Publié le 9 May 2023 - 23:33
ÉLIGIBILITÉ VERS LA PRÉSIDENTIELLE 2024

Barth vs Sonko : le clash  

 

Des succès éclatants aux Locales et aux Législatives, les deux ‘’princes’’ de l’opposition en arrivent aux divergences sur l’éligibilité des candidatures qu’ils défendent, en vue de l’élection du 25 février 2024.

 

Si l’on peut retenir une chose de la conférence de presse organisée, hier, par le maire de Dakar, c’est que la divergence qui l’oppose au leader de Pastef/Les patriotes est liée à l’éligibilité ou pas des  deux candidatures qu’ils défendent : celle de Khalifa Sall, qui est le candidat déclaré de Taxawu Sénégal, et celle de sa propre personne pour Ousmane Sonko. Si le dernier nommé vient de perdre son éligibilité  pour 5 ans, suite à la condamnation dont il a fait l’œuvre hier, lors de son procès en appel contre le ministre du Tourisme, l’ancien maire de Dakar n’est plus éligible depuis 2019 et sa condamnation pour détournement de deniers publics. La seule voie, à moins d’un  an de la Présidentielle 2024, pour qu’il puisse revenir dans le jeu électoral, passe par une modification du Code électoral ou une amnistie.

Justement, ces deux points peuvent être discutés dans le dialogue politique auquel le président de la République s’est dit disposé, lors de son adresse à la Nation le 4 avril dernier. Une occasion trop belle pour être refusée par Taxawu Sénégal ? Le numéro deux de la coalition l’a quelque peu laissé entendre lors de son face-à-face avec certains journalistes. Barthélemy Dias de se demander : ‘’Pour être candidat, certains leaders politiques ont été capables de quitter la coalition au pouvoir et rendre au président de la République tous les postes dont ils disposaient dans le gouvernement. D’autres sont prêts à voir des centaines de Sénégalais mourir, disant que leurs mères n’ont qu’à enfanter à nouveau. Nous, de Taxawu Sénégal, nous sommes prêts à aller au dialogue politique pour être candidat. Pourquoi veut-on nous refuser cela et nous insulter ?’’

Barth clash Sonko

Le maire de Dakar a ainsi lancé une énorme pique à son grand allié, dont il jure être l’ami sincère, de la coalition Yewwi Askan Wi. Car le maire de Ziguinchor a refusé la main tendue du président de la République, de même que d’autres leaders de la super coalition de l’opposition.

 Selon Ousmane Sonko, le dialogue n’est qu’un moyen de l’isoler politiquement et de négocier une troisième candidature de Macky Sall et les retours de Khalifa Sall et de Karim Wade.

Mais lorsque les intérêts divergents en politique, il n’y a plus de sentiments. Et Barthélemy Dias n’est pas né de la dernière pluie. Le maire de Dakar est même prêt à aller au clash : ‘’Ceux qui veulent continuer à cheminer avec nous, je suis prêt pour cela. Et ceux qui considèrent que notre cheminement peut être reconsidéré, libre à eux de prendre cette responsabilité.’’   

Barthélemy Dias s’est senti visé par les propos d’Ousmane Sonko, lorsqu’il a soutenu qu’un leader de la coalition Yewwi Askan Wi a rencontré le président de la République qui lui a dit que Macky Sall était prêt à le rendre inéligible lors du procès en appel contre Mame Mbaye Niang. Étant ce ‘’leader de Yewwi’’, le maire de Dakar assure que le leader de Pastef était au courant de ses échanges avec le  chef de l’État. ‘’Ce que je déplore avec mon ami Ousmane Sonko, c’est le fait de vouloir insister sur une révélation qui n’en est pas une, parce qu’il est informé de tout. Il sait très bien que je le considère comme un frère, jusqu’à preuve du contraire’’, assure Barth.

‘’C’est depuis le 26 janvier 2023 qu’il a entrepris des actions pour un dialogue’’

D’ailleurs, le maire socialiste estime que c’est depuis le 26 janvier 2023 qu’il a entrepris des actions pour un dialogue entre les principaux acteurs politiques pour dépasser les tensions politiques que traverse le Sénégal. Car entre le président de la République Macky Sall et Ousmane Sonko, analyse Barthélemy Dias, ‘’nous sommes dans un rapport de force comme entre deux individus qui tirent de chaque côté d’une corde. Soit l’un est plus fort et fait tomber l’autre, soit la corde se casse. Comme je ne vois aucun des deux lâcher prise, si la corde se casse, le Sénégal ne sera pas dirigé par un civil’’.

