Publié le 19 Sep 2023 - 15:28
MIGRATION IRRÉGULIÈRE

L’Europe veut corser l’accès à son territoire

 

Alors que les départs de migrants augmentent, notamment au Sénégal, l'Union européenne cherche les moyens de faire face, même si, pour cela, il faut fermer les yeux sur des moyens d’une extrême gravité.  

 

Par milliers, les jeunes Sénégalais ont repris la saison des départs pour l’Europe à  travers l’Atlantique. Depuis avril et l’amélioration des conditions climatiques de traversée, les départs de pirogues des côtes sénégalaises continuent de faire leur lot de drames. La dernière grande émotion liée à la tragédie de l’émigration irrégulière est le chavirement, en août 2023, d’une pirogue partie du village de Fass Boye, avec la mort de plus de 70 jeunes qui tentaient de rallier l’Europe.

Si les décès se comptent par milliers du côté des migrants, leur terre de destination cherche toujours les moyens de les empêcher d’y arriver. À cet effet, un nouveau plan d’aide pour stopper l’arrivée massive de migrants sur le vieux continent est à l’étude par les autorités de l’Union européenne.

C’est dans l’île italienne de Lampedusa, lors d’une visite-éclair dimanche, que la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a présenté un plan pour aider Rome face à l’afflux de migrants. Dans le centre d’accueil des migrants installé sur place, prévu pour 400 personnes maximum, ils étaient plus de 2 000 à cohabiter. Trois jours avant la visite de la présidente de la Commission européenne, ils étaient 7 000 à s'y presser. Rien que dans la semaine du 11 au 17 septembre, plus de 10 000 personnes ont débarqué à Lampedusa, selon des chiffres fournis par Info Migrants.

Pour essayer de stopper ce flux, Ursula von Der Leyen a assuré qu’il faut aider l’Italie à gérer la situation. Accompagnée de la Première ministre italienne Giorgia Meloni, la responsable européenne a détaillé un plan en plusieurs points dont l’objectif principal est d’externaliser au plus les traitements inappropriés réservés aux migrants pour les empêcher d’entrer en Europe. Ceci, à travers un renforcement de la surveillance des frontières maritimes.

Cette tâche confiée à l’agence Frontex consiste souvent à survoler les eaux pour repérer les embarcations et veiller à ce qu’elles n’atteignent pas l’Europe.

 Selon un rapport du Forum consultatif de Frontex publié en juin dernier, un canot sur deux repéré par Frontex est renvoyé en Libye, au nord de l’Afrique, où les violations des droits des exilés sont légion.

En mars 2023, le rapport de la mission d'enquête des Nations Unies en Libye a épinglé le soutien financier de l'Union européenne à Tripoli comme ayant "aidé et encouragé la commission de crimes" contre l'humanité sur des migrants. Le document estime que des migrants sont "appréhendés, détenus et débarqués en Libye dans le seul but d'empêcher leur entrée en Europe, en corollaire de la politique européenne d'immigration".

Le rapport a listé de nombreux cas de détentions arbitraires, de meurtres, de tortures, de viols, d'esclavage sexuel, d'exécutions extrajudiciaires et de disparitions forcées, confirmant que ces pratiques sont largement répandues en Libye. D'après le document, "il existe des motifs raisonnables de croire que l'esclavage sexuel, un crime contre l'humanité, a été commis à l'encontre de migrants". "Un large éventail de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité a été commis par les forces de sécurité de l'État et les milices armées" en Libye, rapportait le chef de la mission des Nations Unies, Mohamed Auajjar, cité par Info Migrants.

Après avoir consacré "700 millions d'euros à la Libye au cours de la période 2014-2020", selon la commissaire européenne aux Affaires intérieures, Ylva Johansson, l’UE compte renforcer son partenariat avec les pays pouvant aider à stopper l’arrivée de migrants. Ce sera le cas avec la Libye et la Tunisie. Bruxelles veut accélérer la fourniture d’équipements et renforcer la formation des garde-côtes  de ces pays côtiers de la Méditerranée.  En juillet, l’UE a signé un partenariat avec la Tunisie afin de stopper les arrivées de migrants en Italie. Depuis, les autorités tunisiennes ont arrêté et expulsé dans le désert, à la frontière libyenne ou algérienne, des milliers de Subsahariens, dont certains sont morts de faim ou de déshydratation. Le fait que ces atrocités ne soient pas commises sur le sol européen aide à mieux supporter les violations de la loi internationale.

