Publié le 24 Jan 2012 - 16:06
CULTURE - 7e ÉDITION DU FESNAC DE SAINT-LOUIS

Sous le sceau de la parenté à plaisanterie

Reportée deux fois de suite, la 7e édition du Festival national des arts et de la culture (FESNAC) va finalement se tenir du 26 au 29 janvier à Saint-Louis. Et sous le signe de la parenté à plaisanterie.

 

 

Mais contrairement au troisième Festival mondial des arts nègres (FESMAN 3) pour lequel des artistes continuent de réclamer leur pécule, le ministre en charge de la Culture, Awa Ndiaye a pris toutes les dispositions pour éviter de telles contestations. Aussi, la directrice du comité d'organisation du FESNAC, Madjiguène Moreau, a-t-elle exprimé sa volonté de gérer dans la transparence afin d’éviter d’avoir des comptes à solder après l’édition de Saint-Louis.

 

 

En fait, le ministère s'est gardé de signer des contrats de prestations avec les artistes mais s’est appuyé sur les 14 régions participantes en les dotant de subventions. Ainsi, une subvention d’un million de francs Cfa est octroyée à chaque région pour cet événement initialement prévu en décembre dernier et reporté pour des problèmes de budget. Il est indiqué que les artistes impliqués recevront leur cachet après avoir signé une convention en présence des autorités administratives.

 

Et selon Madjiguène Moreau, s’il y a des lenteurs notées dans la préparation, c’est parce le ministère veut éviter d’être interpellé après le festival par des artistes réclamant leur cachet. Outre les récompenses d’un montant d’un million à allouer aux meilleurs artistes en danse, musique, théâtre, il est prévu un Prix Douta Seck d’un montant d’un million 500 cent mille.

 

 

Les délégations seront accueillies et logées dans des sites installés dans les quartiers avec l'aide de conseils de quartier. Les hôtes venant de l’extérieur seront installés dans les hôtels. Aucun établissement scolaire ne sera utilisé comme site d'hébergement comme envisagé initialement, fait savoir Mme Moreau, notant que des sites et hôtels ont été saisis pour éviter toute déconvenue aux festivaliers.

 

 

La Mauritanie sera l’invitée d’honneur de ce FESNAC qui va aussi accueillir d’autres pays comme le Burkina Faso, la Guinée, la Guinée-Bissau et le Mali. Le Premier ministre, Souleymane Ndéné Ndiaye devrait présider l’ouverture officielle de l'événement au stade Me Babacar Sèye où il est prévu un spectacle concocté par les artistes saint-louisiens et un défilé des quatorze délégations régionales.

 

Fara Sylla

 

Section: 
RÉPARTITION DROITS AUDIOVISUELS : Un peu plus de 100 millions donnés aux artistes
CARAVANE NATIONALE MOBICINÉ : ‘’Le mouton de Sada’’ va faire le tour du Sénégal
RECHERCHES - TIRAILLEURS SÉNÉGALAIS : Près de 500 enregistrements audio réceptionnés à l’Ifan
ALBUM REGGAE - CHANGEMENT CLIMATIQUE, MANIPULATION DE MASSE… : Mam J Ras Soul dénonce tout dans ‘’Mensonge’’
BAMAZI TALLE - COLLECTION DWELL : Cet artiste qui explore les traditions africaines
DANSE SPORTIVE : Douze jeunes pépites bénéficient du savoir-faire belge
PASSATION DE SERVICE AU GRAND THÉÂTRE : Le DG sortant liste ses réalisations
Hommage à Amadou Mahtar Mbow
Présentation de l'album "Poétesse" : Samira Fall sort 12 poèmes musicaux
PROFIL - RICH WANEH (RAPPEUR) : L’ambassadeur des cultures américaine et sénégalaise
CONFÉRENCE DE PRESSE CLÔTURE FESTIVAL DE JAZZ DE SAINT-LOUIS : Le nouveau directeur du comité d’organisation prône l’élargissement des perspectives
32e ÉDITION DU FESTIVAL DE JAZZ DE SAINT-LOUIS : Mansour Faye invite le ministère de la Culture à prendre en charge l’événement
‘’BEAUTÉ MAUDITE’’ DE NDÈYE MARIÈME DIOP : La célèbre chronique adaptée à l’écran
Ouverture Festival Jazz
BOB MARLEY
SAINT-LOUIS : 32e ÉDITION DU FESTIVAL INTERNATIONAL DE JAZZ L’appui de l’État attendu impatiemment
MATAM – LITTÉRATURE : Mamoudou Sidy Ba remporte le Prix Silima 2024
STLOUIS’DOCS 2024 : Le Grand Prix décerné au film ‘’Coconut Head Generation’’ d’Alain Kassanda
AVENEMENT DU PRESIDENT BASSIROU DIOMAYE FAYE : Le changement à la tête du Sénégal est « important » et « positif », selon le cinéaste Abderrahmane Sissako
NDÈYE SOUKEYNATOU DIOP, RÉALISATRICE DU FILM ‘’LÉBOU’’ : ‘’La pauvreté s’installe parce qu’on perd progressivement notre activité économique’’