Durant toute son entreprise, assure le maire de Dakar, ‘’à aucun moment, Ousmane Sonko et Khalifa Sall ne se sont opposés au principe du dialogue. Les deux ont même accepté la possibilité de parler au président de la République au téléphone’’.

Barthélemy Dias a profité de cette tribune pour expliquer sa rencontre avec le président de la République. La condition, selon l’édile, était qu’il n'accepte pas un tête-à-tête à la présidence ni au domicile de Macky Sall. C’est ainsi que les deux hommes se sont entendus sur un lieu, qui serait le domicile du fils du président de la République. Continuant dans ses explications, Barthélemy Dias a soutenu que seuls deux individus étaient au courant de sa rencontre avec le chef de l’État : Khalifa Sall et Ousmane Sonko. ‘’Dès que je suis sorti de ce tête-à-tête, comme il l’a dit dans sa sortie, je les ai appelés. Donc, je n’ai rien à cacher’’, assure-t-il.

‘’Macky Sall est disponible et disposé à un dialogue sincère’’

Le maire de Dakar ajoute avoir discuté avec le président de la République sur le Forum de Dakar et sur le climat politique plus que délétère qui règne actuellement au Sénégal. Selon Barthélemy Dias, cette partie lui a permis d’exposer au président de la République les sujets sur lesquels un dialogue est nécessaire : l’éligibilité de Khalifa Sall, l’élimination en cours d’Ousmane Sonko, la troisième candidature illégale, le parrainage, le bulletin unique, etc.

Selon le maire de Dakar, si le président de la République a accepté de se déplacer dans un lieu neutre, avec un maire de l’opposition, c’est que lui aussi est conscient que le dialogue est nécessaire. ‘’Je voudrais dire à ceux qui s’agitent que le président de Macky Sall est disponible et disposé à un dialogue sincère, jusqu’à ce que l’on constate le contraire’’, s’engage-t-il.

Lamine Diouf 

Section: 
PIT SUR LES SORTIES D’OUSMANE SONKO : ‘’Ce qu’on attend du Premier ministre…’’
TENSIONS ENTRE PASTEF ET LES JOURNALISTES : Ousmane Sonko, les non-dits d’une relation amour-haine avec la presse
MIMI TOURÉ SUR LA PARTICIPATION DES FEMMES AUX ÉLECTIONS : ‘’Les femmes ne sont pas nécessairement porteuses de projets qui sont bons pour les femmes’’
APRÈS LES SORTIES DES POPULATIONS : Les ICS se lavent à grande eau
Mamoudou Ibra Kane
Thierno Bocoum
VISITE AU MARCHE À BÉTAIL DE DAHRA DJOLOF : ‘’Plus de 600 millions F CFA financés par le Fonstab n’ont pas été recouvrés dans la zone’’
POURSUITES JUDICIAIRES : Ousmane Sonko menace les dirigeants de l’ancien régime
« PROJET » PASTEFIEN : « A partir de septembre, le « Projet sera opérationnalisé », selon le député Ayib Daffé
KALIDOU SY, PROFESSEUR D'ANALYSES DE DISCOURS : ‘’La véritable efficacité d'un slogan dépend de la capacité des dirigeants à rester fidèles à ce mot d'ordre’’
‘’SOPI’’, ‘’NATANGUÉ’’, ‘’JUB, JUBAL, JUBANTI’’, ‘’FAST TRACK’’ : Les slogans comme arme de communication des régimes au Sénégal
ENTRETIEN AVEC GALLO TALL, PORTE PAROLE ADJOINT DU PDS : ‘’Karim a décliné des postes dans le gouvernement’’
RECOMPOSITION POLITIQUE : La méthode Amadou
CONSEIL DES MINISTRES : De nouveaux patrons pour la Senelec, Promoged, Petrosen Holding Sa, Aser, AEME…
ÉRADICATION DES ABRIS PROVISOIRES, DIGITALISATION INTÉGRALE DU SYSTÈME... : BDF veut rénover l'école sénégalaise 
Décret de répartition
MESURES INDIVIDUELLES : Les nominations en conseil des ministres
CONSOLIDATION DE LA PAIX AU SÉNÉGAL : Le Conseil interreligieux du Sénégal pour la paix  engage le combat
FIN DES CACIQUES AU PDS, PRISE DE CONTRÔLE DES KARIMISTES : Le grand remplacement  
UNE MISSION DE L’APR EN TOURNÉE À KOLDA : Les ‘’apéristes’’ préparent le terrain pour les futures échéances électorales