Publié le 28 Jul 2023 - 00:12
ÉCONOMIE - MOBILISATION DES RESSOURCES

ActionAid propose une intégration de l’éducation fiscale dans les curricula

 

Dans la perspective de contribuer aux réflexions et initiatives déjà en cours, ActionAid et ses partenaires, dans le cadre du projet TaxEd, conduisent des activités de renforcement de capacités, de génération de connaissance et de plaidoyer en soutien à l’action publique afin de faire de l’école publique au Sénégal une école disponible, accessible, inclusive, acceptable, adaptée et équitable. Ils plaident pour une introduction de l’éducation fiscale dans les programmes scolaires.

 

ActionAid et ses partenaires veulent inculquer la culture de la discipline fiscale aux enfants afin de renforcer la mobilisation des ressources. C’est dans ce cadre qu’est organisé un atelier de formation et de réflexion des communautés et des différentes familles d’acteurs au niveau local et national sur les outils de réflexion et d’action en faveur de la justice fiscale, de mise à jour du plan de plaidoyer et de partage d’expériences en faveur d’un changement pour un système fiscal juste, équitable et sensible aux services publics.

Selon le directeur pays de l’ONG ActionAid, l’introduction de modules fiscaux dans les curricula est une de leurs stratégies pour une meilleure mobilisation des ressources. Cela passe nécessairement par l’installation de comités locaux sur la justice fiscale.

‘’L'objectif, c'est de commencer à la base avec les élèves, les enfants. Parce que ActionAid travaille au niveau des terroirs et nous avons également des enfants et dans  le cadre de nos séances de formation et de sensibilisation, nous incluons les questions de fiscalité, les questions d'impôt et nous faisons le lien entre les investissements et le payement des impôts. Et c'est pourquoi il est tout le temps important de faire des analyses croisées entre le payement des impôts et le résultat, et aussi la responsabilité de chaque acteur. C'est cela qui nous permettre de contribuer à cette citoyenneté fiscale et qu'on puisse éduquer nos enfants à pouvoir payer les impôts, mais aussi à l'État de respecter ses engagements en matière de financement du développement’’, a informé Zakaria Sambakhé.

En effet, il soutient que le Sénégal fait face à un énorme défi, en matière de mobilisation des ressources domestiques. ‘’C'est possible. Comme vous voyez, le financement de notre développement, de notre économie est fortement basé sur l'endettement, même si au niveau interne, il y a des efforts dans le cadre de la mobilisation des ressources pour financer le développement. Donc, le projet "Éducation à voix haute" est venu pour s'inscrire dans cette logique d'inviter les acteurs étatiques, les élus locaux, les communautés de manière générale à renforcer les efforts pour que nos taxes soient payées, que nos revenus soient mobilisés pour financer le développement, notamment financer l'éducation inclusive de qualité pour tous. Parce que le Sénégal a pris des engagements pour atteindre les ODD d'ici l'horizon 2030. Et pour cela, il faut des financements. Et nous nous rendrons compte que les financements se raréfient’’.

À l’en croire, ce projet vient aussi faire un plaidoyer pour qu'il y ait des financements innovants afin de pouvoir satisfaire les besoins en matière d'éducation, mais aussi de développement. ‘’Nous savons que le taux d'endettement du Sénégal est assez important. Certains disent que la barre des 70 % a été dépassée. Même si ailleurs cette dette est soutenable. Mais c'est aussi un appel que nous lançons à l'État pour que les fruits de la croissance soient redistribués de manière équitable et inclusive. On peut avoir un taux de croissance important, mais ce n'est pas redistribué de façon équitable. Il y aura toujours des inégalités et des injustices. Donc, nous pensons qu'il est temps pour que l'État continue à redoubler d'efforts dans le cadre de la mobilisation des ressources domestiques. On n'est pas contre l'endettement, mais il faut un endettement raisonnable, réaliste pour qu'on puisse compter sur nous-mêmes, parce qu'il y a des ressources internes. Que les revenus soient mobilisés’’, poursuit-il.

Poursuivant, explique-t-il, ‘’nous avons beaucoup de compagnies minières au Sénégal qui sont exonérées de taxes souvent. Ça se complique, mais il faudrait également que des efforts soient faits dans le sens d'élargir l'assiette fiscale. Qu'il y ait également la conscientisation des Sénégalais pour qu'ils payent leurs impôts, mais aussi en retour qu'ils bénéficient de services publics de qualité. Parce que si, aujourd'hui, l'État nous invite à payer nos impôts et qu'en retour on ne voit pas les investissements qui nous permettent de prendre en charge nos préoccupations sanitaires, éducatives, entre autres, ça peut être des raisons de réticences pour certaines communautés à ne pas payer les impôts’’.

 Et M. Sambakhé de préciser : ‘’Nous n'encourageons pas cela. Au contraire, nous voulons qu'il y ait une citoyenneté fiscale, que les populations puissent avoir ce sens du patriotisme fiscal, mais qu'on ait aussi une bonne gestion de ces ressources de manière transparente et inclusive pour qu'à la fin de la journée, on puisse dire : voici votre argent qui a été investi, voici les résultats atteints."

IDRISSA AMINATA NIANG (Mbour)

Section: 
GUERRE DU MANGANÈSE : Les non-dits d’une sale affaire
SAINT-LOUIS : BAISSE DES PRIX DE DENRÉES ALIMENTAIRES : Une mesure diversement appréciée à Ndar
BAISSE DES PRIX DE PRODUITS DE GRANDE CONSOMMATION : Les Ziguinchorois attendent que la mesure soit effective
TABASKI À THIÈS – FLAMBÉE DU PRIX DU MOUTON : Les vendeurs se défaussent sur la cherté de l'aliment de bétail
LUTTE CONTRE LA PIRATERIE MARITIME, LE TERRORISME MARITIME ET LE TRAFIC DE MIGRANTS : Vers la mise en place d'un Conseil national consultatif
POUR AVOIR TENTÉ D’AGRESSER UNE FEMME DE MÉNAGE : Un ‘’bongoman’’ condamné à deux ans de prison, dont un an ferme
Diomaye à Freetown
SOUTIEN À LA PALESTINE : Le président Diomaye Faye prié d’expulser l’ambassadeur d’Israël au Sénégal
REMISE DE 450 TABLES-BANCS À L’IEF DE KOLDA : La mairie offre 450 tables-bancs aux écoles de la commune
THIÈS – PARCELLES DE MBOUR 4 ET DE LA NOUVELLE VILLE DE THIÈS : Le mouvement And Sopi Thiès en croisade pour une distribution équitable
SAINT-LOUIS : PRÉPARATIFS DE LA TABASKI : Les foirails et les marchés bien approvisionnés
CHAUFFEUR TORTURÉ À MBORO : Deux Chinois et un Sénégalais déférés au parquet
Gabrielle Kane
AwaléDakar Dem Dikk SA
CÉLÉBRATION TABASKI : Pour se payer une perruque, elle vole les bijoux en or de sa mère
JUSTICE – ‘’PRINCIPES DE BANGALORE’’ : Des magistrats à l’école de la déontologie juridique
TVA SUR LES PRESTATIONS DE SERVICES NUMÉRIQUES RÉALISÉES PAR LES ASSUJETTIS ÉTRANGERS : Le ministre des Finances change la donne
LUTTE CONTRE L’INSÉCURITÉ ALIMENTAIRE À KOLDA : Le Pam débloque 45 millions pour promouvoir le fonio dans les écoles
SAINT-LOUIS: CHANGEMENT CLIMATIQUE : Une étude  expose les pertes et  dommages dans la zone Nord
COUR SUPRÊME : Verdict attendu de l'affaire du marché de 71 milliards par le ministère de la Santé