Publié le 6 Nov 2018 - 20:55
PRODUCTIONS AUDIOVISUELLES

Les mille et un problèmes des séries sénégalaises

 

Elles ont pris la place des telenovelas au sein des ménages sénégalais. Chaque chaine de télé a sa série. Mais sont-elles toutes de qualité ? Le gestionnaire des industries culturelles, Thierno Diagne Bâ, partage ici ses impressions.

 

‘’J'ai l'habitude de dire qu'il existe une petite industrie des séries au Sénégal. Encore, il faudra comprendre le modèle économique des producteurs de séries. Il est toujours extrêmement difficile d'avoir des données afin de les analyser économiquement.

Qu'à cela ne tienne, les séries sénégalaises se perfectionnent d'année en année’’. Telle est la conviction du gestionnaire des industries culturelles, Thierno Diagne Bâ.

Beaucoup de séries sont, en matière de financement de la production, dans l’informel. Donc, il est très difficile, tel qu’il l’a dit, de mener une étude économique sérieuse. Celles qui essaient tant bien que mal de se professionnaliser sont souvent dans l’autoproduction et, de succès en succès, elles arrivent à trouver des sponsors pour avancer.

Ainsi, souvent, une nette différence est notée entre les premières saisons et les dernières. Quoi qu’il en soit, si économiquement il est difficile de faire une étude sérieuse, sur le plan de l’écriture du scénario, du jeu d’acteur et de la qualité technique, il est possible de faire une évaluation.

S’étant penché sur les séries les plus populaires que sont ‘’Pod et Marichou’’, ‘’Mbettel’’ et ‘’Wiri Wiri’’ qui sont toutes à leur troisième saison, et ‘’Idoles’’ qui en est à sa cinquième, Thierno Diagne Bâ trouve qu’elles ne doivent pas toutes leurs succès à la qualité. ‘’Pod et Marichou’’, je trouve que la direction artistique et la photographie ont joué un rôle prépondérant dans la saison 3. Ils n’ont pas cependant fait trop d'efforts dans le choix des costumes. Les acteurs s’habillent de manière triviale. Et il y a encore des efforts à faire dans l’écriture du  scénario’’, épluche M. Bâ. En effet, il pense que les costumes sont choisis au pif et ‘’leur manière de s’habiller sort du contexte’’. S’agissant du scénario,  il est des fois léger dans sa rédaction, surréaliste ou juste contradictoire. ‘’Le scénario est plein de clichés et de non-sens. Les répliques dans les dialogues ne sont pas bien travaillées et certaines séquences sont parfois de mauvais goût’’, a-t-il analysé.

‘’Pod et Marichou’’ n’est pas la seule à noter des améliorations. Chérif Maal et sa bande sont dans le même tempo. "Beaucoup d'avancements sont notés sur le plan technique. J’ai remarqué aussi que le casting est dominé par les femmes. Dans l’écriture du scénario, parfois, l'on se demande s'il ne rentre pas dans un imbroglio. Et l'abus des "flashbacks" et "flash forward" est tout bonnement écœurant’’, a-t-il déploré.

Une autre série qui passe sur la Rts et qui est très appréciée des Sénégalais, c’est ‘’Mbettel’’. D’ailleurs, sur la toile, il y a très souvent la ‘’guerre’’ entre les teams Ndèye Ndiaye et Léna. ‘’Le scénario de Mbettel est très bien ficelé avec une manière de raconter décontractée. Beaucoup de rebondissements y sont notés. Une série très sénégalaise dans l’histoire. Il y a quand même des efforts à faire dans le jeu d'acteur parfois très théâtral’’, a-t-il remarqué.

Cette dernière remarque est peut-être liée au fait que la plupart des acteurs de cette série viennent du 4e art. Il en est de même pour le casting de ‘’Wiri Wiri’’. Encore qu’eux ont des problèmes plus profonds et aigus que ceux de ‘’Mbettel’’. ‘’La série s'est améliorée sur le plan technique. Elle est aussi très sénégalaise et très populaire, mais la manière de raconter reste encore trop linéaire. Et elle n’a pas beaucoup de valeurs cinématographiques’’, a épluché Thierno Diagne Bâ. La dernière-née des séries télévisées sénégalaises semble vraiment être la plus mauvaise de toutes, selon M. Bâ. ‘’Pour Belle-mère’’, rien à dire encore. Il y a beaucoup de travail à faire sur tous les plans’’, s’est-il contenté de dire.

BIGUE BOB

Section: 
RECHERCHÉ DEPUIS UN AN POUR TRAFIC INTERNATIONAL DE DROGUE Le rappeur AKBess interpellé et envoyé en prison
ITW - SATOU BAMBY (ARTISTE-MUSICIENNE) : "Je veux être dans les annales comme Youssou Ndour et Coumba Gawlo"
DIARRA SOW, DIRECTREUR GENERAL DE L’OFFICE DES LACS ET COURS D’EAU : Une spécialiste de la gestion intégrée des ressources en eau aux commandes de l'Olac
Le Festival de jazz de Saint-Louis accueille des artistes de renom
PORTRAIT DE PAPE ALÉ NIANG : Itinéraire d’un journaliste insoumis  
AICHA BA DIALLO, ACTRICE : Une étoile à l’écran
SORTIE DE L’ALMBUM ´´SSP’´ : Omzo Dollar entend corriger les jeunes rappeurs
NOUVEL ALBUM DE CARLOU D : Le ‘’Baye Fall’’ surfe sur les sommets
DEUXIÈME ALBUM DU PIONNIER DE L'URBAN GOSPEL : Scott s’ouvre à de nouvelles sonorités
COMPILATION ‘’DEFATI DARA’’ : Gaston regroupe vingt-neuf artistes
APRÈS UNE LONGUE ABSENCE : Dip revient avec ‘’LFLF’’
MAGGY MAMY, SLAMEUSE, AUTEURE DE LA TRILOGIE "ELLE.S'' : Un coup de maître
NOUVEL ALBUM : Adiouza met à exécution son ‘’Plan B’’
PREMIÈRE ÉDITION DE TRACE AWARDS : Le triomphe de Viviane Chidid
38e ANNIVERSAIRE DU DANDE LENOL : Baaba Maal invite les mélomanes au Grand Théâtre
MUSIQUE : Khady Pouye, artiste dans l’âme
SISTER LB (ARTISTE RAPPEUSE) : L’avocate des femmes
RENTRÉE 2023-2024 – ‘’GRAINE DU POUVOIR’’, ‘’ÉCHÉANCES’’, ''MARIAMA'', 'POLYGAME''... Des fictions pleines de rebondissements, d'émotions et de rires sur Sunu Yeuf
ENGAGEMENT ET DIPLOMATIE Baaba Maal au Sommet annuel des Nations Unies
OBSÈQUES DE JEAN-PAUL D’ALMEIDA : Fly high, Angel JP