Publié le 14 Jan 2022 - 12:06
POUR UNE RAISON INEXPLIQUÉE

Moussa Fall coupe les freins du véhicule de sa voisine

 

Moussa Fall a été condamné, hier, à six mois de prison dont trois mois ferme, pour mise en danger de la vie d’autrui et dommages à la propriété immobilière. Il a avoué avoir saboté les freins de la voiture de sa voisine Mariama Diop, qui a failli faire un accident, en conduisant sa fille à l’école. 

 

Le mécanicien Moussa Fall ne révélera certainement jamais les raisons qui l’ont poussé à saboter les freins du véhicule de la dame Mariama Diop. Mais une chose est sûre, son acte n’est pas resté impuni. En effet, même si la partie civile s’est désistée de son action, le tribunal lui a infligé une peine de six mois de prison dont trois mois ferme. En sus de sa peine, il est contraint de payer une amende de 250 mille francs CFA. 

Les faits se sont déroulés à Rufisque. Si l’on se fie aux allégations de la plaignante, ce 28 novembre 2020, les jeunes de son quartier avaient organisé un ‘’Set Settal’’. A cet effet, pour éviter que sa voiture soit endommagée par le camion de l’UCG, elle l’a déplacée. A 18 h, relate-t-elle, Moussa Fall l’appelle pour lui dire de remettre sa voiture là où elle l’avait garée. Mais le lendemain, elle a failli passer de vie à trépas, en conduisant sa fille à l’école maternelle. Subitement, la tonalité de sa voix change. Le récit qui a suivi est glaçant.

‘’J’avais du mal à freiner la voiture. Les pneus étaient aussi crevés. Je croyais qu’on allait mourir. Quand j'ai appelé le concessionnaire, celui-ci m'a révélé, à ma grande surprise, qu'il s'agissait d'un sabotage. Les freins étaient coupés. J'ai déposé une plainte contre X’’.

A l’en croire, c’est au cours de l'enquête que le témoin lui a dit qu'il a vu le prévenu sous le véhicule. ‘’Il m'a avoué devant sa mère, sa tante et trois notables du quartier qu'il est l'auteur des faits. Je lui pardonne du fond du cœur, mais j'aimerais bien qu'il me dise les raisons d'un tel comportement’’, a-t-elle poursuivi. Ajoutant : ‘’Lorsque j'étais en état de grossesse, je l'avais recruté comme chauffeur au mois de mai. Mais je lui ai demandé d'arrêter après 24 heures de service, puisqu'on avait commencé le télétravail.’’ 

Après avoir contesté les faits de mise en danger de la vie d’autrui et de dommages à la propriété mobilière d’autrui, Moussa s’est résolu à admettre son forfait. ‘’J'ai coupé les freins avec une pince’’, a-t-il reconnu sans apporter plus de détails sur ce geste qui a failli coûter la vie à Mariama Diop. 

‘’C'est un acte d'une gravité extrême ; c'est un acte cruel’’, a relevé le représentant du ministère public. Qui a requis un an dont six mois ferme contre Moussa Fall. Le conseil de ce dernier, en l’occurrence Me Mor Samb, a invité le tribunal à suivre la plaignante qui est animée par un esprit d’apaisement.

Mais les juges en ont décidé autrement, en envoyant son client en prison pour une durée de trois mois ferme. 

MAGUETTE NDAO

Section: