Publié le 30 Oct 2014 - 23:10
QUESTION A M. RACINE TALLA, DIRECTEUR GENERAL DE LA RTS

Sommes-nous dans un régime totalitaire ? 

 

Depuis plusieurs années maintenant le Diwaan, fidèle à sa mission d'œuvrer  pour Dieu à travers les hommes, exerce sa responsabilité sociétale d'association avec la Direction de notre télévision nationale. Non pas parce qu'elle bénéficie en retour d'un traitement particulier pour la couverture médiatique de ses événements qui drainent foule, mais parce qu'à la fin de chaque saison des pluies, à l'instar des actions menées au niveau des cimetières musulmans et chrétiens, des hôpitaux et services publics divers, le Diwaan mène des activités de désherbage et de nettoyage des locaux de la direction générale de la RTS.

Par ailleurs, il est de notoriété publique que Cheikh Ahmadou Kara Mbacké Noreyni est un leader incontesté qu'une frange très importante de la population, notamment des jeunes, que je qualifierai de « majorité silencieuse », prend comme modèle et référence. La quintessence de ses messages est principalement axée sur des valeurs telles que la Paix, la Vérité, la droiture, la transparence, l'ouverture et le pardon. Principes, vous en conviendrez avec moi, qui constituent le socle d'une société stable où règne la justice.

D'un autre côté, le Sénégal est un pays démocratique avec un paysage audio visuel que plusieurs pays nous envient. Nonobstant, le contenu des programmes que les chaines de télévision doivent améliorer pour mettre l'accent sur l'éducation des populations plutôt que cette frénésie de promotion insensée des programmes de divertissement.

Le 23 septembre 2014, Amir était l'invité de l'émission «Degn Koumpa» animée par Ismaïla Diop de la RTS. Cette émission préenregistrée devait être diffusée au plus tard deux semaines après. Cela fait maintenant plus d'un mois que les Sénégalais et la diaspora attendent.

Quel motif peut bien évoquer la direction de la RTS pour censurer cette émission ? Sachant que les messages de Cheikh Ahmadou Kara Mbacké Noreyni en sa qualité de régulateur social et de leader, sont empreints de recommandations dont le seul objectif est de guider l'Homme sur le sentier de la rectitude, qui plus est, dont l'unique source d'inspiration reste les écrits de Cheikh Ahmadou Bamba Khadimou Rassoul.

A force de chercher à comprendre, nous en savons un peu plus sur le contenu de l'enregistrement de cet entretien, durant lequel Cheikh Ahmadou Kara Mbacké Noreyni n'a, à aucun moment, abordé des questions d'ordre politique qui pourraient «déranger». Il a plutôt parlé de son parcours, de Sa Référence Cheikh Ahmadou Bamba Khadimou Rassoul, de ses rapports avec ses disciples. En somme, une interview accordée au leader et guide religieux.

Dans tous les cas, que cette émission soit diffusée ou pas, Cheikh Ahmadou Kara Mbacké Noreyni reste imperturbable dans sa mission d'ambassadeur de la Paix face à ces agissements inqualifiables.

Par contre, «la majorité silencieuse», sénégalaise à part entière, ne comprend pas et n'accepte pas cet état de fait, monsieur Talla. Il s'agit quand même de notre télévision nationale, média qui doit traiter tous les Sénégalais sur un même pied. «On n'arrête pas la mer avec ses bras», monsieur Talla. Le message de paix et de concorde du Général de Bamba ne saurait souffrir d'une censure.

Ou bien sommes-nous dans un régime totalitaire ? Si c'est le cas, monsieur Talla, dites à «Big Brother» ce que l'auteur disait dans le texte : «Quand La Volonté de Dieu doit s'accomplir, même les obstacles deviennent des avantages».

M. Mounirou Sarr

Réalisateur Audiovisuel - webmaster

Président de la commission communication du Diwane 

 

Section: 
Lettre ouverte à Monsieur Amadou Ba Ancien premier ministre, ancien candidat à l’élection présidentielle 2024 : “Nouvelle Responsabilité”
DE LA PROBLEMATIQUE DES LANGUES NATIONALES
La dette publique est un symptôme, pas une cause
Message aux Français !
ÉVOLUTION ET DÉFIS DE LA SÉCURITÉ DANS NOS VILLES
Pour une protection des infrastructures hautement stratégiques au Sénégal
POUR UNE DÉMOCRATIE RENOUVELEE AU SÉNÉGAL 
CHAPITRE VI DU LIVRE DU DOYEN ALLA KANE SUR LES PROBLEMES FONCIERS
Espagne/Migration circulaire : Des Sénégalais exploités dans les champs d'Albacete.
Ousmane Sonko Mbeubeuss est-elle urgence du PROJET ?
Notes de lecture sur le livre du Professeur Makhtar Diouf : AFRIQUE : VOIES DE DEVELOPPEMENT. Surmonter les pesanteurs et… 
LETTRE OUVERTE À SON EXCELLENCE, MONSIEUR LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE, CONCERNANT LES RELATIONS ENTRE LE SÉNÉGAL ET ISRAËL
Recevoir un Ambassadeur, un acte normal, ordinaire pour toute autorité de la République
Doyen Alioune Tine, vous permettez
Monsieur le Premier Ministre, vous avez mieux à faire Nous avons besoin d’un chef de gouvernement pas d’un chef de clan ou de guerre
Faut -il criminaliser l’homosexualité ?
LA BCEAO PASSE ENCORE UNE FOIS Â COTÉ DE L'ESSENTIEL : IL URGE DE D'ORGANISER LES ASSISES DE LA MONNAIE DANS L'UEMOA
Inédit et rassurant … la CITY valide le PROJET
UN EXTRAIT DU LIVRE DU DOYEN ALLA KANE SUR LES PROBLEMES FONCIERS : « Les Problèmes fonciers au Sénégal : un imbroglio tenace Quelle solution ? »
Haute autorité de la justice