Publié le 22 May 2024 - 16:32
SAINT-LOUIS : CADASTRE ET SÉCURISATION FONCIÈRE

Les acteurs territoriaux imprégnés des dispositions réglementaires

 

Un atelier régional de deux jours  sur la sécurisation foncière s'est ouvert hier dans la capitale du Nord.  Une rencontre qui a permis aux techniciens, aux différents acteurs territoriaux et à l'Administration d'échanger sur une question  d'actualité. La région de Saint-Louis n’échappe pas aux conflits fonciers qui sont très souvent notés sur le territoire national, surtout en milieu rural.  

 

Pour anticiper  sur les problèmes fonciers, surtout dans le monde rural, il a  été mis en œuvre le  Projet cadastre et sécurisation foncière (Procasef) sur une durée de cinq ans (2021-2026). Il  intervient dans 138 communes réparties dans les 14 régions du Sénégal.  Le Procasef s'est fixé comme objectif de renforcer la capacité du gouvernement pour la mise en œuvre d’un cadastre à l’échelle nationale et d’améliorer la sécurisation foncière dans les zones sélectionnées.

Pour le préfet de Saint-Louis, Diadia Dia,  cette activité  permettra d'accompagner les acteurs territoriaux à mieux prendre en charge le foncier. “La question foncière est devenue de plus en plus difficile à résoudre. Elle  génère énormément de conflits entre les populations,  les  individus, les collectivités territoriales, les acteurs et les porteurs de projets. Raison pour laquelle il a été jugé nécessaire de partager sur les dispositions législatives et réglementaires qui encadrent les affaires foncières et domaniales ;  et de réfléchir sur les mesures à prendre en vue de réduire les conflits”, a déclaré le préfet Diadia Dia.

Avant de poursuivre  que ces moments de partage et d'échanges permettront de mieux gérer le foncier au niveau de leurs différents territoires.  “Comme on peut le constater, partout au Sénégal,  il y a énormément de conflits fonciers dont    la région de Saint-Louis n'est pas épargnée. Mais pour que ces conflits n’atteignent pas certaines proportions, il va falloir que les acteurs territoriaux se retrouvent et échangent en vue de prendre les mesures nécessaires pour faire face à ces conflits et litiges fonciers.  Des préventions qui ne peuvent arriver que par la maîtrise des textes qui régissent le foncier”, a soutenu   le préfet de Saint-Louis.

Prendre en charge les questions foncières

Raison pour laquelle, a ajouté  M. Dia,  “nous avons beaucoup apprécié les présentations du consultant et des agents du Procasef.  Ils nous ont permis de passer en revue un certain nombre de dispositions réglementaires et législatives. Des dispositions qui  touchent le foncier, notamment la loi sur le domaine national et sur le Code du domaine de l'État, pour que les acteurs territoriaux soient imprégnés de ces textes. Mais nous avons également eu droit à  quelques cas pratiques afin de mieux appréhender la question foncière au niveau territorial”.

Pour Soukeyna Diakhaté Sock, cheffe de l'Unité régionale du Procasef, l'atelier de Saint-Louis entre dans le cadre de la mise en œuvre des activités du projet dans  sa composante 3. “Une composante qui  vise le  dialogue à long terme, y compris la recherche et le dialogue politique, afin de préparer la modernisation et l’expansion des services d’administration foncière au niveau central et décentralisé. Elle  vise également  à soutenir le renforcement des capacités et à encourager l’innovation dans le domaine de l’administration foncière au Sénégal.  Ces ateliers de partage avec les acteurs territoriaux qui seront tenus dans d'autres régions très prochainement permettront de  répondre aux besoins importants en ressources humaines découlant de la conduite et de la supervision des opérations de sécurisation foncière pendant la mise en œuvre du projet“ a expliqué Soukeyna Diakhaté Sock.

Il faut signaler que ce projet financé par la Banque mondiale à hauteur de 80 millions USD s’inscrit dans le PAP2A.  Il envisage un ensemble d’actions prioritaires dont  la transformation graduelle des droits d’occupation actuels des ruraux en droits réels en tenant compte de la nécessité de protéger les zones pastorales, halieutiques et forestières.

 

IBRAHIMA BOCAR SENE (SAINT-LOUIS)

Section: 
CÉLÉBRATION TABASKI : Pour se payer une perruque, elle vole les bijoux en or de sa mère
JUSTICE – ‘’PRINCIPES DE BANGALORE’’ : Des magistrats à l’école de la déontologie juridique
TVA SUR LES PRESTATIONS DE SERVICES NUMÉRIQUES RÉALISÉES PAR LES ASSUJETTIS ÉTRANGERS : Le ministre des Finances change la donne
LUTTE CONTRE L’INSÉCURITÉ ALIMENTAIRE À KOLDA : Le Pam débloque 45 millions pour promouvoir le fonio dans les écoles
SAINT-LOUIS: CHANGEMENT CLIMATIQUE : Une étude  expose les pertes et  dommages dans la zone Nord
COUR SUPRÊME : Verdict attendu de l'affaire du marché de 71 milliards par le ministère de la Santé
LE MONDE DE LA PRESSE EN DEUIL : Mansour Dieng n’est plus
Vol en réunion avec usage d'arme
GÉNÉRAL BIRAME DIOP, MINISTRE DES FORCES ARMEES ‘’Le Sénégal travaillera sans relâche pour la réunification de la CEDEAO’’
KOLDA/ RECONNU COUPABLE DE SÉQUESTRATION, VIOL ET DE CHARLATANISME : Un charlatan guinéen condamné à 10 ans de prison ferme
SAINT-LOUIS: PASSATION DE SERVICE AU CROUS : Dr Babacar Diop décline sa feuille de route
Rackets dans l'espace CEDEAO
LUTTE CONTRE LA DROGUE ENTRE THIÈS ET KAOLACK : Les brigades régionales de la Docrtis saisissent 326 kg de chanvre indien
MATAM : Djinda Dème valide le changement systémique dans l’éducation
PUBLICITÉ SUR LES MÉTHODES D'AVORTEMENT VIA LES RÉSEAUX SOCIAUX : Le ministre de la Santé menace
LA DUE DILIGENCE ET L'ACCÈS À L'INFORMATION AU SÉNÉGAL : Vers une transparence et une digitalisation accrues
ARABIE SAOUDITE : 1,3 million de pèlerins déjà arrivés, plus de 300 000 clandestins refoulés
FERMETURE ET DÉLOCALISATION DE L’USINE ICS SENCHIM : Une bombe écologique au cœur de Dakar
UTPS
RESTAURATION DES ÉCOSYSTÈMES - AIRE MARINE PROTÉGÉE DE JOAL-FADIOUTH : Daouda Ngom salue le travail des femmes