour appréciation des progrès réalisés sur la période considérée.

En dépit de ces défis, renseigne-t-il, grâce à la résilience, au courage, à la capacité d’adaptation et de réorganisation et à l’abnégation de tout le personnel du secrétariat du GIABA, son équipe a pu mener des activités et obtenir des résultats assez encourageants.

Ainsi, au titre des évaluations mutuelles, de 2018 à ce jour, le Giaba a adopté 11 REM.

En ce qui concerne les études et recherches de typologie, plusieurs rapports ont été finalisés et publiés au cours de la période sous revue. Le juge en a cité les mesures relatives à la connaissance du client des obligations de vigilance et inclusion financière en Afrique de l’Ouest en juin 2018 ; le blanchiment de capitaux et financement du terrorisme à travers le secteur de l'industrie extractive et minière en Afrique de l'Ouest, octobre 2019 ; l’évaluation des capacités de lutte contre le financement du terrorisme en Afrique de l'Ouest, 2019 ; l’étude sur le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme résultant de la contrebande de marchandises en Afrique de l'Ouest, août 2020 ; le blanchiment de capitaux et financement du terrorisme à travers les prestataires de services de change informel et illégal en Afrique de l'Ouest, août 2020 ; et  l’étude sur les vulnérabilités des casinos et autres jeux de hasard au BC/FT en Afrique de l'Ouest.

‘’Par ailleurs, grâce à l'appui du Giaba et de son partenaire stratégique la Banque mondiale, la quasi-totalité des États membres du Giaba ont effectué leurs évaluations nationales des risques et se sont dotés des stratégiques et de plans d'action de LBC/FT basés sur les risques identifiés. Sur le plan de renforcement des capacités, plusieurs programmes ont été déroulés au profit de plus de 4 000 parties prenantes de la LBC/FT de notre région. Sur le plan de la coopération, on peut citer l'adhésion du Bénin au groupe Egmont des CRF, tandis que les pays restants du Giaba sont à pied d'œuvre en vue de remplir les conditions nécessaires à cette adhésion. Par ailleurs, les partenaires ont été admis comme observateurs au Giaba, tandis que le Royaume-Uni a repris sa participation aux activités du Giaba en tant qu'observateur’’, a confié son DG sortant.

Perspectives

Ainsi, pour les perspectives, il a demandé à son successeur de se concentrer, à court terme, sur la réalisation d’actions comme la visite de sensibilisation auprès des autorités de la Guinée-Bissau pour les sensibiliser sur leurs rôles et responsabilités dans la gestion des réunions du Comité ministériel et de la Commission technique du Giaba, la poursuite des recrutements afin de renforcer l'effectif du personnel technique du Giaba et se donner les moyens de conduire les évaluations mutuelles dans les meilleures conditions et produire les REM cohérents et de qualité ; la poursuite de la mise en œuvre du plan d'action en renforçant et en améliorant les mesures déjà prises ; la conduite des évaluations mutuelles du Liberia, de la Guinée, de Sao Tomé-et-Principe et de l'Union des Comores, ainsi que l'adoption du REM de la Côte d'Ivoire ; la poursuite des études et recherches de typologies de BC/FT en cours ; le soutien renforcé des États membres du Giaba ; l'intensification des visites de plaidoyer auprès des autorités nationales des États membres du Giaba pour les exhorter à améliorer et à renforcer les dispositifs de LBC/FT de leurs pays ; la poursuite de renforcement des capacités des parties prenantes nationales de la LBC/FT afin de les outiller à mettre en œuvre efficace des mesures de LBC/FT, etc.

‘’Vous ne serez pas seul, et aurez l'appui du Comité ministériel du Giaba, du Comité de l'administration et des finances (CAF) de la CEDEAO, des États membres et de leurs experts, ainsi que des partenaires techniques et financiers. Vous pouvez également être assuré du soutien indéfectible d'un personnel compétent, disponible et dévoué, qui ne demande qu'à être motivé’’, a-t-il lancé à son successeur Edwin W. Harris Jr.

CHEIKH THIAM

 

Section: