Publié le 28 Sep 2021 - 23:15
CEREMONIE OFFICIELLE MAGAL DE TOUBA

Les préoccupations d’Al Mountakha 

 

Les élections municipales et départementales qui auront lieu au mois de janvier, devront se tenir dans un climat serein et apaisé. C’est, du moins, le souhait du porte-parole de la communauté mouride. Serigne Bassirou Mbacké Abdou Khadre, qui représentait le khalife général des mourides, a demandé aux hautes autorités de ce pays de résoudre définitivement la question des inondations qui, cette année, ont causé beaucoup de désagréments aux populations.

 

Les élections de janvier prochain préoccupent les autorités religieuses de Touba. Membre du comité d’organisation, Sidy Moctar Kâ a lu une déclaration de Serigne Bassirou Mbacké Abdou Khadre. Dans cette dernière, Sidy Moctar Kâ a souhaité que les prochaines élections municipales et départementales, prévues au mois de janvier 2022, se déroulent dans le calme, la sérénité et la transparence.  ‘’Nous devons tous, en tant que Sénégalais, jouer notre partition pour que les élections qui se profilent à l’horizon 2022 se déroulent dans le calme et la transparence. Les hommes politiques sont invités à s’y conformer et à œuvrer pour que cela se passe ainsi. Vous devez être fair-play et avoir à l’esprit que ce pays nous appartient tous. Le marabout prie pour que les acteurs, à l’issue du scrutin, se congratulent et se serrent la main’’, a-t-il rapporté.

 Par ailleurs, dans ce discours de Serigne Bass lu par Sidy Moctar Ka, la jeunesse est invitée à bannir la violence qui commence à gagner du terrain et à prendre des proportions insoupçonnées. ‘’Le marabout  invite les jeunes à cultiver l’amour et le respect entre eux. Il faut bannir les violences sous quelque forme que ce soit. Vous avez vu ce qui se passe dans certains pays voisins. Ne serait-ce que pour  cela, vous devez cultiver la paix et la tolérance", a-t-il dit. Aussi, il n’a pas manqué de déplorer les comportements déviants notés avec les réseaux sociaux. Sidy Moctar Ka a regretté ‘’qu’avec le phénomène des réseaux sociaux, des familles soient séparées, des ménages brisés, des amitiés détruites et des vies anéanties parce que tout simplement, il y a une mauvaise utilisation de ces technologies de l’information et de la communication’’. Pour contrecarrer cela, le marabout appelle à un retour aux préceptes de l’islam.

Serigne Bassirou Mbacké Abdou Khadre, après le discours en français de son porte-parole, a interpellé lui-même les autorités sur une problématique qui lui tient à cœur.

En effet, il est revenu sur les inondations. ‘’Je parle au nom du khalife général des mourides. L’essentiel a été dit par notre petit-fils Cheikh Ka.  Il salue l’ensemble des musulmans. C’est le jour le plus important pour nous, talibés de Serigne Touba. Il met à profit cette journée pour remercier ses coreligionnaires. Je remercie le chef de l’Etat pour les différentes actions posées. Le khalife lui demande néanmoins de redoubler d’efforts sur les projets et engagements qu’il avait pris concernant les inondations. Cette année, elles ont causé beaucoup de problèmes. Pourtant, il y a deux ans, j’avais attiré l’attention des autorités, lors d’un comité régional de développement tenu à Diourbel sur ce risque’’, a-t-il rappelé.

En outre, a-t-il fait savoir, aujourd’hui, ‘’c’est le chantier de l’université qui tient à cœur au khalife. Suivent, sur la liste de ses priorités, l’approvisionnement correct en eau des populations et la résolution des problèmes des inondations. Elles ont causé beaucoup de désagréments aux fidèles. Il faudrait que les différents services de l’État impliqués puissent juguler les impairs et être plus diligents dans  l’exécution des chantiers’’, a-t-il appelé.

Toutefois, Serigne Bassirou Mbacké Abdou Khadre a rappelé que la communauté mouride a de tout temps contribué dans les projets mis en place au profit de Touba. La preuve, renseigne-t-il, ‘’la construction de la grande mosquée qui n’a pu être possible avec essentiellement l’apport de la communauté mouride. Lorsqu’il s’est agi de mettre en place les chemins de fer pour pouvoir transporter le matériel à Touba, le khalife Serigne Mouhamadou Moustapha avait mis à contribution les talibés. A sa suite, Serigne Fallou s’est investi dans des chantiers. Après lui, son successeur, Serigne Abdoul Ahad Mbacké, avait demandé aux fidèles de rassembler un milliard F CFA et les gens avaient cru qu’il rêvait. Il s’en est suivi Serigne Abdou Khadre ; mais lui son khalifat a été de courte durée. Après lui, Serigne Saliou avec ses champs de Khelcom, mais aussi sa contribution à l’assainissement de la ville. Il a laissé ici une dizaine de milliards F CFA. Serigne Mouhamadou Lamine Bara, qui lui a succédé, a entrepris et réalisé plusieurs projets. Serigne Cheikh Sidy Mokhtar en a fait de même avec les chantiers de Massalikoul Djinane et des deux  minarets de la grande mosquée. Après lui, Serigne Mountakha, après avoir terminé les chantiers de Serigne Sidy Mokhtar, a entrepris la construction de l’université’’.  

Venu représenter le chef de l’Etat, le  ministre de l’Intérieur,  Antoine Félix Abdoulaye Diome, qui avait à ses côtés ses collègues de l’Emploi, de l’Artisanat, de la Femme et de l’Economie numérique,  est revenu sur l’essence du Magal. C’est un jour ‘’d’action de grâces qui traduit la reconnaissance de Serigne Touba envers son Seigneur’’, a-t-il dit. Serigne Bassirou Mbacké Abdou Khadre ne s’est pas privé, lui également, de revenir de long en large sur le sens et la portée du Magal.  Aux fidèles, le porte-parole leur a demandé de ‘’respecter les interdits et de respecter les préceptes de l’islam’’.

Section: