Publié le 7 May 2024 - 17:28
PORTRAIT DE PAPE ALÉ NIANG

Itinéraire d’un journaliste insoumis

 

Pape Alé Niang, nouveau directeur général de la RTS, a toujours été un personnage clivant qui n’a jamais hésité à assumer ses opinions et ses points de vue. Une posture qui, selon ses détracteurs, va à l’encontre du principe d’objectivité qui est la base du métier de journaliste. Depuis ses débuts à Sud Banlieue en passant par la 2STV et finalement à la RTS, Pape Alé Niang (Pan) s’est imposé dans le paysage médiatique sénégalais comme un des plus farouches ‘’opposants’’ à Macky Sall qui l’a emprisonné plusieurs fois. Une situation qui n’a pas fait fléchir ce chevalier blanc prêt à lutter contre l’injustice et la corruption.

 

‘’Je refuse tout soin et je suis prêt à en assumer toutes les conséquences’’, dit Pape Alé Niang dans un de ses vidéos sur sa chaîne YouTube, à la suite de sa libération le 10 janvier 2023. Le journaliste est alors emprisonné pendant plusieurs jours pour diffusion de fausses nouvelles et indique aux yeux de l’opinion publique sénégalaise de sa détermination à aller jusqu’au bout de ses idées.

Pape Alé Niang, Directeur de Dakar Matin, a été inculpé, le 9 novembre 2023, entre autres, pour ‘’divulgation d’informations non rendues publiques par l’autorité compétente de nature à nuire à la défense nationale’’, de ‘’recel de documents administratifs et militaires’’ et de ‘’diffusion de fausses nouvelles de nature à jeter le discrédit sur les institutions publiques’’. Cette inculpation suivie d’une détention avait déclenché une levée de boucliers de tous les organismes de droits et de la Coordination des associations de presse (Cap). Cette mobilisation avait abouti à l’élargissement de l’ancien journaliste de la 2STV, mais n’avait pas réussi à faire taire ses détracteurs qui l'accusent d’avoir troqué sa casquette de journaliste pour celle d’activiste et plus particulièrement de partisan de Pastef, le parti d’Ousmane Sonko. 

Sa couverture de l’arrestation de ce dernier, sur son site Dakar Matin pour ‘’terrorisme, appel à l’insurrection et atteinte à la sureté de l’État’’ lui vaut son incarcération pour une dizaine de jours. Il n’en sortira qu’après une grève de la faim et un passage à l’hôpital, mais placé sous contrôle judiciaire.

Il faut dire que l’ex-pensionnaire de l’Issic a multiplié les séjours à la prison de Sébikotane, depuis le début de l’affaire Sweet Beauté. Pape Alé avait été arrêté en novembre et en décembre 2022, avant d’être libéré en janvier 2023, à la suite d’une grève de la faim. Des affirmations que ce dernier balaie d’un revers de main et rappelle souvent à ses détracteurs qu’il fut l’une des rares personnes à avoir été accepté dans l’entourage de Macky Sall, alors que ce dernier, opposant de Me Abdoulaye Wade, a été convoqué au commissariat central pour des questions de blanchiment d’argent en 2011.

En outre, ce titulaire d'une Maîtrise en sociologie à l'université Cheikh Anta Diop de Dakar n’hésite pas à rappeler que son micro était ouvert à tous les opposants de Wade dans son émission sur la 2STV et qu’il n’a jamais été encarté chez les patriotes.  Une manière pour ce membre de la Cellule Norbert Zongo (Cenozo), qui regroupe les journalistes d'investigation en Afrique de l'Ouest, d’indiquer le principe de la lutte contre l’injustice comme celle de l’affaire de corruption et de détournement de deniers publics qui mit fin à la carrière de l’ancien maire de Dakar Khalifa Sall.

Pape Alé Niang refuse de voir son engagement se cantonner à la défense de la cause d’Ousmane Sonko avec qui il a tissé des liens d’amitié.  Un rapport de confiance entre les deux hommes qui s’est traduit lors de la soirée électorale de la Présidentielle 2019.

Devant la presse nationale et internationale, le maire de Ziguinchor va dénoncer d’éventuelles fraudes perpétrées par le camp présidentiel, sur la base des informations fournies par de son ‘’ami’’.

Un lanceur d’alerte au cœur des scandales de la République

Ce quadragénaire s’est fait le spécialiste des révélations en tout genre sous le règne de Macky Sall. Malgré la présence d’un frère ainé au cœur de l’appareil étatique, Maguette Niang, directeur général du Budget au ministère des Finances, Pape Alé Niang s’est fait un devoir de faire tomber le régime de ‘’Niangal’’ Sall et n’hésite pas à cogner sur le président et certains pontes du régime.

Dans son livre ‘’Scandale au cœur de la République - Dossier Coud’’ en 2020, il n’a pas hésité à fouiller, sur la base du rapport 2014-2015 de l'Office national de lutte contre la fraude et la corruption (Ofnac), la gestion du Centre des œuvres universitaires de Dakar qu’il considérait comme l’un des plus gros scandales financiers sous l’ère Macky Sall.  

Pape Alé Niang a toujours été un personnage indépendant et de nature têtue. ‘’Je peux aussi dire que Pan est une personne très joviale, un peu taquine à la limite. Mais dès qu’il croit en quelque chose, il va jusqu’au bout et il faut déployer une bonne capacité de persuasion pour le contraindre à renoncer. C’est un esprit téméraire et un peu rebelle qui se cache derrière ce syndicaliste qui n’a jamais hésité à monter au front pour défendre des collègues embastillés’’, soutient l’ancien directeur de Sud FM, Oumar Diouf Fall.

Doté d’une audace sans limites, il n'hésite pas à mettre le doigt sur des dossiers sulfureux de la République, comme celui de Locafrique au blanchiment d’argent opéré par certains membres éminents de la communauté libanaise au Sénégal, en passant par l’assassinat de Me Babacar Sèye. D'après plusieurs informations, ces enquêtes serviront de base de travail au livre d’Abdou Latif Coulibaly, son ancien professeur à l’Issic, consacré à cette affaire. 

Un nouveau directeur général de la RTS à l’épreuve

Pape Alé Niang, qui n’a jamais été tendre avec la RTS, se trouve désormais propulsé à la tête de la grosse boite du Triangle Sud, provoquant l’incompréhension de certains employés qui auraient préféré un personnage moins clivant à la tête de la Radiotélévision du Sénégal.

Mais pour Mama Moussa Niang, secrétaire général de la section RTS du Syndicat des professionnels de l’audiovisuel public (Synpap), c’est un faux débat. ‘’Ce qui importe pour nous, c’est d’avoir un bon directeur capable de jouer le rôle de coordinateur, de capitaine’’, indique-t-il.

Pape Alé Niang a toujours été un homme engagé, qui n’a jamais hésité à défendre les opprimés et les victimes d’injustice, même au péril de sa vie, nous révèle son ancien patron à la radio Sud FM Oumar Diouf Fall. ‘’J’ai encadré Pape Alé Niang, quand il est fraîchement sorti de l’Issic. Il a affûté ses armes dans la station Sud Banlieue avec d’autres jeunes reporters comme Isseu Niang, Ndèye Marième Ndiaye, Abdoulaye Cissé et Fabrice Nguema. C’était un journaliste compétent, doté d’un bagage intellectuel et bosseur par nature. Il ne rechignait jamais à la tâche et était très dévoué à sa tâche. Il était présent dès 4 h pour faire la revue de presse avec l’équipe du matin’’, informe-t-il.

Combatif, Pan aime bousculer les hiérarchies et les codes de son métier qui rendent parfois routinier le travail de journaliste. ‘’En tant que rédacteur en chef de l’information, il nous incitait quotidiennement à faire des reportages et à délaisser les conférences de presse. Il ne voulait pas d’un journalisme passif’’, révèle un de ses reporters. Cette personne s’est toujours présentée comme quelqu'un d'indépendant, qui n’hésite jamais à vous dire la vérité en face, peu importe les conséquences. Une intransigeance qui va lui coûter sa place dans la chaîne d’El Hadj Ndiaye avec lequel il s’est brouillé à la fin de leur collaboration en 2019, après l’épisode Sud FM. Selon plusieurs rumeurs, le choix d’inviter le leader du Pastef, Ousmane Sonko, le 31 décembre 2018, lui a valu son licenciement à la 2STV. Une version contestée par le président-directeur général d’Origines SA qui évoque une succession de pieds de nez à son autorité de la part de son animateur fétiche qui a finalement justifié son licenciement. 

Après un passage éclair à la Sen TV, cet homme marié réussit à mettre sur pied son propre site d’informations Dakar Matin, offrant une large tribune aux opposants du régime de Macky Sall.

Pour Oumar Diouf Fall, cette volonté de préserver sa liberté d’action et ses convictions profondes est si forte en lui qu’il n’hésitera pas à démissionner ou à aller au clash si on veut le forcer à faire des choses contraires à ses croyances.