D’autres mesures incluses dans le plan des autorités de l’UE concernent l’augmentation des expulsions. Elle compte mener des campagnes de sensibilisation auprès des principaux pays d’origine des nouveaux arrivants, comme la Guinée, la Côte d’Ivoire, le Sénégal et le Burkina Faso, afin d’améliorer la coopération. Bien que des camps soient remplis de migrants, les expulsions ne se font  qu’avec l’accord des ambassadeurs des pays concernés qui doivent délivrer un laissez-passer. Le Sénégal n’est pas le plus grand fournisseur de migrants  irréguliers passant par la Méditerranée, mais beaucoup de Sénégalais sont quand même signalés dans les centres de détention libyens.

D’autres efforts seront menés pour lutter davantage contre les filières d’immigration illégale avec les pays d’origine et de transit à travers l’intensification des campagnes de sensibilisation pour décourager les traversées.

Plusieurs ONG dénoncent des politiques européennes d'immigration inefficaces qui continuent d'être poursuivies, au lieu d’ouvrir des voies légales et sûres afin que personne ne soit obligé de monter sur un bateau précaire et de risquer sa vie dans une tentative d'atteindre l'Europe. Dans ce nouveau plan, l’UE veut développer les voies légales de migration, notamment par l’attribution de plus de visas.  

Lamine Diouf

Section: 
GUERRE DU MANGANÈSE : Les non-dits d’une sale affaire
SAINT-LOUIS : BAISSE DES PRIX DE DENRÉES ALIMENTAIRES : Une mesure diversement appréciée à Ndar
BAISSE DES PRIX DE PRODUITS DE GRANDE CONSOMMATION : Les Ziguinchorois attendent que la mesure soit effective
TABASKI À THIÈS – FLAMBÉE DU PRIX DU MOUTON : Les vendeurs se défaussent sur la cherté de l'aliment de bétail
LUTTE CONTRE LA PIRATERIE MARITIME, LE TERRORISME MARITIME ET LE TRAFIC DE MIGRANTS : Vers la mise en place d'un Conseil national consultatif
POUR AVOIR TENTÉ D’AGRESSER UNE FEMME DE MÉNAGE : Un ‘’bongoman’’ condamné à deux ans de prison, dont un an ferme
Diomaye à Freetown
SOUTIEN À LA PALESTINE : Le président Diomaye Faye prié d’expulser l’ambassadeur d’Israël au Sénégal
REMISE DE 450 TABLES-BANCS À L’IEF DE KOLDA : La mairie offre 450 tables-bancs aux écoles de la commune
THIÈS – PARCELLES DE MBOUR 4 ET DE LA NOUVELLE VILLE DE THIÈS : Le mouvement And Sopi Thiès en croisade pour une distribution équitable
SAINT-LOUIS : PRÉPARATIFS DE LA TABASKI : Les foirails et les marchés bien approvisionnés
CHAUFFEUR TORTURÉ À MBORO : Deux Chinois et un Sénégalais déférés au parquet
Gabrielle Kane
AwaléDakar Dem Dikk SA
CÉLÉBRATION TABASKI : Pour se payer une perruque, elle vole les bijoux en or de sa mère
JUSTICE – ‘’PRINCIPES DE BANGALORE’’ : Des magistrats à l’école de la déontologie juridique
TVA SUR LES PRESTATIONS DE SERVICES NUMÉRIQUES RÉALISÉES PAR LES ASSUJETTIS ÉTRANGERS : Le ministre des Finances change la donne
LUTTE CONTRE L’INSÉCURITÉ ALIMENTAIRE À KOLDA : Le Pam débloque 45 millions pour promouvoir le fonio dans les écoles
SAINT-LOUIS: CHANGEMENT CLIMATIQUE : Une étude  expose les pertes et  dommages dans la zone Nord
COUR SUPRÊME : Verdict attendu de l'affaire du marché de 71 milliards par le ministère de la Santé