Publié le 12 May 2012 - 10:50
CONTRIBUTION

De la peur bleue des audits

 

Alors que le nouveau gouvernement du Premier ministre Abdoul Mbaye nettoie les écuries d’Augias, salies par les pratiques peu orthodoxes et pestilentielles de feu le régime de Wade, la déclaration de patrimoine du Président Macky Sall, devant la juridiction habilitée, charrie toutes sortes d’élucubrations politiciennes. Des accusations fantaisistes qui alimentent le prisme déformant des « bandits de grand chemin » rejetés par l’Histoire, pour toujours, et qui veulent projeter leurs défauts sur un deus ex machina, qui a reçu mandat du peuple sénégalais de rapatrier les biens qu’on lui a volés.

 

Toutefois, nous leur concédons objectivement  le droit constitutionnel à la libre parole, convaincus que notre leader est différent du leur, qui a eu le toupet de tenter de corrompre un fonctionnaire du Fmi (l’affaire Alex Segura). Toute tentative de vouloir jeter l’anathème sur le dépositaire de la confiance du peuple sénégalais est voué à l’échec. Nous tenons cette certitude du sort que le destin a réservé aux multiples plans du défunt pouvoir soucieux, depuis 2008, de ternir l’image du leader de notre formation politique. Souvenez-vous que le Président Macky Sall doit la place qu’il occupe aujourd’hui dans le cœur du peuple sénégalais et à la tête de l’Etat à son combat contre la dévolution monarchique du pouvoir qui comptait sur la corruption, inachevée, des mœurs pour porter Karim Wade « au sommet ».

 

« En route vers ce sommet », un Président de l’Assemblée nationale, naguère « meilleur Premier Ministre » sous l’Alternance selon l’éloge dithyrambique de Wade lui-même, a été, anticonstitutionnellement et par confiscation de la volonté populaire, comme de coutume pendant 12 ans, éjecté du perchoir.

 

« En route vers ce sommet », un projet de loi devant instituer le ticket présidentiel a été honteusement soumis à la perception parlementaire, un certain jeudi 23 juin 2011, avant d’être invalidé par la censure populaire des forces vives de la Nation. Ce qui a donné naissance au M 23, qui a perdu des vies au front, dont feu Mamadou Diop (Paix à son âme et justice pour sa mémoire ».

 

« En route vers ce sommet », on n’a fait d’un Sénégalais « ministre du ciel et de la terre », avec vue sur la mer, parce que selon son père thuriféraire, il maitrise les finances mieux que tous les autres Sénégalais.

 

« En route vers ce sommet », un vieillard de 86 ans « hors Tva » s’est présenté à l’élection présidentielle pour subir le naufrage auquel le prédestinait son obsession à se jouer de l’intelligence de ses compatriotes, qui lui ont donné tous les privilèges qu’un homme d’Etat peut espérer obtenir de ses mandants.

 

Voilà campé le débat. Tout le reste est discours pompeux ! En fait, prédisposés à une vision tragique de leur avenir par la perspective de la mise en branle de la machine des audits, les gens de la néo-opposition, composée de donneurs de leçons à la moralité douteuse, cherchent à faire diversion pour se positionner sur une posture victimaire dans l’optique de quémander la clémence du peuple devant un châtiment réclamé et programmé. Le peuple a déjà fait le procès de Macky Sall en le portant à la Présidence de la République le 25 mars 2012. Ce, malgré les accusations fallacieuses de blanchiment d’argent, malgré les accusations jamais prouvées de connexions avec des lobbies imaginaires d’outre-océan, malgré toutes sortes de critiques machiavéliques frivoles qui volent au ras de pâquerettes. Les vociférations, qui feront long feu, du néo-opposant Aliou Sow, qui a trahi tous ces mentors en politique, reflètent l’état psychologique des futurs suppliciés.

 

Alea jacta est !  Macky Sall auditera parce que la femme de César ne saurait être soupçonnée. La transparence dans la gestion des deniers publics est la trame des conclusions des Assises nationales qui prescrivent de punir les fautifs. Nous encourageons le gouvernement à boire le calice jusqu’à la lie. L’audit des finances publiques participe d’un besoin de réparation globale qui englobe l’audit du foncier et la punition de tous les crimes commis sous le magistère du promoteur de la dévolution monarchique du pouvoir.

 

Pape Ndong

Convergence des jeunes

républicains de Pikine

 

Section: 
POUR UNE DÉMOCRATIE RENOUVELEE AU SÉNÉGAL 
CHAPITRE VI DU LIVRE DU DOYEN ALLA KANE SUR LES PROBLEMES FONCIERS
Espagne/Migration circulaire : Des Sénégalais exploités dans les champs d'Albacete.
Ousmane Sonko Mbeubeuss est-elle urgence du PROJET ?
Notes de lecture sur le livre du Professeur Makhtar Diouf : AFRIQUE : VOIES DE DEVELOPPEMENT. Surmonter les pesanteurs et… 
LETTRE OUVERTE À SON EXCELLENCE, MONSIEUR LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE, CONCERNANT LES RELATIONS ENTRE LE SÉNÉGAL ET ISRAËL
Recevoir un Ambassadeur, un acte normal, ordinaire pour toute autorité de la République
Doyen Alioune Tine, vous permettez
Monsieur le Premier Ministre, vous avez mieux à faire Nous avons besoin d’un chef de gouvernement pas d’un chef de clan ou de guerre
Faut -il criminaliser l’homosexualité ?
LA BCEAO PASSE ENCORE UNE FOIS Â COTÉ DE L'ESSENTIEL : IL URGE DE D'ORGANISER LES ASSISES DE LA MONNAIE DANS L'UEMOA
Inédit et rassurant … la CITY valide le PROJET
UN EXTRAIT DU LIVRE DU DOYEN ALLA KANE SUR LES PROBLEMES FONCIERS : « Les Problèmes fonciers au Sénégal : un imbroglio tenace Quelle solution ? »
Haute autorité de la justice
le régime  de l’APR dans une phase d’ENTROPIE
UNITÉ, CRITIQUE, UNITÉ EN NOTRE SEIN POUR CONSOLIDER ET PARACHEVER LA VICTOIRE DU POUVOIR SOUVERAINISTE AU SENEGAL
Contribution ouverte aux Assises de la justice sénégalaise
LE FINANCEMENT DE L’AGRICULTURE : UN MAILLON IMPORTANT POUR ATTEINDRE LA SECURITE ALIMENTAIRE ET CONTRIBUER A LA CREATION D’EMPLOI A TRAVERS L’ENTREPRENARIAT
LA JUSTICE AU SENEGAL : Réformer ou refonder ?
L’Etat et la révolution citoyenne