Publié le 4 Aug 2023 - 20:41
INAUGURATION DU PATROUILLEUR DE HAUTE MER “LE WALO”

Le plan de Macky Sall pour renforcer la Marine

 

Navire moderne et multifonctionnel, outillé pour accomplir à la fois des missions de combat naval et des tâches régaliennes de l’État en mer, le patrouilleur de haute mer, le Walo, a été inauguré, hier, par le président de la République. Qui en a profité pour lister tous les moyens mis à la disposition de la Marine nationale, pour qu’elle puisse faire face aux multiples défis auxquels elle est confrontée. 

 

Le Chef de l’État a inauguré hier le patrouilleur de haute mer ‘’Le Walo’’. ‘’La cérémonie qui nous réunit aujourd’hui fait suite à celles organisées en 2013 pour la vedette Ferlo, et en 2015 et 2018 respectivement pour les patrouilleurs Kédougou et le Fouladou. A cette flotte, s’ajouteront, selon Macky Sall, quatre vedettes type ‘’SHALDAG’’ en 2019 et 2020, et une vedette côtière ‘’Taouy’’ en 
2021, sans oublier la vedette Fatick et celle présidentielle qui ont été acquises dans ce contexte. Assurément, c’est une nouvelle étape que nous marquons aujourd’hui dans la montée en puissance significative de la Marine nationale’’, a déclaré le Chef de l’Etat. Qui a rappelé que le Walo est le premier d’une série de trois Patrouilleurs de haute mer 58 S qui ont été commandés aux chantiers navals Piriou.

Macky Sall de poursuivre : ‘’Je n’oublie pas l’inauguration de l’école de la Marine nationale à Bel-Air le 13 juin 2022. De plus. Je vous annonce que je valide le projet d’acquisition d’un bâtiment de soutien logistique en vue du remplacement des engins de débarquement d’infanterie et de chars (EDIC) qui sont en fin de potentiel. Ce programme qui renforcera considérablement les capacités de soutien en mer et de projection de forces par voie maritime, prouve toute sa pertinence dans nos engagements en opérations intérieures et extérieures. La construction de nouvelles infrastructures portuaires pour augmenter les capacités d’accueil des nouveaux navires reste également parmi nos priorités. Il s’agira notamment de la construction d’un nouveau quai à Bel-Air’’.

Toute cette dynamique, selon le Président Sall, confirme que la Marine nationale sénégalaise tient une part importante dans le Programme global d’équipement des Forces de défense et de sécurité. A ses yeux, cette mutation rapide et qualitative est conforme à l’ambition qu’il a toujours eue pour les Forces de défense et de sécurité (FDS), parce qu’elles sont les sentinelles vigilantes de l’État pour la défense des Institutions de la République et de l’intégrité territoriale. 

‘’L’État, c’est du sérieux ; et le sérieux commence d’abord par assurer sa propre sécurité en étant le gardien vigilant et intraitable de ses lignes de défense. Il est essentiel en effet, pour un pays côtier comme le nôtre, dont l’économie dépend fortement de la mer, que la Marine nationale soit dotée des meilleures capacités opérationnelles et logistiques pour la protection de nos richesses naturelles, surtout dans la perspective de l’exploitation de nos ressources gazières et pétrolières, mais également pour la lutte contre la criminalité en mer’’, a-t-il ajouté. 

Selon le Chef de l’Etat, un navire moderne et multifonctionnel comme le Walo répond à ces impératifs, puisqu’il est outillé pour accomplir à la fois des missions de combat naval et des tâches régaliennes de 
l’État en mer. 

Les missions du Walo …

Ce faisant, le Président Macky Sall a précisé que le Walo est en effet doté de missiles anti surface et antiaérien, d’une artillerie embarquée, et de moyens de surveillance et de défense à vue de dernière génération. Il peut à la fois effectuer des missions d’actions conventionnelles de préservation de l’intégrité du domaine maritime et des opérations de soutien à une action interarmées. 
Dans sa dimension multifonctionnelle, le Walo aura donc parmi ses vocations celle de travailler avec d’autres acteurs intervenant en mer, dans une démarche de mutualisation des moyens. Ainsi, avec ses embarcations rapides, le Walo est en mesure d’effectuer des missions de sécurisation des plateformes pétrolières et gazières offshore, de lutte contre la pollution marine, la piraterie et autres trafics illicites, ainsi que des actions de recherche et de sauvetage en mer.

Sa capacité d’endurance lui permet de mener avec efficacité une surveillance en profondeur des approches maritimes ou de patrouiller partout dans le golfe de Guinée, de Dakar à Luanda, permettant ainsi de contribuer à l’effort régional de sécurité maritime collective dans le cadre de l’architecture du Code de conduite de Yaoundé. 

