Publié le 19 Jul 2021 - 21:26
GESTION DE LA COVID 19

Lorsque l’histoire donne raison au khalife de Tivaouane 

 

Dans la campagne de lutte contre la Covid-19, certaines familles religieuses vont plus vite que les politiques. Le discours est non seulement ferme, mais aussi constant.

 

Le khalife général de Tivaouane, Serigne Mbaye Sy Mansour, surnommé par certains ‘’Pa Allemand’’ pour son intransigeance dans certaines situations, a multiplié, depuis l’arrivée de la pandémie au Sénégal, des messages de mise en garde contre la nocivité du virus Covid-19. Il a été un des tout premiers guides religieux à être monté au créneau pour dénoncer une démission de l’Etat et à s’opposer à la réouverture des mosquées, malgré le déconfinement du 11 mai 2020. ‘’J’invite les fidèles à rester chez eux, à prier, à faire les incantations chez eux, à protéger les familles et à veiller au respect strict des mesures de prévention et des gestes barrières’’. Il mettait aussi en garde contre les cas communautaires qui ‘’peuvent disséminer la maladie un peu partout dans le pays’’.

Et pour couronner le tout, Serigne Mbaye Sy Mansour annoncera, le 13 octobre 2020, que Tivaouane ne tiendrait pas le Gamou traditionnel, alors que l’événement est célébré chaque année depuis 1902 et réunit plusieurs centaines de milliers de personnes. Une période qui est mise à profit pour prier, mais aussi pour favoriser tous les autres commerces et lobbying au sein de la communauté tidiane. Donc, des contacts tous azimuts.  

Le khalife avait "jugé utile et salutaire d'inviter les fidèles à célébrer le Maouloud de cette année dans l'intimité de leur foyer", selon le rendu de son porte-parole. Ce, malgré certaines critiques discrètes au sein même des fidèles, contre les prises de position du chef de file de cette ‘’tarikha’’. Mais Serigne Mbaye Sy Mansour semble avoir la peau dure et l’érudition nécessaire pour asseoir ses points de vue. "Ce qui lui importe, ce n'est ni la lettre ni le nombre de fidèles mobilisés, mais l'essence de cette commémoration (…).  Une prière à l'adresse d'un malade cloué sur un lit d'hôpital peut avoir plus de bénéfices que nos propres actes de dévotion. Une pensée et un encouragement pour nos médecins, nos aides-soignants qui, depuis huit mois, n'ont pas de répit, peut être une autre forme de célébrer le Maouloud", avait-il ajouté.

Serigne Mbaye Sy Mansour a dit de façon continue, dans des déclarations rendues publiques, qu’’’il ne faut pas cacher la vérité, pour quelle que raison que ce soit. Et qu’il faut connaître les menaces qui pèsent sur le Sénégal’’.  

Lors de la cérémonie religieuse ayant suivi le décès, le 25 juin 2020, de son porte-parole Pape Malick Sy, emporté par la Covid, le khalife des tidianes avait fustigé le déconfinement et dénoncé une démission de l’Etat. S’adressant à Abdoulaye Diouf Sarr, Ministre de la Santé, il avait déclaré, dans un contexte où le vaccin n’était pas encore découvert : ‘’Monsieur le Ministre, l’État doit dire aux Sénégalais qu’il n’y a pas de remède, qu’il faut se préserver ou mourir !’’ Invitant dans la même veine, au respect des gestes barrières.

 Aujourd’hui que la situation s’aggrave, nul doute qu’il va rester droit dans sa posture de… sage. La famille omarienne est dans la même ligne que Tivaouane. Elle a décidé, cette année, de ne pas organiser la prière traditionnelle de l’Aïd El Kebir (Tabaski) pour des raisons liées à l’explosion de cas. Elle demande aux fidèles de rester chez eux.

Les derniers chiffres font état de 1 722 nouveaux cas sur 4 419 tests réalisés, soit un taux de positivité de 38,97 %. Les cas communautaires sont estimés à 978. Un record au Sénégal !

BIGUE BOB

Section: