Publié le 18 May 2024 - 16:01
ACCORDS DE PÊCHE, RELATIONS COMMERCIALES DÉSÉQUILIBRÉES, AIDE PUBLIQUE AU DÉVELOPPEMENT

Les députés insoumis ‘’charment’’ la société civile sénégalaise

 

Une délégation de députés de La France insoumise a rencontré hier la Plateforme des acteurs non étatiques (société civile). À cette occasion, les parlementaires français ont souligné leur volonté de mener la bataille pour réviser les accords de pêche, mettre fin à des relations commerciales jugées totalement déséquilibrées et transformer l'aide publique au développement.

 

Depuis mardi, le président Jean-Luc Mélenchon et une délégation de députés de La France insoumise (LFI) sont en visite au Sénégal. Hier, les parlementaires français ont rencontré la Plateforme des acteurs non étatiques du Sénégal (société civile) et ont souligné leur volonté et leur engagement à mener la bataille pour réviser les accords de pêche, mettre fin à des relations commerciales qu'ils jugent totalement déséquilibrées et transformer le discours paternaliste de l'aide publique au développement.

"Nous convergeons vers vous sur la nécessité, à terme, de changer de terminologie, car 'aide publique au développement' est très paternaliste et ne reflète pas notre conception des choses. Nous serons donc intransigeants sur la question de la révision des accords de pêche, nous mènerons cette bataille et vous pouvez compter sur nous sur ces sujets", a insisté le député de LFI Arnaud Legall.

De son côté, le député et coordinateur Manuel Bompard a souligné qu'ils partagent également le désir de mettre fin à des relations commerciales totalement déséquilibrées. En réponse à certains membres de la société civile avançant que le Sénégal vit une nouvelle étape, une nouvelle histoire incomprise par la France, Manuel Bompard a souligné qu'ils partagent également ce sentiment. Cependant, a-t-il indiqué, "il est nécessaire de faire la distinction entre les opinions de la population française, qui n'est pas toujours solidaire des positions exprimées par les dirigeants politiques français".

Ainsi, le parlementaire a précisé que s'ils ont souhaité se rendre au Sénégal après l'élection présidentielle, l'objectif n'est pas d'interférer dans les affaires politiques sénégalaises. "Cela ne nous revient pas. C'est au peuple sénégalais de choisir librement et indépendamment son avenir. Mais, a-t-il ajouté, nous souhaiterions comprendre et apprendre des dynamiques politiques à l'œuvre et voir comment, à notre niveau, nous pourrions agir. Encore une fois, il ne s'agit pas de remplacer la population sénégalaise, mais de promouvoir des objectifs politiques communs que nous partageons".

Dans le même ordre d'idées, a-t-il poursuivi, "nous souhaitons également porter la voix de la France, une voix qui repose sur la volonté de construire des relations respectueuses, équilibrées, tenant compte de la souveraineté de chacun".

Présente à la rencontre, la co-présidente de la Plateforme des acteurs non étatiques pour la société civile, Maïmouna Élisabeth Dieng, a souligné qu'à travers cette rencontre, elle souhaite que le discours de Mélenchon sur la révolution citoyenne dépasse les clivages partisans. C'est-à-dire, a-t-elle expliqué, pour que la voix de la société civile soit entendue sur l'avenir des relations entre l'Europe et l'Afrique, et pour montrer qu'il existe un bouillonnement très dynamique de la société civile au Sénégal. Mais aussi, a-t-elle poursuivi, pour concrétiser les principes de respect et d'échanges mutuels.

Car, a expliqué Mme Dieng, "ils (les insoumis) peuvent avoir une idée quand ils sont en France, mais ne pas vraiment connaître de l'intérieur la réalité des Sénégalais et des Sénégalaises et toutes les transformations qui se font jour après jour avec la jeunesse, les demandes de changement de souveraineté".

FATIMA ZAHRA DIALLO

Section: 
CÉLÉBRATION TABASKI : Pour se payer une perruque, elle vole les bijoux en or de sa mère
JUSTICE – ‘’PRINCIPES DE BANGALORE’’ : Des magistrats à l’école de la déontologie juridique
TVA SUR LES PRESTATIONS DE SERVICES NUMÉRIQUES RÉALISÉES PAR LES ASSUJETTIS ÉTRANGERS : Le ministre des Finances change la donne
LUTTE CONTRE L’INSÉCURITÉ ALIMENTAIRE À KOLDA : Le Pam débloque 45 millions pour promouvoir le fonio dans les écoles
SAINT-LOUIS: CHANGEMENT CLIMATIQUE : Une étude  expose les pertes et  dommages dans la zone Nord
COUR SUPRÊME : Verdict attendu de l'affaire du marché de 71 milliards par le ministère de la Santé
LE MONDE DE LA PRESSE EN DEUIL : Mansour Dieng n’est plus
Vol en réunion avec usage d'arme
GÉNÉRAL BIRAME DIOP, MINISTRE DES FORCES ARMEES ‘’Le Sénégal travaillera sans relâche pour la réunification de la CEDEAO’’
KOLDA/ RECONNU COUPABLE DE SÉQUESTRATION, VIOL ET DE CHARLATANISME : Un charlatan guinéen condamné à 10 ans de prison ferme
SAINT-LOUIS: PASSATION DE SERVICE AU CROUS : Dr Babacar Diop décline sa feuille de route
Rackets dans l'espace CEDEAO
LUTTE CONTRE LA DROGUE ENTRE THIÈS ET KAOLACK : Les brigades régionales de la Docrtis saisissent 326 kg de chanvre indien
MATAM : Djinda Dème valide le changement systémique dans l’éducation
PUBLICITÉ SUR LES MÉTHODES D'AVORTEMENT VIA LES RÉSEAUX SOCIAUX : Le ministre de la Santé menace
LA DUE DILIGENCE ET L'ACCÈS À L'INFORMATION AU SÉNÉGAL : Vers une transparence et une digitalisation accrues
ARABIE SAOUDITE : 1,3 million de pèlerins déjà arrivés, plus de 300 000 clandestins refoulés
FERMETURE ET DÉLOCALISATION DE L’USINE ICS SENCHIM : Une bombe écologique au cœur de Dakar
UTPS
RESTAURATION DES ÉCOSYSTÈMES - AIRE MARINE PROTÉGÉE DE JOAL-FADIOUTH : Daouda Ngom salue le travail des femmes