Publié le 18 Jun 2021 - 21:33
NOUVEL ALBUM ‘’DIBEER’’

Ashs The Best promeut l’identité sénégalaise dans sa musique  

 

Ashs The Best ne cesse de surprendre. Ce talent qui enchaîne les projets vient de sortir un nouvel album : ‘’Dibèer’’. Il est un appel à un retour aux sources.

 

Très vite, Ashs The Best a su conquérir un public. Pas que. Il a la reconnaissance des rappeurs, notamment les plus conservateurs. Pourtant, il n’est pas dans leur registre. Il va au-delà. Il joue sur les sonorités, mélangent les genres, osent des brassages, proposent de nouvelles choses. Il ne cesse de repousser ses limites et de montrer son originalité. Après avoir réalisé avec succès des projets tels que ‘’Millions Flows’’ et ‘’40ten Sessions’’, il met sur le marché un tout nouvel album intitulé ‘’Dibèer’’. Une production dans laquelle il étale tout son savoir-faire.

Il y propose des sonorités qui nous paraissent à la fois familières et inconnues. Elles sont puisées du patrimoine musical sénégalais et présentées de fort belle manière. L’artiste dit valoir ce résultat à de longues recherches. Aussi jeune soit-il, Ashs a osé revisiter des classiques de vedettes de la musique sénégalaise et y apporter sa touche personnelle. D’où leur authenticité.

Cette manière de faire est à l’image de la philosophie de l’album.  ‘’Dibèer’’, selon son auteur, prône un retour aux sources, tant dans le domaine artistique que social. ‘’Le constat que j’ai fait, c’est que dans plusieurs domaines, notamment dans la culture (musique, cinéma, etc.) on n’avance pas vraiment’’, pense-t-il.

Au plan musical, il rêve grand. On va dire d’ailleurs très grand. Il dit vouloir faire renaitre la musique sénégalaise. Le talentueux rappeur Fla The Ripper pense qu’il n’est pas loin de son but. Il a applaudi la qualité de ‘’Dibèer’’. ‘’Il n’y a pas de musique assistée par ordinateur’’, a-t-il dit. Ce qui semble le réjouir. Il est convaincu qu’avec Dibèer, Ashs The Best entre dans une nouvelle ère de gloire. ‘’Cet album va amener Ashs dans une autre dimension. Le Ashs qu’on connaissait avant était dans le cercle hip-hop. Mais il est en train d’aller vers un public plus large. Il a puisé son inspiration chez Ismaïla Lô, Cheikh Lô, Diogal Sakho, etc., une autre génération qui a une autre compréhension de la musique. Tout n’est pas électronique chez cette génération. C’est ce qui fait que la musique d’Ashs The Best est plus live, plus vivante’’, a-t-il apprécié.

La fierté de s’exprimer en langue nationale

Ashs The Best, qui a remporté en 2020 le trophée Man of the Year du label Rap 221, est surtout apprécié pour la qualité de ses textes et notamment sa maîtrise de la langue wolof. Mais regrette le manque de repères de certains jeunes et le fait qu’ils renient souvent leur culture. 

‘’Cet album, je l’ai fait pour que l’on n’oublie pas qui nous sommes et ce que l’on nous a légué. Nous devons impérativement prendre cela en compte. Il s’appelle ‘Dibèer’, parce que nos aïeux se réunissaient sur la place publique ou dans la cour de la maison pour discuter librement des problèmes sociaux et politiques. C’est une manière de dire que nous devons sauvegarder la tradition sénégalaise. Et c’est ce qu’on a également voulu illustrer à travers la photo de couverture’’, a-t-il expliqué.

‘’Je suis d’abord sénégalais et wolof. Je suis vraiment peiné quand un Sénégalais me dit ne pas savoir ce que ‘Dibèer’ signifie. Certains ne savent pas qui ils sont vraiment. Ce sont des Sénégalais qui ne connaissent rien à leur culture. On dirait qu’on a une jeunesse complexée. Moi, la musique que je fais est d’abord destinée aux Sénégalais, même si je vise le marché international’’, fait-il savoir.

Ce talent qui peine à parler une langue étrangère, souligne que la musique n’a pas de frontière, qu’elle vient du cœur de l’artiste pour aller se loger dans celui des mélomanes. ‘’Moi, c’est la langue wolof qui fait ma fierté. Je ne pourrais pas chanter en anglais mieux qu’un Américain par exemple. Il faut qu’on revienne à nos valeurs, à notre culture’’, a chanté Ashs The Best qui s’inspire des écrits des grands penseurs sénégalais.

D’ailleurs, c’est cette bonne connaissance des enseignements des savants sénégalais et une certaine maîtrise de la langue locale qui lui permettent de mieux aborder les thèmes sociaux comme la spiritualité, l’amour, la solitude, etc.

‘’Dibèer’’ contient 11 titres dont ‘’Yaay Joor’’ et ‘’Gadaay’’ qui ont été réalisés en featuring avec Obree Daman, mais aussi ‘’Ñibisil’’. L’artiste prévoit des concerts à Dakar et dans toutes les régions du pays, dans le cadre de la promotion de son produit.

BABACAR SY SEYE

Section: 
RECHERCHÉ DEPUIS UN AN POUR TRAFIC INTERNATIONAL DE DROGUE Le rappeur AKBess interpellé et envoyé en prison
ITW - SATOU BAMBY (ARTISTE-MUSICIENNE) : "Je veux être dans les annales comme Youssou Ndour et Coumba Gawlo"
DIARRA SOW, DIRECTREUR GENERAL DE L’OFFICE DES LACS ET COURS D’EAU : Une spécialiste de la gestion intégrée des ressources en eau aux commandes de l'Olac
Le Festival de jazz de Saint-Louis accueille des artistes de renom
PORTRAIT DE PAPE ALÉ NIANG : Itinéraire d’un journaliste insoumis  
AICHA BA DIALLO, ACTRICE : Une étoile à l’écran
SORTIE DE L’ALMBUM ´´SSP’´ : Omzo Dollar entend corriger les jeunes rappeurs
NOUVEL ALBUM DE CARLOU D : Le ‘’Baye Fall’’ surfe sur les sommets
DEUXIÈME ALBUM DU PIONNIER DE L'URBAN GOSPEL : Scott s’ouvre à de nouvelles sonorités
COMPILATION ‘’DEFATI DARA’’ : Gaston regroupe vingt-neuf artistes
APRÈS UNE LONGUE ABSENCE : Dip revient avec ‘’LFLF’’
MAGGY MAMY, SLAMEUSE, AUTEURE DE LA TRILOGIE "ELLE.S'' : Un coup de maître
NOUVEL ALBUM : Adiouza met à exécution son ‘’Plan B’’
PREMIÈRE ÉDITION DE TRACE AWARDS : Le triomphe de Viviane Chidid
38e ANNIVERSAIRE DU DANDE LENOL : Baaba Maal invite les mélomanes au Grand Théâtre
MUSIQUE : Khady Pouye, artiste dans l’âme
SISTER LB (ARTISTE RAPPEUSE) : L’avocate des femmes
RENTRÉE 2023-2024 – ‘’GRAINE DU POUVOIR’’, ‘’ÉCHÉANCES’’, ''MARIAMA'', 'POLYGAME''... Des fictions pleines de rebondissements, d'émotions et de rires sur Sunu Yeuf
ENGAGEMENT ET DIPLOMATIE Baaba Maal au Sommet annuel des Nations Unies
OBSÈQUES DE JEAN-PAUL D’ALMEIDA : Fly high, Angel JP