 ‘’Conformément à une tradition établie de donner le nom des patrouilleurs de haute mer aux anciens royaumes du Sénégal, ce nouveau navire porte le nom prestigieux de Walo, ancien royaume du nord du Sénégal. Le Walo, terre d’histoire glorieuse et de diversité socio culturelle, est à l’image de notre Armée, réceptacle de toutes les composantes de la société sénégalaise, d’où le concept Armée-Nation qui fait notre fierté. Et au-delà de l’ancien royaume, le Walo, en tant que continuité géographique le long du fleuve Sénégal, est une terre baignée d’eau par excellence. Il est donc tout à fait indiqué que ce ‘’terroir béni des eaux » donne son nom à un des fleurons de notre marine nationale’’, a souligné le président de la République. Qui a saisi l’occasion pour rappeler l’importance primordiale qu’il accorde à la qualité des ressources humaines de nos Armées. 

Lors de l’inauguration de l’École de la Marine nationale, il y a un peu plus d’un an, il insistait sur la nécessité de disposer d’équipages aguerris, disposant du savoir-faire nécessaire à l’accomplissement de leurs missions. Certes, une armée se distingue par son équipement mais ce qui fait la qualité d’une armée, c’est surtout la valeur des hommes et des femmes qui incarnent son âme et son esprit. C’est pourquoi, il déclare : ‘’La mise en service de nos nouveaux navires offre à nos marins des opportunités opérationnelles, techniques et logistiques additionnelles pour hisser leurs compétences au niveau des meilleurs standards. Dans la pure tradition marine de notre pays et en souvenir de vos anciens, je sais qu’à bord de ce nouveau joyau, vous serez à la hauteur des défis techniques et opérationnels auxquels vous ferez face, l’esprit toujours fidèle à votre belle devise : ‘’En mer pour la patrie’’.

CHEIKH THIAM

Section: 
GUERRE DU MANGANÈSE : Les non-dits d’une sale affaire
SAINT-LOUIS : BAISSE DES PRIX DE DENRÉES ALIMENTAIRES : Une mesure diversement appréciée à Ndar
BAISSE DES PRIX DE PRODUITS DE GRANDE CONSOMMATION : Les Ziguinchorois attendent que la mesure soit effective
TABASKI À THIÈS – FLAMBÉE DU PRIX DU MOUTON : Les vendeurs se défaussent sur la cherté de l'aliment de bétail
LUTTE CONTRE LA PIRATERIE MARITIME, LE TERRORISME MARITIME ET LE TRAFIC DE MIGRANTS : Vers la mise en place d'un Conseil national consultatif
POUR AVOIR TENTÉ D’AGRESSER UNE FEMME DE MÉNAGE : Un ‘’bongoman’’ condamné à deux ans de prison, dont un an ferme
Diomaye à Freetown
SOUTIEN À LA PALESTINE : Le président Diomaye Faye prié d’expulser l’ambassadeur d’Israël au Sénégal
REMISE DE 450 TABLES-BANCS À L’IEF DE KOLDA : La mairie offre 450 tables-bancs aux écoles de la commune
THIÈS – PARCELLES DE MBOUR 4 ET DE LA NOUVELLE VILLE DE THIÈS : Le mouvement And Sopi Thiès en croisade pour une distribution équitable
SAINT-LOUIS : PRÉPARATIFS DE LA TABASKI : Les foirails et les marchés bien approvisionnés
CHAUFFEUR TORTURÉ À MBORO : Deux Chinois et un Sénégalais déférés au parquet
Gabrielle Kane
AwaléDakar Dem Dikk SA
CÉLÉBRATION TABASKI : Pour se payer une perruque, elle vole les bijoux en or de sa mère
JUSTICE – ‘’PRINCIPES DE BANGALORE’’ : Des magistrats à l’école de la déontologie juridique
TVA SUR LES PRESTATIONS DE SERVICES NUMÉRIQUES RÉALISÉES PAR LES ASSUJETTIS ÉTRANGERS : Le ministre des Finances change la donne
LUTTE CONTRE L’INSÉCURITÉ ALIMENTAIRE À KOLDA : Le Pam débloque 45 millions pour promouvoir le fonio dans les écoles
SAINT-LOUIS: CHANGEMENT CLIMATIQUE : Une étude  expose les pertes et  dommages dans la zone Nord
COUR SUPRÊME : Verdict attendu de l'affaire du marché de 71 milliards par le ministère de la Santé