Profession de foi d’un journaliste militant

La profession de foi de ce journaliste militant trône en première page sur son compte X : ‘’Je suis un journaliste sénégalais engagé pour les causes justes. Je me bats pour une véritable société démocratique ancrée dans la bonne gouvernance.’’ Une démarche qui a toujours été en adéquation avec sa dévotion pour le métier de journaliste.

Ainsi, d’après Ibrahima Lissa Faye, journaliste et fondateur du site en ligne Pressafrik qui l’a côtoyé au groupe Sud Communication, derrière ce petit homme à la carrure frêle et aux lunettes bien ajustées sur le nez, lui donnant un air de professeur, se cache un farouche combattant et défenseur de la presse. ‘’Je me souviens qu’on avait créé avec Habiboulah Fall, Papé Alé Niang et moi la Convention des jeunes reporters du Sénégal (CJRS) et lui était chargé des relations publiques. On s’est engagé corps et âme dans la lutte pour faire libérer Madiambal Diagne, patron du journal ‘le Quotidien’, en 2004. On peut dire qu’il a toujours fait du journalisme engagé. Je peux vous dire que c’est un homme très gentil et affable. Mais, par moments, il peut s’emporter’’, affirme le président de l’Association de la presse en ligne.

Pape Alé Niang s’est toujours présenté comme un chevalier blanc qui part en croisade contre l’autoritarisme et la gabegie. Ndèye Fatou Sy, son ancienne collègue, se souvient d’un journaliste toujours à l’affût d’informations de première main et si possible dérangeantes pour le pouvoir, fait-elle savoir dans le magazine panafricain ‘’Jeune Afrique’’. Depuis 2019, à travers son site en ligne Dakar Matin, Pape Alé Niang, à travers ses vidéos en wolof, a réussi à avoir un public fidèle et une forte communauté en ligne qui en fait l’un des journalistes les plus suivis sur le Net.  Même si les principes de base du journalisme d’investigation sont parfois chahutés au profit de la recherche effrénée de scoops et de la volonté d’alimenter un narratif anti-pouvoir sous Macky Sall. 

Mamadou Makhfouse NGOM

Section: 
ITW - SATOU BAMBY (ARTISTE-MUSICIENNE) : "Je veux être dans les annales comme Youssou Ndour et Coumba Gawlo"
DIARRA SOW, DIRECTREUR GENERAL DE L’OFFICE DES LACS ET COURS D’EAU : Une spécialiste de la gestion intégrée des ressources en eau aux commandes de l'Olac
Le Festival de jazz de Saint-Louis accueille des artistes de renom
AICHA BA DIALLO, ACTRICE : Une étoile à l’écran
SORTIE DE L’ALMBUM ´´SSP’´ : Omzo Dollar entend corriger les jeunes rappeurs
NOUVEL ALBUM DE CARLOU D : Le ‘’Baye Fall’’ surfe sur les sommets
DEUXIÈME ALBUM DU PIONNIER DE L'URBAN GOSPEL : Scott s’ouvre à de nouvelles sonorités
COMPILATION ‘’DEFATI DARA’’ : Gaston regroupe vingt-neuf artistes
APRÈS UNE LONGUE ABSENCE : Dip revient avec ‘’LFLF’’
MAGGY MAMY, SLAMEUSE, AUTEURE DE LA TRILOGIE "ELLE.S'' : Un coup de maître
NOUVEL ALBUM : Adiouza met à exécution son ‘’Plan B’’
PREMIÈRE ÉDITION DE TRACE AWARDS : Le triomphe de Viviane Chidid
38e ANNIVERSAIRE DU DANDE LENOL : Baaba Maal invite les mélomanes au Grand Théâtre
MUSIQUE : Khady Pouye, artiste dans l’âme
SISTER LB (ARTISTE RAPPEUSE) : L’avocate des femmes
RENTRÉE 2023-2024 – ‘’GRAINE DU POUVOIR’’, ‘’ÉCHÉANCES’’, ''MARIAMA'', 'POLYGAME''... Des fictions pleines de rebondissements, d'émotions et de rires sur Sunu Yeuf
ENGAGEMENT ET DIPLOMATIE Baaba Maal au Sommet annuel des Nations Unies
OBSÈQUES DE JEAN-PAUL D’ALMEIDA : Fly high, Angel JP
Jp D’Almeida
DÉMOCRATIE, PAIX, ÉCONOMIE SOCIALE : Le mouvement Yonti Ummaadé lancé par l’artiste Abou Diouba Deh