Publié le 7 Mar 2012 - 12:53
FACE À MACKY SALL LE 25 MARS 2012

Wade n’a aucune chance au second tour

 

La participation de Me WADE au dernier scrutin du 26 février 2012 ne doit pas être interprétée comme une quelconque validation populaire de sa candidature illégale. Ses laudateurs ont toujours évoqué une popularité qui serait restée intacte et qui légitimerait sa participation aux élections de 2012. Là n’est pas le débat : Amadou Toumany Touré et Lula Dasilva bénéficient d’une plus grande popularité chez eux, et leur départ programmé du pouvoir réside dans le respect qu’ils vouent aux institutions de leurs pays. Abdoulaye Wade a choisi de rester « petit » en forçant et en foulant aux pieds les dispositions de notre constitution lui interdisant clairement un troisième mandat. Son entêtement à se présenter à l’élection présidentielle de 2012 a donné les résultats que l’on connait : la détermination des forces vives du 23 juin 2011 (M23) à sauvegarder notre constitution s’est soldée par une manipulation adverse de notre police nationale qui a provoqué la mort de douze de nos concitoyens. Mais 900 000 Sénégalais ont voté pour Wade le 26 février 2012, soit 35% des votants, mais c’est mathématiquement normal si l’on sait que plus de 60% des Sénégalais sont totalement analphabètes et certains d’entre eux ont dû céder par rapport à la propagande de mauvaise foi dévoilée par les défenseurs de la candidature de Wade. La bonne nouvelle est qu’une écrasante majorité des analphabètes sénégalais a pu comprendre que le maintien de Wade au pouvoir sera synonyme de l’aggravation des souffrances des populations, exacerbées par 12 années d’une gouvernance économique baroque. Il s’y ajoute que le peuple sénégalais est intrinsèquement pacifique, ce qui a motivé son choix d’aller en découdre avec Wade par le vote. Résultat : 65% des suffrages se sont exprimés contre Wade, nonobstant les multiples cas de fraudes massives signalés.

 

 

«Une victoire de Wade est synonyme de souffrances»

 

Pour le second tour, les engagements des leaders de l’opposition pour le report des voix sont maintenant exhaustifs. Toutes les forces vives regroupées au sein du M23, ont manifesté leur soutien à Macky Sall. D’autres militants libéraux, dont le ministre d’Etat Adama Sall et certains responsables du PDS à Mérina Dakar, ont décidé d’apporter leur soutien à Macky Sall au second tour. Et malgré ce que l’on pense des 40% d’électeurs n’ayant pas voté, le plus mauvais des scénarios est que ces électeurs obéissent à la même dispersion que lors du premier tour, à savoir, 35% pour Wade et 65% contre Wade. Et si par exemple on atteint 75% de suffrage au second tour et que ces électeurs supplémentaires votent Wade, ce dernier va engranger mathématiquement 800 000 voix en plus, ce qui lui fait, au plus 1 700 000 voix en tout, soit 42,5% des suffrages. Or, sauf cas de fraudes massives non détectées, il est impossible que 15% de suffrages supplémentaires ne viennent voter que pour Wade. Par ailleurs, en dépit des ndigueul insignifiants, venant de marabouts de seconde zone, enregistrés par Wade, les Sénégalais ne vont, pour rien au monde, hypothéquer la quiétude d’après 26 février acquise sur l’espérance de se débarrasser définitivement de Wade, qui est la source principale des troubles préélectoraux ayant coûté la vie à 12 Sénégalais. La candidature de Wade reste contestable et contestée, mais l’accalmie s’est installée sur la perspective de sa débâcle inévitable lors de ce second tour. Et le peuple est conscient que la victoire de Wade sonnera le début de tensions post-électorales encore plus virulentes. Le peuple sénégalais est également conscient qu’une victoire de Wade va estomper cette lueur d’espoir de rompre définitivement avec la mal gouvernance qui a davantage paupérisé les sénégalais durant ces douze dernières années. Fort de ce constat, j’invite les membres de la coalition FAL 2012, de venir rejoindre la coalition de l’espoir, Macky2012, et de ne pas sombrer dans ces rêves utopiques d’inverser la tendance et de vouloir défendre quelqu’un dont la victoire ne peut provenir que de fraudes immensément massives, et sera de toute façon contestée.

 

Dr. Elhadji Mounirou NDIAYE

Economiste

Section: 
LA MASSIVE ET NOUVELLE FREQUENTATION DES LYCÉES AU BAOL MBAKOL NDIAMBOUR ET AU CAYOR DONNERA AU SÉNÉGAL BEAUCOUP D’AUTRES CHEIKH ANTA DIOP
Le cinéma, un levier  efficace pour promouvoir la destination touristique de kédougou : Kédougou : pôle cinématographique et touristique.
Le fonctionnaire au Sénégal, un sans voix à la merci du politique
CONTRIBUTION: 100 JOURS DE GOUVERNANCE BASSIROU D. FAYE : De la nécessité de se hâter lentement
Monsieur le Président : Montrez-nous la lune au lieu de vous cacher derrière votre petit doigt
Les ambulants et les conducteurs de Jakarta ne sont pas les problèmes mais les conséquences des problèmes.
 Proposition de solutions pour le Fichier électoral et le parrainage
L’ANCIENNE MAJORITE DEVENUE LA NOUVELLE OPPOSITION, PEUT –T-ELLE AVOIR LA MEMOIRE SI COURTE ?
ALLIANCE DES ETATS DU SAHEL, UNE CATASTROPHE POUR LA DÉMOCRATIE EN AFRIQUE
SECTEUR DE LA SANTÉ : QUELQUES RÉFLEXIONS SUR LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES
L'OTAN A-T-ELLE ENCORE SA RAISON D'ÊTRE ?
REFORMES DE LA JUSTICE POUR UN SYSTEME JUDICIAIRE EFFICACE ET EFFICIENT
« Les 100 jours du gouvernement de ruptures : Point de vue d’un modeste citoyen »
Affaire SamaCasierJudiciaire : Un Révélateur de la Nécessité d'Amélioration de la Livraison des Projets Numériques dans les Administrations Sénégalaises
Oui pour l'abrogation de la loi d'amnésie (loi d'amnistie) !
TROIS MOIS APRES LA VICTOIRE DU 24 MARS, ACCÉLÉRER LE PAS SUR LE CHEMIN DE LA RUPTURE !
L'HISTOIRE DU TÉLÉPHONE AU BAC ET L'ÉDUCATION TRANSFORMATRICE
CENT JOURS…CENT FAILLES…
Mieux vaut tard que jamais avec la disparition des plaques d’égouts
Une solution PROMISE aux besoins de financement de nos PME avec la grâce de Dieu