Publié le 13 Jun 2024 - 13:20
SAINT-LOUIS : PRÉPARATIFS DE LA TABASKI

Les foirails et les marchés bien approvisionnés

 

A quelques jours  de la Tabaski, les différents points de vente de moutons et les marchés grouillent de monde. Contrairement à  l'année dernière, les marchés et les foirails sont bien ravitaillés en moutons et en denrées alimentaires. Ce qui rassure les populations  et écarte toute menace de rupture de stock de pommes de terre et d'oignons.

 

Après la fermeture du grand foirail de Médina Darou, dans le faubourg de Sor, différents  sites  de vente de moutons sont recensés  sur l'étendue de la ville. Au site de Guinaw-Rails, on note une valse de camions déchargeant des béliers  venus du Fouta et des départements de Dahra et de Linguère (Louga).

Trouvé en plein marchandage avec deux dames, l'éleveur Babacar Ka, originaire du village de  Mboyna, dans le département de Linguère, soutient qu’il y a assez de moutons pour tout le monde et ils sont à la portée de tous les "goorgoorlous". "Nous avons fait  des sacrifices  pour permettre aux pères de  famille d'avoir un mouton pour la fête. Nous avons débarqué hier un camion de 200 béliers, mais en moins de 24 heures, plus de 70 sont vendus. Les prix de vente ont tourné autour de 85 000 et 140 000 F  CFA. Au rythme  d'écoulement des moutons au foirail de Guinaw-Rails, tous les troupeaux seront vendus et l’on pourra rentrer auprès de nos familles  passer la fête de Tabaski comme tout le monde", a soutenu Babacar Ka.

Autre foirail, autre ambiance. C'est le cas au quartier Khor où le foirail communal est aménagé. Sur les lieux,  on  dénombre plusieurs  milliers de têtes de moutons dont la majeure partie vient de la Mauritanie et les camions continuent toujours de débarquer des troupeaux de béliers. Les moutons, regroupés en plusieurs catégories, la fourchette des prix oscille  de  80 000 à 175 000 F CFA. Les jambes croisées, s'appuyant sur un bâton au milieu d'une centaine de bêtes, boubou noué au cou, le turban bien enroulé sur la tête, Cheikh Beyda rassure qu’il y a assez de moutons  à des prix abordables.

Déjà, un excédent de moutons est noté à Ndar

"Depuis 15 ans, j'effectue des opérations Tabaski au Sénégal. Mais cette année, la demande sera entièrement couverte. Beaucoup d'éleveurs  mauritaniens  ont  convoyé de nombreux moutons vers Saint-Louis. Je suis sur place depuis deux semaines. J'avais amené de la Mauritanie plus de 460 moutons et j'ai pratiquement tout écoulé.  D’ailleurs, j'attends  un autre  troupeau de 200 têtes. Les convoyeurs sont vers Diama.  Pour cette année,  les moutons importés de la Mauritanie  ne sont pas chers. Il y en a  pour toutes les bourses. Nos moutons sont vendus entre 75 000 et 125 000 F CFA. Le marché est bien approvisionné et tout chef de famille  qui a 80 000 F CFA en poche, repart du foirail avec un bon mouton  de Tabaski. En tout cas, en moins de 10  jours, j'ai vendu  plus de 450 bêtes. Ce qui veut dire que les populations y trouvent leur compte”, se réjouit Cheikh Beyda. 

Au Service départemental de l'élevage, on signale déjà un excédent par rapport à l’année dernière, à la même période

Si les foirails sont bien ravitaillés en moutons à des prix raisonnables, les marchés  de Saint-Louis ne sont pas en reste en denrées alimentaires. Mais  le service régional du commerce  veille au grain pour qu’il n'y ait pas de hausse des prix sur le marché.  Les plus prisées pendant la fête sont  stockées dans les cantines et magasins des marchés. La pomme de terre, l'oignon, l'huile, les condiments et les pâtes sont disponibles dans les rayons à des prix abordables. "Le sac de 25 kg de  pommes de terre est échangé à 9 000 F CFA ; celui de l'oignon est à 6 000 F CFA. Le bidon d'huile de 5 l est vendu à 5 500 F CFA et il y a des légumes frais", a renseigné  le délégué du marché  Bou Bess de Diamaguene.

 

IBRAHIMA BOCAR SENE (SAINT-LOUIS)

Section: 
TRAGÉDIE DE BOFFA BAYOTTE : Le procès en appel s’ouvre mercredi à Ziguinchor
DGA Police nationale
CHEIKH TIDIANE DIEYE À TOUBA : ‘’Ce n’est pas possible pour le gouvernement rentrant de régler tous les problèmes…’’
SÉNÉGAL : La migration interne dans tous ses états
COOPÉRATION INTERNATIONALE : Le Sénégal et la Gambie signent trois accords
DISTRIBUTION DE L'EAU POTABLE EN ZONE URBAINE ET PÉRI-URBAINE : Le Forum social sénégalais accule la multinationale Suez
ZONE DES NIAYES – ACCES A L’EAU, AUX TERRES, AUX FINANCEMENTS… : Les craintes et propositions des maraîchers
CRÉATION D’UN MINISTÈRE DU CULTE AU SÉNÉGAL EN 2025 : Ousmane Sonko veut une « révolution » dans la gestion des affaires religieuses
Hub régional des urgences
Opération Interpol
Violences basées sur le genre
Émigration irrégulière
DRAME À KOLDA : Deux enfants âgés de 11 et 12 ans retrouvés morts noyés dans une rivière
HOMICIDE VOLONTAIRE : Il tue d’un coup de fusil le berger M. Sow
SON HONNEUR ET SA RÉPUTATION SALIS PAR DEUX ADOLESCENTES : A. Keita, jugé pour détournement de mineures, blanchi par le tribunal
URGENCES SANITAIRES EN AFRIQUE – RÉUNION DU GROUPE CONSULTATIF TECHNIQUE : Des experts veulent renforcer le soutien de l'OMS
SAINT-LOUIS : COLÈRE DES PÊCHEURS ARTISANAUX : Les compagnies BP et Kosmos vilipendées
MATAM - SERVIETTES HYGIÉNIQUES RÉUTILISABLES : L'AMFE distribue 300 kits dans trois postes de santé
ASSISES DU SECTEUR DES TRANSPORTS : El Malick Ndiaye pour l'élaboration des stratégies répondant aux besoins présents du secteur
Sénégalais libérés